Fermer

RE2020 : une mise en place progressive des nouvelles exigences

La première phase de la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2022. Cette nouvelle réglementation environnementale fait grandement évoluer les obligations liées à la construction des bâtiments en imposant de nouvelles exigences de moyens et de résultats. Sa mise en place se fera de manière progressive avec un renforcement des impératifs jusqu’en 2031.
Publié le 16 juin 2022

Partager : 

RE2020 : une mise en place progressive des nouvelles exigences - Batiweb

RE2020 : pourquoi une nouvelle réglementation ?

 

Avant la mise en place de la RE2020, la RT2012 constituait la réglementation thermique en vigueur pour la construction de bâtiments neufs, avec l’objectif de baisser la consommation énergétique des bâtiments. 

Après de nombreux reports pour permettre aux professionnels du secteur de s’adapter aux changements, la première phase de la RE2020 est désormais applicable depuis le 1er janvier 2022, et concerne la construction des maisons individuelles et des bâtiments collectifs à usage d’habitation. 

Cette nouvelle réglementation, qui constitue un véritable bouleversement des modes constructifs, a été mise en place pour répondre à trois grands objectifs :

  • Donner la priorité à la sobriété énergétique et la décarbonation de l’énergie en incitant à poursuivre la baisse des consommations des bâtiments neufs et à utiliser une énergie la plus décarbonée possible.
  • Diminuer l’impact carbone de la construction des bâtiments en prenant en compte l'ensemble des émissions du bâtiment sur son cycle de vie, dès la construction et en introduisant davantage de mixité des matériaux.
  • Garantir la fraîcheur des bâtiments en cas de forte chaleur en construisant des bâtiments plus confortables lors des vagues de chaleur.

Les nouveaux critères de performances de la RE2020

 

La RE2020 fait évoluer l’approche analytique de l’impact environnemental des bâtiments en introduisant une analyse du cycle de vie du bâtiment (ACV) dite « dynamique », qui attribue un poids plus important aux émissions qui sont émises au début du cycle de vie par rapport à celles émises en fin de vie du bâtiment.

Pour déterminer cet impact environnemental, la RE2020 introduit de nouveaux indicateurs et en fait évoluer d’autres, déjà présents dans la RT2012
 
Trois indicateurs en lien avec l’objectif énergétique de la RE2020 évoluent :

  • Bbio : Besoins bioclimatiques pour le chauffage, le rafraîchissement et l’éclairage. Seuil maximal abaissé de 30 % en moyenne par rapport à la RT2012 et prise en compte systématique des besoins de refroidissement.
  • Cep : Consommations en énergie primaire (kWh/m²).
  • Cep,nr : Consommations en énergie primaire non renouvelable (kWh/m²). 

Seuils abaissés de 15 % en moyenne pour la maison individuelle et de 20 % en moyenne pour le logement collectif par rapport à la RT2012.

Trois nouveaux indicateurs en lien avec l’objectif carbone :

  • Ic énergie : Impact carbone lié aux consommations énergétiques (Kg CO2/m²). Il indique les émissions de gaz à effet de serre pour les consommations d’énergie du bâtiment pendant son fonctionnement (sur 50 ans).
  •  Ic construction : Impact carbone lié aux matériaux et équipements (Kg CO2/m²). Il indique les émissions de gaz à effet de serre liées aux équipements, produits de construction et leur mise en œuvre. 

Un nouvel indicateur en lien avec l’objectif de confort d’été : 

  • DH : degré heure d’inconfort (°h) qui évalue l’intensité et la durée des périodes d’inconfort. Il exprime les besoins d’un bâtiment pour son chauffage, sa climatisation, que le bâtiment soit climatisé ou non, et son éclairage.

 
Pour chacun de ces indicateurs, les seuils imposés vont évoluer tous les trois ans. Des obligations de résultat sont exigées. 

Un renforcement progressif des exigences 

 

La mise en application de la RE2020 se fait en trois phases : 

  • 1er janvier 2022 : maisons individuelles et les bâtiments collectifs à usage d’habitation. 
  • 1er juillet 2022 : bureaux et bâtiments d’enseignement primaire et secondaire.
  • 1er janvier 2023 : autres bâtiments (constructions provisoires, extensions de bâtiments, habitations légères de loisir). 

Une fois appliquée à tous, la réglementation deviendra de plus en plus exigeante avec un renforcement des seuils tous les trois ans : 

  • 2025 : -15% par rapport au niveau de référence actuel
  • 2028 : -25% par rapport au niveau de référence actuel
  • 2031 : -30% par rapport au niveau de référence actuel

La première phase d’application jusqu’en 2025 va permettre à l’ensemble de la filière de s’approprier la nouvelle méthode d’analyse de cycle de vie et d’optimiser les matériaux, équipements et méthodes de construction utilisés. 

Pour cela, le recours aux Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire (FDES) sera essentiel. En effet, elles détaillent le profil environnemental d’un produit de construction d’après son Analyse de Cycle de Vie (ACV).

Prochaine étape : la RE2020 appliquée aux bâtiments tertiaires

 

Le 3 mars 2022 est paru le décret d’application encadrant la mise en place de la RE2020 pour les bureaux et bâtiments d’enseignement primaire et secondaire. 

Dès le 1er juillet 2022, les exigences de résultats liés aux trois grands objectifs de la RE2020 seront applicables aux bâtiments tertiaires. 

Des ajustements ont été faits afin d’alléger les exigences et les adapter à ce type de bâtiments en permettant, par exemple, de mettre en place des « façades rideaux », particulièrement adaptées aux grands bâtiments de bureaux.

Pour en savoir plus sur les enjeux de la RE2020, rendez-vous sur notre dossier spécial

 

Elsa Bourdot
Photo de une : Adobe Stock

Par Virginie Kroun

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.