Travail détaché : l’UE s’accorde sur une révision de la directive Législation | 24.10.17

Partager sur :
La directive de 1996 sur les travailleurs détachés sera bel et bien révisée ! Après 12 heures de discussion, les ministres du Travail de l’Union Européenne réunis au Luxembourg lundi 23 octobre, sont parvenus à un accord. La réforme devrait permettre de mieux protéger les salariés détachés et de garantir une concurrence plus équitable. L’entrée en vigueur du texte devrait s’effectuer d’ici 4 ans.
28 ministres du Travail et des Affaires sociales étaient réunis au Luxembourg lundi 23 octobre pour s’attaquer au sujet sensible du travail détaché. Après 12 heures de discussion, la majorité est parvenue à un accord « historique » laissant la voie libre à une révision de la directive de 1996. Seuls les ministres de la Pologne, la Hongrie, la Lettonie et la Lituanie ont voté contre, tandis que le Royaume-Uni, l’Irlande et la Croatie se sont abstenus.

Grâce à cet accord, l’expression « à travail égal, salaire égal » prendra tout son sens. Le texte prévoit en effet que les travailleurs détachés aient un niveau de salaire égal aux salariés nationaux. Ils bénéficieront également des mêmes avantages (primes et allocations) dans le respect des conventions collectives locales. Le paiement des cotisations sociales sera maintenu dans le pays d’origine.

Concernant la durée du détachement, elle sera limitée à 12 mois et pourra être prolongée de 6 mois à la demande l’entreprise.

La plateforme européenne de lutte contre le travail illégal permettra de mieux identifier les fraudes et les abus et d’améliorer les échanges d’informations et la coopération entre les administrations européennes.

Le président du Conseil européen, Jevgeni Ossinovski, ministre de la Santé et du Travail d'Estonie, a déclaré: « Je suis heureux que le Conseil ait approuvé sa position sur une question aussi importante et sensible (que le travail détaché). Je suis particulièrement heureux qu'après de longues négociations, il y ait eu un large soutien. Le texte final atteint un équilibre délicat. D'une part, il est essentiel de veiller à ce que nos travailleurs soient traités équitablement (…). D'autre part, nous ne devons pas créer d'obstacles inutiles à la libre circulation des services - par exemple dans le secteur des transports qui est mobile par nature. »

Une décision saluée par la France

Dans un communiqué, le Gouvernement a salué la décision des ministres. « Un accord ambitieux a été trouvé sur les règles du détachement des travailleurs. C’est un succès majeur, pour l’Europe dans son ensemble », peut-on lire dans un communiqué.

« Mieux protéger les droits des travailleurs, lutter contre la fraude ou le dumping, ce n’est pas une victoire de certains pays contre d’autres, c’est un progrès pour tous. Et c’est la condition de la confiance retrouvée dans le projet européen », poursuit-il.

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, s’est également réjouie de l’accord. « Cette première étape dans le renforcement de l’Europe sociale est essentielle. Elle nous permet, grâce à un accord ambitieux, qui protège et rapproche nos concitoyens de l’Europe, d’aborder le chantier de la convergence sociale avec confiance et détermination », a-t-elle déclaré.

De son côté, Nathalie Loiseau, Ministre chargée des affaires européennes, a indiqué que « réformer la directive détachement des travailleurs est indispensable pour permettre à l’Union européenne de retrouver le chemin de la convergence économique et sociale par le haut, au bénéfice de tous les Européens. »

Avec cet accord, les négociations entre le Conseil des ministres et le Parlement européen peuvent débuter. Les ministres se sont d’ores et déjà entendus sur une période de transition de quatre ans pour l’entrée en vigueur du texte. Son adoption définitive devrait advenir en fin d’année.

Rose Colombel
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Travail détaché : une trentaine de chantiers arrêtés depuis janvier 2016 - Batiweb

Travail détaché : une trentaine de chantiers arrêtés depuis janvier 2016

La secrétaire d'Etat à la formation professionnelle, Clotilde Valter, a assuré, jeudi 15 décembre, que la législation française sur la fraude au travail détaché était « sans doute la plus stricte de l’Union européenne ». Mais si depuis le début de l’année 2016, une trentaine de chantiers ont été arrêtés, la profession juge les résultats insuffisants. La FFB réclame notamment plus de contrôles et de sanctions pour mieux protéger les travailleurs détachés.
Travail détaché : la Fédération de l'Industrie du Béton interpelle les pouvoirs publics - Batiweb

Travail détaché : la Fédération de l'Industrie du Béton interpelle les pouvoirs publics

Depuis 2008, le secteur la construction subit les conséquences d’une crise sans précédent et de l’utilisation exponentielle de la main d’oeuvre détachée. Si la Commission européenne prévoit de réformer la directive de 1996 sur les travailleurs détachés, les syndicats professionnels multiplient les appels pour intensifier les actions contre la fraude au détachement. Ici la note de requête de la Fédération de l’Industrie du Béton.
BTP : le fléau de l'alcool et de la drogue au travail - Batiweb

BTP : le fléau de l'alcool et de la drogue au travail

Certains secteurs professionnels présentent une part plus importante d'usagers de substances psychoactives (alcool, tabac, drogues). C'est le cas du secteur de la construction où leur usage, qu'il soit quotidien ou ponctuel, est très fréquent. Quels sont les moyens mis en place par les entreprises pour répondre à ce fléau ? Fabrice Léoni, directeur prévention santé-sécurité de Bouygues Entreprises France-Europe et Bouygues Travaux Public, a accepté de répondre à nos questions.
Travail illégal : 1 entreprise sur 7 en fraude dans le BTP - Batiweb

Travail illégal : 1 entreprise sur 7 en fraude dans le BTP

Selon un rapport publié par l'Acoss, organisme collecteur des cotisations de Sécurité sociale, près de 14 % des entreprises du secteur de la construction, soit environ une sur sept, ont eu recours au travail illégal en 2013. Les entreprises encourent pourtant 3 ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende, en cas de fraude.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter