Un produit innovant pour réaliser l’isolation des combles d’une maison Nouveaux produits du BTP | 20.02.18

Partager sur :
Spécialiste de l’isolation des combles perdus par soufflage, ISOcomble a une nouvelle fois eu l’occasion de démontrer son savoir-faire ! L’entreprise est en effet intervenue sur une maison située au Taillan, en Gironde, afin de déployer son nouveau produit biosourcé : l’ISOtextil. De quoi assurer la ‘’transition énergétique’’ de ce bien, pour le plus grand plaisir de ses occupants.
« Établir une atmosphère saine (…) et se créer un véritable cocon » : tel était l’objectif de Stéphanie et Thomas, qui ont récemment acheté une maison au Taillan, dans la grande agglomération de Bordeaux (33), pour y emménager avec leurs deux enfants.

Particulièrement engagé dans le respect de l’environnement, le ménage a rapidement entrepris des travaux afin d’assurer l’isolation de ses combles perdus. Le but de cette démarche : réduire les dépenses en termes de chauffage et éviter le gaspillage – le tout, si possible, grâce à un produit biosourcé.

Des performances exemplaires

Pour ce faire, c’est ISOcomble, spécialisé dans ce type de chantier, qui a été choisi pour mener à bien le projet du couple. L’entreprise a ainsi été chargée de « projeter de façon homogène un matelas d’isolant en flocons à l’aide d’une machine à souffler spécifique afin d’assurer l’isolation phonique et thermique des combles perdus ».

     
Les combles avant/après soufflage.

Mobilisé par cette opération pendant plusieurs mois, l’industriel a mis au point un nouvel isolant sans sel de bore. Baptisé ISOtextil, celui-ci est composé de chutes recyclées de tissus neufs, en adéquation avec les critères du label Oeko-Tex. « Il est le premier isolant biosourcé dont les performances dépassent largement celles des produits traditionnels », indique ISOcomble.

Ce nouvel isolant tient d’ailleurs toutes ses promesses. Grâce aux 350 kilos d’ISOtextil qui ont été soufflés, 70 m2 ont pu être isolés « pour atteindre une performance de 0,046 W/m.K en terme d’économie d’énergie (…) et un affaiblissement acoustique de 36 décibels ». De quoi combler toutes les attentes des habitants de la maison !

F.C
Photos : ©ISOcomble
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rockplus, la nouvelle gamme d’isolants par Rockwool

Rockplus, la nouvelle gamme d’isolants par Rockwool

Rockwool a lancé, en novembre dernier, une nouvelle gamme d’isolants intitulée Rockplus, qui présente de nouvelles performances thermiques et acoustiques, ainsi qu’un meilleur confort de pose. L’occasion de faire le point sur le marché de la rénovation thermique et sur ces nouveaux produits innovants avec Matthieu Biens, directeur marketing et développement de Rockwool.
Le système constructif Façade F4 fait peau neuve

Le système constructif Façade F4 fait peau neuve

Filiales du Groupe Saint-Gobain, Isover et Placo ont croisé leurs expertises respectives afin de faire évoluer le système constructif Façade F4. S’offrant une nouvelle vie, ce dernier intègre désormais des profilés métalliques moins épais et moins lourds, une laine de verre particulièrement performante, ainsi qu’une pastille d’étanchéité à l’air ne nécessité aucune ossature métallique supplémentaire. Présentation.
Les travaux de rénovation les plus réalisés en 2016 sont…

Les travaux de rénovation les plus réalisés en 2016 sont…

Si les travaux de rénovation font toujours partie des priorités des Français qui cherchent à améliorer leur habitat, certains sont toujours plus privilégiés que d’autres. Quelleenergie.fr, site spécialisé dans le conseil en économies d’énergie, a récemment dévoilé sont « top 5 des travaux de rénovation en 2016 ». Alors, qui du double-vitrage ou de l’isolation des combles a eu la cote l’année dernière ? Toutes les réponses.
Seuls 25% des travaux de rénovation ont un impact énergétique « significatif » (Etude)

Seuls 25% des travaux de rénovation ont un impact énergétique « significatif » (Etude)

Il y a quelques jours, l’Ademe a dévoilé les résultats d’une enquête réalisée auprès des Français qui ont rénové leur logement. Intitulée TREMI, l’étude révèle qu’entre 2014 et 2016, 5,1 millions de ménages ont réalisé des travaux pour un coût moyen de 11 750 €. Si 83% d’entre eux estiment avoir amélioré le confort thermique de leur logement, l’Ademe indique que seuls 25% des travaux ont eu « un impact énergétique significatif ». Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter