Malgré la crise sanitaire, les startups du smart building restent dynamiques Numérique - BIM | 26.03.21

Partager sur :
D’après une étude IFOP, SIACI, WITTYFIT, relayée par Wawestone, spécialiste de la transformation des entreprises et des organisations, 74% des salariés pensent qu’il y aura un avant et un après crise covid-19. C’est dans ce contexte que Wawestone publie son édition 2020 du radar des startups smart building, mettant en évidence un fort besoin de flexibilité avec lequel devront composer les entreprises à l'avenir. Précisions.

Depuis la crise sanitaire du Covid-19 et la poussée d’un télétravail massif, dû au confinement, les entreprises françaises ont dû réinventer leurs manières de travailler, précipitant la digitalisation. Malgré que cette dernière soit une « véritable opportunité d’accélération pour le travail » d’après Wawestone, cette situation met également en évidence « un fort besoin de flexibilité avec lequel devront composer les entreprises à l’avenir. » 

Afin de prendre en compte ces nouveaux enjeux et de proposer un premier éclairage sur cet écosystème, Wawestone, cabinet de conseil français qui a pour mission d'accompagner les leaders d'aujourd'hui et de demain dans leurs décisions les plus stratégiques, publie son radar des startups smart building, édition 2020.

Un secteur actif

Les investissements dans les startups du Smart Building s'élèvent à plus de 203 millions d’euros depuis 2010, dont 65% sur les trois dernières années. En moyenne, 41 millions d’euros sont investis par an dans les startups du Smart Building. Malgré une forte baisse du nombre d’investissement après le confinement du mois de mars 2020, le secteur a retrouvé la confiance des investisseurs dès le mois de septembre de la même année, un résultat qui traduit le dynamisme de cet écosystème en perpétuelle évolution.  

« A cet intérêt croissant des investisseurs, viennent s’ajouter des rapprochements stratégiques entre startups et grands groupes. C’est le cas du groupe Sodexo, via sa corp-up WX Solutions, qui a pris une participation majoritaire au capital de CSM, spécialiste des capteurs de mesure d’occupation, pour accélérer son développement sur le Workplace », indique Wawestone dans un communiqué.

Garantir une bonne qualité de l'air intérieur

Le nettoyage, la qualité et le renouvellement de l’air sont devenues des priorités majeures depuis la crise sanitaire. En effet, certaines startups de la sous-catégorie « qualité de l’air » ont mobilisé leurs équipes de R&D pour apporter des réponses immédiates liées aux enjeux dus à la Covid-19. Ainsi, 13 millions d’euros ont été levés uniquement en 2020, soit 40% du total des levées de fonds de la catégorie sur les 10 dernières années.   

WaweStone explique que « rassurer les collaborateurs et les inciter à réinvestir le bureau passe avant tout par la garantie d’un espace de travail propre et régulièrement désinfecté. » 

« La crise du Covid-19 a propulsé le monde de la propreté au-devant de la scène, le nettoyage et la désinfection des lieux publics et privés étant le meilleur rempart au virus », déclare la société Taqt, spécialiste des solutions pour digitaliser les process. Cette dernière, par exemple, propose des solutions de « feuille de passage numérique » permettant de rassurer les salariés en les informant des derniers nettoyages réalisés. Au même titre que les données d’occupation produites par des capteurs ou des solutions comme Ubigreen ou Jooxter, pouvant être désormais exploitées par les prestataires de ménage pour identifier les zones à nettoyer prioritairement.

La gestion et l’optimisation des espaces de travail 

« L’environnement de travail physique devra être modulaire pour s’adapter aux différentes situations de travail sur site et facilement ré-aménagable selon les besoins des utilisateurs en constante évolution », prévient Wawestone.

Mais la crise sanitaire a largement favorisé l’investissement dans les startups spécialisées en gestion et optimisation des espaces. En effet, plus de 11 millions d’euros ont été levés en 2020, représentant une croissance de près de 50% sur les trois dernières années. Ces startups ont su apporter une réponse pertinente pour accompagner les entreprises dans leur transformation d’environnement de travail post-covid. 

Entre autres, la start-up Jooxter propose  des solutions pour aider les collaborateurs à s'adapter à leurs nouveaux modes de travail hybrides leur permettant d’organiser  facilement leur mix présentiel. De nombreux autres acteurs ont également apporté des solutions en proposant notamment « des fonctionnalités de réservation de bureaux, largement plébiscitées par les entreprises pour faciliter le retour au bureau et assurer une traçabilité de leurs utilisateurs en cas de contamination. »

 

Marie Gérald 

Photo de Une : AdobeStock 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Permis de construire numérique : où en est-on ? - Batiweb

Permis de construire numérique : où en est-on ?

Bien qu'initiée il y a déjà plusieurs années, la révolution numérique n'est toujours pas pleinement aboutie dans de nombreux secteurs, y compris celui de la construction. S'il est vrai que le BIM est aujourd'hui incontournable et que l'utilisation des drones sur chantier se démocratise peu à peu, nombreux sont les professionnels qui résistent encore et toujours à la digitalisation du BTP. Contrairement au Permis de construire, qui est, lui, amené à devenir exclusivement numérique.
La construction, un secteur « qui n’a jamais été autant innovant » - Batiweb

La construction, un secteur « qui n’a jamais été autant innovant »

En juillet dernier, BATIMAT, en partenariat avec le Gimélec, lançait une initiative visant à rassembler tous les acteurs du bâtiment, toute l’année, autour d’une marque fédératrice : Construction Tech®. La marque se décline en une série d’actions dont la mise en place d’un Observatoire en collaboration avec Xerfi. La première étude révèle que la filière construction est en pleine évolution et intègre de plus en plus les nouvelles technologies. Retour sur les chiffres clés.
De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment - Batiweb

De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment

Créé en 2003, Resolving se veut un « accélérateur digital » des métiers de l’immobilier et de la construction. La société met au service des différents acteurs du secteur des solutions collaboratives, l’objectif étant de les aider dans leur transformation digitale et de les accompagner au mieux pour qu’ils échangent « des informations le plus rapidement et le plus pertinemment possible ». Le point avec Franck Meudec, Vice-président-CEO de Resolving.
Resolving accompagne Rabot Dutilleul dans la digitalisation de ses chantiers - Batiweb

Resolving accompagne Rabot Dutilleul dans la digitalisation de ses chantiers

Rabot Dutilleul et Resolving ont annoncé, en janvier dernier, la signature d’une convention de partenariat en faveur de la digitalisation des métiers de la construction. L’initiative va permettre aux deux partenaires de développer des solutions collaboratives et novatrices. Pour Rabot Dutilleul, il s’agira de poursuivre sa mutation numérique et de proposer à ses clients, une offre « toujours plus globale et pertinente ».

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter