Polémique sur la maison individuelle : la ministre du Logement réagit

Urbanisme | 18.10.21
Partager sur :
Polémique sur la maison individuelle : la ministre du Logement réagit - Batiweb
Jeudi 14 octobre, la ministre du Logement Emmanuelle Wargon prononçait un discours de clôture pour « Habiter la France de demain ». A cette occasion, elle a tenu des propos ambigus sur le modèle de la maison individuelle, vivement critiqués par deux fédérations du bâtiment. Face à ces réactions, la ministre a à son tour réagi, regrettant une « caricature » de ses propos. Retour sur cette polémique.

Ce vendredi 15 octobre, les fédérations du bâtiment ont vivement réagi aux propos tenus par Emmanuelle Wargon, ministre du Logement, à propos des maisons individuelles.

 

Clôturant l'opération « Habiter la France de demain », la ministre du Logement avait qualifié les maisons individuelles de « non-sens écologique, économique et social ». « Le modèle du pavillon avec jardin n'est pas soutenable et nous mène à une impasse », avait ajouté la ministre. Ce qui n'avait pas manqué de faire réagir les constructeurs, rappellant que la maison individuelle reste à ce jour le mode d'habitat préféré des Français.

 

La FFC et le Pôle Habitat FFB montent au créneau

 

Dans une tribune envoyée vendredi matin, la Fédération Française des Constructeurs (FFC) s'est offusquée de propos « tenus par une élite parisienne dite écologique et pourtant très loin des territoires, des habitants et de leurs préoccupations ».

 

« Vouloir entasser les Français dans du logement collectif aux portes des métropoles est aussi faire peu de cas de la majorité de nos concitoyens, de leurs envies, de leurs souhaits. C'est aussi vouloir réserver « le rêve » aux catégories sociales les plus aisées et laisser aux autres, comme seul espoir, le logement social puisque l'accession en logement collectif en métropole est inaccessible financièrement », a estimé Damien Hereng, président de la FFC, dans cette tribune.

 

Dans un autre communiqué, le Pôle Habitat FFB a pour sa part « déploré la stigmatisation persistante de l’habitat individuel au motif des errements de politiques d’urbanisme qui appartiennent au passé ». « Cette forme urbaine a connu de nombreuses évolutions depuis plusieurs décennies, tant en matière de sobriété foncière, de densité et de qualité architecturale que de performance énergétique et environnementale, avec l’utilisation de matériaux biosourcés par exemple. Et c’est aller à contresens des aspirations des Français que de dénoncer l’habitat individuel comme source de tous les maux », a souligné la fédération.

 

Emmanuelle Wargon déplore une « caricature » de ses propos

 

Face à ces réactions, le ministère de la Transition écologique a envoyé un communiqué de presse dans la foulée pour étouffer la polémique. La ministre a de son côté voulu rassurer sur son compte Twitter : « Je le répète très clairement : il n’est pas question d’en finir avec la maison individuelle. Je regrette la caricature faite de mes propos, qui ne reflète pas la teneur de mon discours (...) Je continuerai pour ma part de défendre tous les modèles d’habitat durables qui, sans s’opposer à la maison individuelle, donnent des perspectives d’avenir pour réconcilier l’impératif écologique et celui de loger les Français là où ils en ont besoin ».

 

« Je ne suis pas du tout opposée à la maison inviduelle. Ni celle d'aujourd'hui, ni celle de demain. La question c'est simplement de savoir où et comment on construit  », a également réagi la ministre dans une interview accordée à France Info.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Twitter

 

Claire.lemonnier
filter_list

Sur le même sujet

Jacques Chanut a des craintes sur la conjoncture et lance un débat de société - Batiweb

Jacques Chanut a des craintes sur la conjoncture et lance un débat de société

Le point trimestriel de la FFB a pris une tournure inhabituelle. Jacques Chanut, président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) avait exceptionnellement à ses côtes Patrick Vandromme, président de LCA-FFB, l’organisation qui représente les aménageurs, CMIstes et promoteurs. Et l’enjeu est important puisqu’il s’agit rien de moins que du ralentissement de la conjoncture du bâtiment en 2018 et 2019. Mais un autre sujet commence à faire polémique dans les médias, la proposition de la FFB d’embaucher 15 000 jeunes issus des quartiers de la politique de la ville et d’étudier l’embauche de migrants
Le Plan de relance est « un appel à réussir ensemble » (E. Wargon) - Batiweb

Le Plan de relance est « un appel à réussir ensemble » (E. Wargon)

Le ministère du Logement a détaillé ce jour le volet « rénovation énergétique » du Plan de relance du Gouvernement. Les différents investissements, dont le montant total dépasse les 7 milliards d’euros, visent la rénovation énergétique des logements privés, du parc tertiaire dans sa totalité et des bâtiments publics. Les mesures annoncées s’inscrivent dans la continuité des initiatives déjà engagées depuis 2017. Elles doivent cependant permettre d’accélérer la dynamique de transition écologique.
RE2020 : retours contrastés des acteurs de la construction - Batiweb

RE2020 : retours contrastés des acteurs de la construction

Le ministère de l’Écologie a présenté hier les principales orientations de la RE2020, une réglementation environnementale qui, selon les pouvoirs publics, devrait « révolutionner » le secteur de la construction. Les annonces n’ont pas manqué de faire réagir les fédérations professionnelles. Si les discours sont plutôt positifs du côté des filières bois et électrique, la sortie du gaz dans le logement neuf, l’introduction d’une analyse du cycle de vie (ACV) dynamique simplifiée, ou encore le renforcement du Bbio comptent parmi les points de vigilance évoqués par bon nombre d’acteurs.