« Notre mission est de faciliter le virage numérique » (Hugo Brizard, K-Ops)

Numérique - BIM | 01.09.21
Partager sur :
« Notre mission est de faciliter le virage numérique » (Hugo Brizard, K-Ops) - Batiweb
L'entreprise québécoise Pharonyx, créée par Hugo Brizard et Samuel Godbout, est à l'origine de K-Ops (prononcé Khéops), un outil de suivi de chantier collaboratif, qui arrive en France, et compte déjà plus de 2 000 utilisateurs. Les explications d'Hugo Brizard, son co-fondateur.

Comment est née la solution K-Ops ?

 

On travaillait dans le secteur de la construction depuis 2010, dans une grande entreprise qui s'appelle SNC Lavalin, pour des gros projets d'infrastructures de 1 à 6 milliards de dollars, donc on développait des outils collaboratifs pour faire le pont entre le bureau et le chantier.

 

En 2013-2014, j'ai pris une année sabbatique avec ma conjointe pour traverser les Amériques en voiture, on a conduit de Montréal en Argentine aller-retour, et on s'est aperçus qu'il y a avait de la construction partout où l'on passait. On s'est dit que ça n'était pas normal que 90 % des TPE n'aient pas la capacité de prendre le virage numérique.

 

On s'est dit qu'on allait recommencer de zéro en 2016, donc on a créé l'entreprise Pharonyx et on a développé le prototype de K-Ops pour atteindre le marché des petites et moyennes entreprises, pour les aider à être plus performantes dans la productivité et dans la gestion de leurs projets de construction.

 

K-Ops est un outil qui fait référence aux pyramides de Khéops en Egypte. L'application est accessible sur le web, sur application mobile, donc téléphone et tablettes, et permet à tous les intervenants du processus de construction de collaborer ensemble au sein d'une même plateforme.

 

En quoi l'application se différencie des autres outils de suivi de chantier ?

 

On est vraiment axés sur les PME et on se concentre sur un outil simple d'utilisation. On sait que dans le domaine de la construction, il y a beaucoup de résistance au changement au niveau de l'adoption technologique, donc notre outil est simple et configurable. De plus, les collaborateurs sont illimités. Chaque gestionnaire a une licence K-Ops, mais tous les collaborateurs au projet ne paieront jamais. C'est beaucoup plus avantageux, et on n'écarte personne autour de la table, pour que tout le mode puisse participer.

 

Comment fonctionne l'abonnement ? 

 

C'est une licence de type SaaS (Software as a Service) qui permet de s'enregistrer de façon mensuelle ou annuelle, mais 90 % de notre clientèle choisit un abonnement annuel qui permet d'avoir un rabais de deux mois. Trois forfaits sont proposés, à partir de 59 euros par gestionnaire par mois, avec collaborateurs illimités, stockage illimité, et projets illimités.

 

Y a-t-il des fonctionnalités particulièrement appréciées ?

 

Pour ceux qui sont familiers avec le drive ou Dropbox, on a sensiblement la même fonctionnalité mais spécialisée pour la construction, donc ça n'est pas seulement un dépôt de fichier. On a notamment un module « rapport quotidien de chantier » qui permet de tout rentrer de façon automatisée, que ce soit l'avancemenet des projets, les livraisons, les défauts constatés, les photos prises sur le chantier etc.

 

Le rapport quotidien de chantier peut prendre jusqu'à 1 heure manuellement lorsqu'il faut aller chercher les informations, alors que cela prend 5 à 10 minutes sur K-Ops. On réduit également les délais de réponse car il y a des rappels qui sont envoyés. Le gestionnaire économise en moyenne 5 heures par semaine en utilisant K-Ops, donc sur une année complète on peut parler d'une économie d'environ 8 000 euros par utilisateur.

 

Quels sont vos principaux clients ?

 

On a à peu près 75 % de maîtres d'oeuvre, 10 % de maîtres d'ouvrage, 10 % d'architectes et ingénieurs, et 5 % d'artisans (plombiers, électriciens, menuisiers...), donc différents corps de métiers. On va principalement s'adresser à entreprises de 5 à 200 salariés.

 

Où en êtes-vous dans votre développement à l'international ?

 

On se concentre davantage sur la francopponie. C'est un autre de nos avantages concurrentiels. On est principalement présents au Québec, en France et en Belgique, mais aussi en Afrique du Nord et de l'Ouest, dans des pays comme le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, ou la Côte d'Ivoire. Mais nous venons de recruter une nouvelle représentante des ventes pour s'occuper de démarcher tout le Canada anglais ainsi que les Etats-Unis.

 

Selon vous, qu'est-ce que la digitalisation apporte au secteur de la construction ?

 

Je pense qu'il est nécessaire d'accélérer la digitalisation. 14 % du PIB mondial est dans la construction, donc cela représente une portion gigantesque de l'économie. Le fait qu'on n'ait pas observé d'amélioration de la productivité depuis les 20 dernières années est inquiétant. Notre mission est de faciliter le virage numérique des entreprises avec K-Ops. On est aussi présents dans le milieu académique, où l'on fait des formations sur le suivi de chantier moderne.

 

Propos recueillis par Claire Lemonnier

Photo de une : Hugo Brizard

 

Claire.lemonnier
filter_list

Sur le même sujet

Finalcad lève 40 M$ et poursuit la numérisation du secteur de la construction - Batiweb

Finalcad lève 40 M$ et poursuit la numérisation du secteur de la construction

La startup française Finalcad annonce avoir levé 40 millions de dollars auprès de fonds internationaux ; un nouveau tour de table qui lui permettra d’accélérer le déploiement de ses services et produits en Europe et en Asie, notamment ses outils de numérisation des chantiers de construction. Lancée en 2012, la société compte actuellement 170 salariés, dont une centaine en France.
Resolving accompagne Rabot Dutilleul dans la digitalisation de ses chantiers - Batiweb

Resolving accompagne Rabot Dutilleul dans la digitalisation de ses chantiers

Rabot Dutilleul et Resolving ont annoncé, en janvier dernier, la signature d’une convention de partenariat en faveur de la digitalisation des métiers de la construction. L’initiative va permettre aux deux partenaires de développer des solutions collaboratives et novatrices. Pour Rabot Dutilleul, il s’agira de poursuivre sa mutation numérique et de proposer à ses clients, une offre « toujours plus globale et pertinente ».
Chômage partiel dans le BTP : qui sont les plus touchés ? - Batiweb

Chômage partiel dans le BTP : qui sont les plus touchés ?

Les mesures de sécurité établies pour limiter la propagation du coronavirus ont d’abord eu un impact direct : l’arrêt des chantiers. Avec la reprise progressive de ceux-ci, d’autres questions se soulèvent. Le BTP se relèvera t-il de cette crise ? Cette question crée des appréhensions, les surcoûts, les faillites, le chômage, les salaires, autant de doutes que la CAPEB, la FFB et les CERC chiffrent.
Digitalisation : où en sont les artisans du secteur de la menuiserie ? - Batiweb

Digitalisation : où en sont les artisans du secteur de la menuiserie ?

Alors que la digitalisation s'est accélérée dans tous les secteurs ces dernières années, y compris dans le bâtiment, EquipBaie-Metalexpo s'est s'intéressé au cas des artisans du secteur de la menuiserie. Une étude réalisée entre le 15 mars et 7 avril dernier montre que ces artisans ont pris le tournant du digital, notamment pour gérer leur activité et répondre aux demandes de leurs clients, mais sont encore à la traîne concernant le BIM et la réalité virtuelle.