Fermer

Activité du bâtiment : une relance « bridée », selon la FFB

La Fédération Française du Bâtiment (FFB) revenait ce mardi 14 septembre sur les chiffres de l'activité du bâtiment au 1er semestre 2021, et les prévisions pour l'ensemble de l'année. La FFB a fait état d'une baisse de -6,8 % au 1er semestre 2021 comparé à 2 ans plus tôt, et table désormais sur -5 % pour l'ensemble de l'année 2021. Si le logement individuel neuf, la rénovation énergétique, et l'emploi s'en sortent bien, la FFB s'inquiète en revanche des pénuries et hausses de prix des matériaux, et des surcoûts liés à la RE2020.
Publié le 14 septembre 2021

Partager : 

Activité du bâtiment : une relance « bridée », selon la FFB - Batiweb

Olivier Salleron, président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) présentait ce mardi les chiffres de l'activité du bâtiment au premier semestre 2021. Durant cette présentation, la comparaison s'est en grande partie faite avec les résultats du premier semestre 2019, plus représentatif que celui de l'année 2020, marqué par la crise.

 

En introduction, le président de la FFB s'est réjoui de « très belles surprises », notamment pour le logement neuf individuel, et pour l'emploi.

 

Le logement individuel neuf, moteur de la reprise

 

Le logement individuel neuf fait en effet une perçée, avec +18,3 % pour les permis de construire, et +16,3 % pour les ventes par rapport au premier semestre 2019. Olivier Salleron souligne que l'attrait pour la maison individuelle est une tendance durable depuis le début de la crise sanitaire, avec des ménages qui veulent « avoir leur petit bout de jardin ».

 

En comparaison, le logement collectif neuf fait grise mine sur la même période, avec -6,9 % pour les permis de construire, et -7,3 % pour les ventes.

 

Enrayer le déclin des permis de construire

 

Afin d'enrayer le déclin des permis de construire datant d'avant la crise, notamment dans les grandes agglomérations, la FFB mise notamment sur les propositions de la commission Rebsamen, qui devraient être publiées dans les semaines à venir. La fédération demande également la mise en place d'une instance de médiation sur le refus des permis de construire, et une réduction des délais de traitement des contentieux.

 

Olivier Salleron reconnaît que « personne ne veut voir un immeuble de 5 étages se construire devant sa terrasse plein sud », mais souligne que la densification des villes est nécessaire pour pouvoir loger tout le monde.

 

Le segment de la rénovation « décevant »

 

Concernant le segment amélioration-entretien, le bilan est décevant pour l'ensemble des travaux, avec -4,8 % comparé au premier semestre 2019. Mais la tendance est sans surprise nettement plus positive pour la rénovation énergétique des logements, avec +4,1 %.

 

Pour poursuivre dans cette dynamique, Olivier Salleron appelle donc le gouvernement à maintenir le dispositif MaPrimeRénov' tel qu'il est actuellement, et à prolonger les Certificats d'Economies d'Energie (CEE), pour plus de stabilité dans la durée.

 

Bilan : au premier semestre 2021, l'activité générale du bâtiment n'aurait pas retrouvé son niveau d'avant-crise, et serait en baisse de -6,3 % comparé à deux ans plus tôt. Ainsi, la FFB table sur une baisse de 5 % de l'activité du bâtiment pour l'ensemble de l'année 2021, comparé à 2019.

 

Une relance « bridée », dépendante des pénuries et surcoûts

 

Côté emploi, la fédération note que le nombre de recrutements est en revanche bien plus positif que prévu, avec près de 70 000 emplois supplémentaires créés par rapport au premier semestre 2019.

 

Le président de la FFB s'est également félicité de la prolongation des aides au recrutement d'apprentis jusqu'au 30 juin 2022, conditionnant toutefois ce succès à des carnets de commandes bien remplis. Ces derniers étant notamment menacés par les pénuries de matériaux, impactant notamment la plomberie, le chauffage, et la climatisation, ou encore les semi-conducteurs. A fin juillet 2021, les prix des produits en PVC auraient ainsi augmenté de +50,5 % par rapport à décembre 2020, ceux en polyuréthane de + 20,5 %, et ceux en aluminium de +18,9 %.

 

La FFB réclame ainsi l'indexation généralisée des marchés, le gel des pénalités de retard pour les marchés privés, et la possibilité de recourir à l'activité partielle en cas de pénuries avérées, que ce soit de matériaux ou de matériels.

 

La FFB s'inquiète non seulement des hausses de prix des matériaux, qui aurait généré une augmentation de 7 % du coût de la construction en un an, mais aussi des surcoûts liés à la mise en œuvre de la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) à compter de janvier. Ces surcoûts cumulés risqueraient ainsi de freiner la construction dans les mois à venir.

 

Pour pallier ces surcoûts, la FFB propose ainsi de mettre en place « MaPrimeRE2020 » , une subvention sur le modèle de « MaPrimeRénov' » pour la RE2020.

 

Claire Lemonnier

 

Par Claire Lemonnier

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.