RE 2020 : l’inquiétude des professionnels du gaz Législation | 16.01.20

Partager sur :
Mardi 14 janvier, le Gouvernement a annoncé le lancement de simulations visant à déterminer les critères et seuils de la future réglementation environnementale. Loin de faire l’unanimité, les premiers arbitrages inquiètent. La filière gaz regrette le manque d’ambition du texte et craint une électrification massive du parc résidentiel. Explications.

La RE 2020 vise principalement à diminuer l’impact carbone du bâtiment et l’énergie consommée, et à offrir un meilleur confort d’été.

 

Afin de déterminer les critères et seuils principaux de cette nouvelle réglementation, le Gouvernement lance le début des simulations. Elles s’appuieront sur les retours d’expérience de la démarche E+C- et sur les travaux menés en copilotage avec le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Énergétique (CSCEE), et les ministères de la Transition écologique et du Logement.

 

Cette première étape sera suivie d’une phase d’étude qui analysera les effets de la RE 2020 sur les matériaux, les modes constructifs et les filières du bâtiment. Parmi les paramètres retenus par le Gouvernement, la baisse du coefficient d’énergie primaire de l’électricité. « Un coefficient de conversion entre énergie primaire et énergie finale de l’électricité de 2,3 sera utilisé » contre 2,58 actuellement, indiquent les ministères.

 

C’est là l’une des mesures critiquées par les professionnels du gaz. « Les choix qui viennent d’être pris ne sont clairement pas à la hauteur des enjeux », estime Bernard Aulagne, président de l’association Coénove. Il poursuit : « Les professionnels sont consultés depuis des mois – les bureaux d’études notamment – démontrent par a + b que l’on ne peut tordre la réalité physique, sauf à prendre des artifices pour arriver in fine au résultat escompté. En voilà encore un exemple flagrant ».

 

Pour Coénove, la décision du Gouvernement ne fait que favoriser l’électricité « et sous-tend au final un faible développement dans les années à venir des énergies renouvelables dont le PEF est de 1 ».

 

L’association Energies et Avenir n’en pense pas moins. Dans un communiqué, elle déclare : « Une telle diminution est artificielle et constitue sans le dire un blanc-seing pour le chauffage direct à effet un joule », un système peu performant.

 

La mesure aurait des conséquences sur la construction neuve et l’existant. Concernant les bâtiments neufs, l’association cite l’exemple suivant : « En cas de révision du coefficient d’énergie primaire, (un bâtiment neuf) consommera 50/2,3 = 21,7 kWhEF/m2.an alors qu’avant la révision, il n’en aurait consommé que 50/2,58 = 19,4 kWhEF.m2.an ». Les bâtiments neufs chauffés à l’électricité pourraient ainsi consommer davantage d’énergie (+ 12%) et faire augmenter les factures.

 

Dans l’existant, les bâtiments se verraient attribuer une meilleure étiquette d’énergie « sans pour autant avoir fait le moindre effort, ni sur les performances de leurs systèmes de chauffage, ni sur la qualité de leurs bâtis ».

 

L’électricité favorisée ?

 

Autre élément d’inquiétude, le facteur d’émission de carbone de l’électricité utilisée pour le chauffage dont la valeur est actualisée à 79 g/kWh, « afin d’être plus conforme à la réalité constatée ». Pour Coénove, la méthode « conduit à minimiser le contenu carbone de l’électricité » et à ignorer « les efforts engagés par la filière pour décarboner le gaz ».  

 

De son côté, Energies et Avenir s’interroge : « Comment expliquer une telle diminution alors que rien sur le fond n’a été modifié concernant la production d’électricité ? ».

 

Pour l’Association Française pour les Pompes à Chaleur (AFPAC), les annonces sont plutôt positives. Néanmoins, elle demande « que l’amélioration de la performance énergétique, la baisse des consommations et l’encouragement à la consommation d’énergie décarbonée dans les bâtiments neufs, soient accompagnés d’une obligation de consommer de la chaleur renouvelable. En particulier, les nouvelles exigences devront permettre le développement des solutions thermodynamiques dans le logement collectif neuf ».

 

R.C

Photo de une : ©Adobe Stock 

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove  - Batiweb

La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove

Le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) n’aura guère convaincu Coénove, bien au contraire ! L’association reproche au texte de laisser sur la touche l’énergie gaz « au mépris même de son avenir renouvelable ». Bien que déçu, son président, Bernard Aulagne, va continuer de « porter haut et fort » les atouts du gaz, « pierre angulaire » pour la transition écologique et solidaire française, notamment dans le bâtiment.
La PAC en pleine expansion dans les maisons neuves - Batiweb

La PAC en pleine expansion dans les maisons neuves

Comme chaque année, le baromètre Domexpo s'intéresse aux tendances en matière de logement neuf. Dans sa dernière enquête sur la maison neuve, le spécialiste des villages de maisons d'exposition s'intéresse plus précisément aux énergies de chauffage les plus couramment utilisées. Il en ressort que la pompe à chaleur est en plein boom dans les maisons neuves, avec un succès croissant des PAC hybrides, plus écologiques et économiques.
Green Gas Book, un ouvrage « unique » pour promouvoir le gaz vert - Batiweb

Green Gas Book, un ouvrage « unique » pour promouvoir le gaz vert

Via le Green Gas Tour, l’association France gaz renouvelables donne la parole à tous ceux, experts ou citoyens, qui soutiennent et/ou participent au développement de cette énergie verte. Les témoignages, recueillis de juin à septembre 2018, sont rassemblés dans un livre : le Green Gas Book. L’ouvrage démontre combien le gaz renouvelable, et notamment le biométhane, peut répondre aux enjeux climatiques, économiques et agricoles.
Accenta démocratise le bâtiment bas carbone - Batiweb

Accenta démocratise le bâtiment bas carbone

Née en 2016, la startup Accenta a développé un système énergétique capable de réduire l’empreinte carbone d’un bâtiment. La technologie s’appuie sur deux outils : le logiciel accenta.design qui permet de concevoir la chaufferie la plus efficace tout en limitant les coûts d’investissements ; et la plateforme accenta.ai qui établit un plan de production et de stockage de l’énergie en fonction des besoins du bâtiment. Pierre Trémolières, fondateur d’Accenta, nous en dit plus sur cette innovation.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter