Fermer

REP Bâtiment : les barèmes vont influencer les adhésions (Ecomaison)

L’éco-organisme Ecomaison (anciennement Éco-mobilier) a récemment été agréé par les pouvoirs publics dans le cadre de la REP Bâtiment, ce qui favorise sa diversification, et la massification de ses activités de collecte, tri, collecte, réemploi et recyclage sur tout l’univers de la maison. Échange avec ses représentants.
Publié le 13 octobre 2022

Partager : 

REP Bâtiment : les barèmes vont influencer les adhésions (Ecomaison) - Batiweb

C’était confirmé le 30 septembre dernier : l’éco-organisme Éco-mobilier a officiellement reçu son agrément pour organiser la collecte et le recyclage des matériaux de construction du bâtiment, tout comme son homologue Valobat.

Une annonce qui arrive trois mois avant l’entrée en vigueur de la responsabilité élargie des producteurs (REP) pour les produits et matériaux de construction du bâtiment (PMCB) - ou REP Bâtiment. 

Initialement, Éco-mobilier est habilité à la collecte et au recyclage du mobilier, gérant deux-tiers de meubles composés de bois, et le reste réparti entre les plastiques, combustibles, ainsi que les mousses textiles. Désormais, l’éco-organisme va pouvoir récupérer les matériaux de bardage et de charpente bois, tout en s’ouvrant à d’autres matériaux.

« On va se positionner sur tous les matériaux de la catégorie non-inertes de cette REP PMCB. Donc cela inclut le plastique, le plâtre, la ferraille, les isolants… », nous détaille notamment Cyril Roux, responsable Recyclage et Valorisation de l’éco-organisme, à l'occasion d’une rencontre sur le salon Batimat.

Par sa diversification Éco-mobilier se rebaptise Ecomaison 

 

En étendant ses activités de tri, collecte, réemploi et recyclage vers la construction dès 2023, mais aussi dans le bricolage, le jardin et les jouets durant 2022, Éco-mobilier devient « multifilière et multimatériaux », affirmait sa présidente, Dominique Mignon, le 30 septembre dernier. « C’est naturellement qu’Éco-mobilier devient Ecomaison », expliquait-elle. 

Les deux noms cohabiteront pendant plusieurs mois, mais la nouvelle dénomination tend à unir l’ensemble des acteurs à qui l’éco-organisme s’adresse. Pour ce qui est des fabricants et distributeurs concernés par la REP Bâtiment, la campagne d’adhésion sera signée Ecomaison.

Pour l’heure, l’éco-organisme rassemble des adhérents parmi les négoces et distributeurs de matériaux ou bien les fabricants de panneaux à particule, de portes ou de fenêtres. Mais selon Cyril Roux, la publication des barèmes d’éco-contributions, le lundi 10 octobre, devrait véritablement accélérer les demandes d’adhésion. 

« Si les majors du secteur ont déjà fait leur choix et ont participé à la naissance des éco-organismes pour certains, ou à la naissance de l’offre sur le bâtiment pour d’autres, il reste des milliers d’entreprises qui sont concernées mais n’ont pas encore choisi », estime-t-il.

Avis partagé avec Éric Weisman Morel, directeur Développement des filières : « Je pense qu’il y a trois entreprises sur quatre qui ont pas choisi et vont se dire « Maintenant on va regarder dans le détail les prix, la simplicité des contrats, les outils informatiques, les services mis à disposition… ».

Ecomaison a publié ses barèmes d’éco-contribution pour la REP PMCB ! 


Les tarifs d’éco-participation des produits et matériaux du bâtiment sont calculés au poids ou à l’unité pour certaines familles de produits (grille de tarifs forfaitaires (en m², en ml, en m3). Les barèmes sont spécifiques pour chaque filière REP : ameublement, brico-jardin, jouet et bâtiment.

Pour consulter les barèmes d'Ecomaison liés à la REP Bâtiment, cliquez ici.

 

Objectif 5 % de réemploi à partir de 2028

 

D’autant que les ambitions de réemploi des déchets globaux sont grandes. « L’étude de l’Ademe disait que c’était inférieur à 1 %. Le cahier des charges dit que c’est 2 % en 2024, 4 % en 2027 avec un horizon à 5 % à partir de 2028 », rappelle Éric Weisman Morel.

« Un objectif très ambitieux », selon Cyril Roux. « Nous devons dans les six mois qui suivent l’agrément, présenter notre plan d’action sur le réemploi, qui sera prêt d’ici avril 2023, afin d’augmenter le réemploi des matériaux de construction », précise-t-il.

Un volet de cette feuille de route se concentrera bien évidemment sur la collecte de déchets, déjà bien entamée par Ecomaison à l’époque où l'éco-organisme se nommait Éco-mobilier.

Éric Weisman Morel considère que ce sujet concentre trois enjeux pour la REP bâtiment. Le premier, « c’est l’information et l’orientation du détenteur déchet trié vers le bon point. Les artisans et les entreprises ont des pratiques. Il ne faut pas changer ce qui fonctionne bien. Il faut accompagner ce qui n’est pas complètement l’idéal. Exemple : là où il y a besoin d’aider pour faire le tri, il faut qu’on soit présents », estime le directeur Développement des filières.

Deuxième enjeu : « Installer des contenants de collecte aux bons endroits. Nous, nous avons un plan de déploiement qui est connu. On contractualise pour que des déchetteries privés acceptent des artisans et entreprises du bâtiment. On aura progressivement le négoce, en fonction de ses obligations et les chantiers en direct, là aussi en fonction du calendrier d’orientation. Et puis peut-être, pendant un temps intercalaire, on aura besoin des déchetteries publiques, pour les artisans et petites entreprises du bâtiments ou les déchets qui ne sont pas en grande quantité », ajoute-t-il. 

Enfin, troisième et dernier point : affiner la massification et l’optimisation des points de collectes. D’où l’intérêt d’une application lancée par Ecomaison pour aider à la décision du détenteur du déchet, sur différentes questions : quel type et quel volume de déchets ? Où et comment les déposer ? Quelle traçabilité et comment faciliter l’apport du déchet ? Gratuite et disponible depuis le site d’Ecomaison, l'application permet de digitaliser les bons d’apport réglementaires, ce qui évite des éditions papiers chronophages et fluidifie le suivi de la collecte.

Ecominéro et Ecomaison coopèrent pour une solution globale de réemploi des déchets 


Un accord de coopération a été conclu entre Ecomaison et l’éco-organisme Ecominéro - agréé pour la catégorie 1 des matériaux inertes. L’idée ? Permettre une prise en charge de tous les matériaux du bâtiment, en proposant aux fabricants et distributeurs d’adhérer sur les plateformes respectives des entités. 

 

Propos recueillis par Virginie Kroun

Photo de Une : V.K 

Par Virginie Kroun

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.