Fermer

« La ville des saisons », pour faire face aux défis climatiques et sociaux

Comment vivre en ville à horizon 2050 ? C’est la question que se sont posés les étudiants du Mastère spécialisé Marketing, Design et Création, porté par Audencia et Centrale Nantes. Le sujet leur a été soumis par Leonard, la plateforme de prospection de Vinci. Les 19 étudiants dévoilent leur livre blanc proposant des solutions innovantes, inspirées de la nature.
Publié le 10 septembre 2021

Partager : 

« La ville des saisons », pour faire face aux défis climatiques et sociaux - Batiweb

En 2050, plus des deux tiers de la population mondiale vivra en ville. La planète comptera près de 43 métropoles de 10 millions d’habitants. Avec de fortes variations saisonnières liées au réchauffement climatique, la température devrait grimper de 2 à 3 degrés. 

Comment vivront les habitants d’ici 30 ans et comment s’y préparer ? Les 19 étudiants du Mastère Spécialisé Marketing, Design et Création (MDC) d’Audencia et Centrale Nantes dévoilent leur propositons dans un livre blanc. L'aboutissement de six mois de travail qui se base sur des interviews d’experts et plusieurs analyses. 

S'adapter aux cycles des saisons

Afin de répondre à trois enjeux prioritaires que sont le confort thermique, la création de lien social et l'optimisation de l’espace et des ressources, les 19 étudiants ont développé le concept de la ville des saisons, « capable de s’adapter aux cycles de toute nature ».  

Toutes les solutions imaginées sont basées sur des observations de phénomènes naturels, autrement dit du biomimétisme, et des analogies en lien avec le monde végétal et animal. Déclinées suivant 4 échelles (l’habitat, le bâtiment, la rue et le quartier), elles illustrent « une ville soucieuse de son environnement, de ses habitants, où l’espace public est réinvesti à travers une collaboration plus étroite des acteurs privés et publics ».

Par exemple, afin de s’adapter au dérèglement climatique et améliorer le confort thermique des bâtiments, les étudiants soulignent que les villes devront rénover la plupart des bâtiments existants et envisager de nouvelles constructions en s’appuyant principalement sur « les propriétés régulatrices de la nature en matière d’isolation ».

Contre l’isolement des individus et la désertion de certains espaces publics, ils proposent également la création d’éco-systèmes par quartiers et de structures partagées. Par ailleurs, selon eux, la rue doit s’adapter aux impacts climatiques. Ils proposent donc que la rue devienne un « parcours de fraîcheur et de préservation de la biodiversité en ville, tout en créant de nouveaux lieux d’inclusivité et d’échanges ».

 

 

A noter que les solutions développées par les étudiants alimenteront les réflexions des équipes de Leonard, mobilisées depuis 2018. Pour découvrir le livre blanc, cliquez ici.

 

Marie Gérald 

 

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.