Fermer

L'outil Ubysol révolutionne la traçabilité des déchets de chantiers

Développé par Bouygues Travaux Publics, l'outil Ubysol permet aux entreprises de tracer l'évacuation des déchets de chantiers, notamment pour lutter contre les dépôts sauvages. Si l'outil est déjà utilisé sur certains chantiers du Grand Paris, Bouygues Travaux Publics ambitionne désormais de le commercialiser hors du groupe. Pour cela, il compte sur un partenariat noué avec Hesus. Thomas Coloby, chef de service exploitation chez Bouygues Travaux Publics, nous présente les avantages de l'outil, et les perspectives de développement à venir.
Publié le 08 décembre 2020

Partager : 

L'outil Ubysol révolutionne la traçabilité des déchets de chantiers - Batiweb

En 2017, Bouygues Travaux Publics lance l'outil « Ubysol », visant à dématérialiser et mieux suivre la traçabilité des déchets de chantiers, notamment dans l'optique des chantiers du Grand Paris Express.

 

Concrètement, l'outil fonctionne grâce à un capteur placé sur la benne d'un camion et permet de suivre ses déplacements et de détecter, grâce à un inclinomètre, lorsque la benne se soulève, permettant de savoir où et quand les déblais ont été déchargés. Les informations de déplacements sont envoyées toutes les dix minutes au serveur, et recensées sur une cartographie, permettant de suivre les déplacements des camions en temps réel via une application. De cette façon, la traçabilité est assurée de manière précise, et limite le risque de dépôts sauvages.

 

Le capteur et son GPS sont aujourd'hui sans cesse améliorés pour plus de précisions. Une nouvelle versiondevrait d'ailleurs être commercialisée début 2021.

 

Dématérialisation et simplification des usages

 

Depuis l'application, l'opérateur rentre les informations sur le chantier, le type de déchets, et le tonnage estimé ou réel. A partir de ces informations, un bordereau de voyage est généré.

 

« Ce qui est intéressant, c'est que la manipulation est très rapide, elle se fait en quelques clics seulement, et on est en train de réfléchir à des systèmes d'automatisation », précise Thomas Coloby. « Le bordereau de suivi de déchets est également généré tout seul à partir des informations qui ont été pré-remplies », ajoute-t-il. L'outil évite ainsi d'avoir à rentrer manuellement toutes ces informations – une opération souvent fastidieuse et source d'erreurs – et permet un gain de temps considérable.

 

Depuis cette application, l'ingénieur environnement peut ensuite vérifier le bon déroulé des opérations, corriger les éventuelles erreurs, et être alerté en cas de problème.

 

Mais l'ingénieur environnement et le « dispatcheur transport » (qui vérifie le trajet vers les filières) ne sont pas les seuls à avoir accès à ces informations. « Nous avons développé une fonction « mails », notamment pour que les chefs de chantier et conducteurs de travaux aient un récapitulatif en fin de journée », précise le chef de service.

 

« Ce que l'on a aussi développé pendant la crise liée au Covid-19, lorsque tout le monde était inquiet concernant la transmission de documents papiers, c'est la dématérialisation des bordereaux par un envoi de mail. Ce mail contient les informations qui sont habituellement sur le bordereau papier, et il est envoyé à la fois au transporteur et à l'exutoire », explique-t-il.

 

A terme, le capteur pourrait aussi faire office de borne de télépéage, permettant d'informer l'exécutoire de l'arrivée du transporteur.

 

Parmi les autres axes d'amélioration à l'étude : le développement d'une interface dédiée au transporteur, qui lui permettrait notamment d'obtenir des informations sur le trajet qu'il doit effectuer, et de recevoir des notifications.

 

Un outil à commercialiser et démocratiser

 

L'outil est actuellement utilisé sur cinq chantiers du Grand Paris et d'autres chantiers menés par Bouygues. En tout, 2 millions de tonnes de déchets de chantiers ont pu être suivis depuis 2017.

 

A travers le partenariat récemment développé avec Hesus, entreprise spécialisée dans la gestion des déchets de chantiers, Bouygues Travaux Publics lui confie la commercialisation d'Ubysol hors du groupe. L'objectif ? Le démocratiser dans toutes les entreprises amenées à gérer des déchets de chantiers, en France, mais aussi éventuellement à l'étranger – des pistes de développement sont ainsi à l'étude en Suisse, en Angleterre et en Australie.

 

Propos recueillis par Claire Lemonnier

Photo de une : Julien Lutt / Capa Pictures

 

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.