Innovation Parexlanko : découvrez Parnatur Corps d’enduit chanvre Nouveaux produits du BTP | 29.10.19

Partager sur :
Parexlanko commercialise depuis le 24 octobre dernier Parnatur Corps d’enduit chanvre, une solution biosourcée projetable destinée à la restauration du bâti ancien en intérieur et en extérieur. Conçue en France, l’innovation se distingue de par ses performances thermiques, hygrométriques et acoustiques. Sonia Yansi, Chef de marché bâti ancien, nous en dit plus sur ce produit qui vient enrichir la gamme Patrimoine de l’industriel.

Parnatur Corps d’enduit chanvre est le fruit d’un « travail de R&D qui a duré plus de sept ans », nous révèle Sonia Yansi. Plusieurs aspects font du produit, une solution « unique » comme par exemple le fait qu’elle « puisse passer en machine à projeter des enduits ». Parnatur se veut en effet « la première solution biosourcée projetable », une solution bi-composante constituée « d’un liant à base de chaux fabriqué en interne sur notre site de Paviers (Indre-et-Loire) et d’un granulat recyclé, la chènevotte qu’on achète auprès d’un fournisseur situé dans l’Aube », détaille Sonia Yansi.

 

La chènevotte, qui est une partie de la tige de chanvre, est « la résultante d’un cahier des charges » défini avec le fournisseur. « Pour que le produit puisse passer facilement en machine, il nous fallait une chènevotte calibrée, très fine ». Pourquoi le chanvre ? « C’est le matériau, après le bois, qui est le plus utilisé. C’est aussi le matériau sur lequel, nous avons le plus de recul, que nous maitrisons le mieux, et qui présente déjà de base, d’excellentes performances thermiques et hygrothermiques ».

 

Une innovation triplement brevetée

 

Parexlanko précise compter sur trois brevets pour cette solution : « deux sur le liant et un sur le procédé de projection ». Sonia Yansi souligne : « Aujourd’hui, quand vous regardez le marché, les solutions existantes s’appliquent soit manuellement. Vous avez un rendement de 6m2/jour, c’est assez fastidieux. Soit, c’est une projection par voie sèche. Vous avez donc en bout de lance deux sorties, pour le liant et le chanvre. Les machines coûtent excessivement cher. C’est un budget pour l’entreprise » et un frein pour celles qui souhaitent se lancer.

 

 

Ici, l’enduit est préparé en amont : « Cette solution s’applique avec une machine classique à projeter ». Une adaptation est simplement nécessaire. A cet effet, Parexlanko a développé un kit d’outillage spécifique qui est composé d’une jaquette, d’un tuyau de 30 mètres et d’une lance de projection brevetée.

 

Répondre aux attentes des professionnels

 

La solution répond à une vraie demande du marché. « La production de chanvre en France, c’est 50 000 tonnes, soit la moitié de la production en Europe. Sur ces 50 000 tonnes, 10% sont utilisées pour le bâtiment ». Une part qui monte « crescendo ». « Nos prescripteurs aussi sont de plus en plus dans la tendance du biosourcé. Et en termes de réglementation, ça avance ». L’objectif pour la société était donc de « se lancer sur ce créneau ».

 

Parnatur Corps d’enduit chanvre est destiné à la restauration du bâti ancien en intérieur et en extérieur, un marché pour lequel il n’existe pas vraiment d’obligations. Aujourd’hui, seules les fiches ATHEBA font office de référence pour l’isolation du bâti ancien, des documents qui « conseillent de proscrire tout ce qui est matériau très résistant à la diffusion de vapeur parce que le bâti ancien a besoin de respirer » et préconisent « de mettre en place des correcteurs thermiques en intérieur ou en extérieur sur des épaisseurs d’environ 5 cm ».

 

C’est d’ailleurs sur ces fiches que Parexlanko s’est appuyé pour développer Parnatur. Compatible avec la plupart des supports du bâti ancien, la solution s’applique par passes successives de 15 à 20 mm, à raison de 40 à 60 mm maximum par jour. Son application possible de 20 à 80 mm permet de compenser les éventuels défauts de planimétrie.

 

Les « meilleures » performances du marché

 

En termes de performances, la société indique qu’elles sont les « meilleures du marché » ; des performances qui ont été « mesurées et validées par des organismes indépendants certifiés ».

 

Parnatur Corps d’enduit chanvre présente par exemple « la conductivité thermique la plus importante du marché parmi les solutions chaux-chanvre : λ 0,066 W/m.K ». Et contrairement à d’autres isolants, l’innovation participe à l’inertie du bâtiment. « Pour être qualifié de bon matériau, il faut avoir une très faible diffusivité et une très forte effusivité (…). Quand on compare les autres isolants biosourcés, nous avons les meilleures performances », insiste là encore Sonia Yansi.

 

Elle précise également : « Nous avons regardé le déphasage thermique. Pour une épaisseur de 6 cm, notre solution a un déphasage de 3h15, alors que pour le PSE par exemple, le déphasage est à une heure ».

 

Quant au confort hygrothermique, « Nous avons une MBV (Moisture Balanced Value) égale à 2,9 », soit une classification « Excellent ». La MBV est la capacité du matériau à absorber l’excès d’humidité et à relarguer quand l’air est très sec.  Le produit agit « comme une climatisation naturelle : quand il fait trop chaud, le chanvre par évaporation de l’eau qu’il aura absorbée, va pouvoir rafraichir un peu l’ambiance. Et à contrario, quand il va faire trop humide et froid, il va générer de la chaleur en condensant l’eau absorbée ».

 

Autre donnée, la perméabilité à la vapeur d’eau. Avec un μ =4,2, Parnatur se veut plus performant que les enduits à la chaux classique de Parexlanko pour lesquels la valeur « mu » se situe entre 8 et 10.

 

Enfin, en termes de performance acoustique, Sonia Yansi précise : « Lorsque nous avons fait notre formulation, nous tenions vraiment à laisser une grande place au chanvre, qu’il y ait plus de chanvre que de liant, parce que c’est vraiment le chanvre qui possède les propriétés thermiques et hygrothermiques de base. Grâce à cette forte proportion de chanvre et à la forte porosité du produit, nous avons aujourd’hui une performance acoustique qui est bien supérieure aux formulations des bétons de chanvre que vous avez sur le marché. Pour 5 cm d’épaisseur, nous avons une perte par transmission de 53 dB ».

 

 

Pour ce produit, Parexlanko a fait établir une fiche FDES par Karibati, vérifiée par l’Inies. « Nous sommes trois fois moins impactant qu’un enduit minérale à épaisseur égale. Pour 8 centimètres d’épaisseur, nous avons une empreinte carbone de 6,4 kg.CO2.m2 ».

 

Parnatur est également labellisé produit biosourcé, une certification délivrée par Karibati. « Notre teneur en biosourcé est supérieure à 25% en poids et 70% en volume ». 

 

Accompagner les applicateurs

 

Pour ce qui est de l’application, Sonia Yansi explique : « Cette solution n’est pas du tout visée par le DTU 26.1. Il n’y a pas d’avis technique non plus. Pour que nos clients puissent être assurés sur leur chantier, il faut qu’ils suivent une formation Construire en chanvre ». « Nous avons fait former plusieurs référents techniques chez Parexlanko pour qu’ils puissent, à leur tour, former nos clients ».

 

« De la préparation du support jusqu’à l’application de la finition », chacune des étapes du chantier est passée au crible. Une fois le projet finalisé, Parexlanko vérifie que tous les process ont été respectés. « Si tout est bien fait, nous délivrons l’attestation Construire en Chanvre ».

 

Propos recueillis par Rose Colombel
Photos : ©Parexlanko

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les filières « bois » et « chanvre » partenaires pour promouvoir le biosourcé

Les filières « bois » et « chanvre » partenaires pour promouvoir le biosourcé

L’Union des industriels et Constructeurs Bois (UICB) et InterChanvre annoncent la signature d’un partenariat visant à promouvoir et à développer le recours aux solutions de construction biosourcées renouvelables. Cet engagement prendra la forme d’actions d’information pédagogique, de communication presse et d’organisations d’événements afin de sensibiliser l’ensemble des parties prenantes aux avantages de ces solutions.
La filière des isolants biosourcés en plein boom

La filière des isolants biosourcés en plein boom

Selon les chiffres de l’Association Syndicale des Industriels de l’isolation végétale (ASIV), le déploiement du biosourcé dans la construction est en plein essor. Avec une croissance de plus de 40% en 4 ans et près de 18 millions de m2 d’isolants installés, la filière a permis la création de plus de 4 000 emplois directs et indirects non délocalisables ces 6 dernières années.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter