Fermer

Activité sur les chantiers : redressement en demi-teinte au T2 2021

D’après les chiffres du Service des données d’études statistiques du ministère de la Transition écologique, l’activité des ouvriers des chantiers du BTP a encore du mal à retrouver sa stabilité d’avant-crise. Les heures totales travaillées au second trimestre 2021 sont inférieures de 6,4 %, comparé au même trimestre de 2019. Toutefois, des indicateurs montrent un redressement, notamment en termes de charge horaire et d’embauche d’ouvriers permanents.
Publié le 13 septembre 2021

Partager : 

Activité sur les chantiers : redressement en demi-teinte au T2 2021 - Batiweb

L’activité des ouvriers sur les chantiers du BTP peine toujours à renouer avec son niveau d’avant-crise. En mettant en parallèle les chiffres du second trimestre 2021 à ceux du second trimestre 2019, on remarque un recul de -6,4 % des heures totales travaillées. Ces dernières chutent de 17,5 % dans la construction de bâtiments, qui subit encore la baisse des permis de construire. Les travaux de construction spécialisés et le génie civil, de leur côté, observent respectivement une baisse d’activité de -5,5 % et de -4,9 %, donc plus modérée.

Un redressement porté par les ouvriers permanents et la sortie de l’hiver

Toutefois, la charge horaire enregistrée au deuxième trimestre 2021 dépasse globalement celui du deuxième trimestre 2019 ( +1,7 %). Une progression qui se remarque également dans les travaux spécialisés (+2,2 %) et le génie civil (+1,5 %), tandis que la charge horaire dans la construction diminue de -3,3 %. Ce résultat est en phase avec la baisse du nombre d’heures travaillées par les ouvriers permanents (-10,8 %).

Ces derniers sont en revanche un bon indicateur du redressement de l’activité globale des ouvriers du BTP. En effet, au second trimestre 2021, leur charge horaire a nettement rebondi, de +32,4 % par rapport second semestre 2020, alors marqué par la crise sanitaire. La hausse est d’ailleurs de la même ampleur parmi les nombreux secteurs : construction de bâtiments (+28,9 %), travaux de construction spécialisés (+32,6 %), et génie civil (+38,1 %).

D’autant que depuis la sortie du premier confinement, la reprise de l’activité du BTP poursuit sa dynamique au second semestre 2021. La sortie de l’hiver explique notamment un rebond de +4,1 % des heures travaillées par rapport au T1 2021, et de +0,7 % comparé au trimestre précédent.

La dynamique se maintient plutôt bien, voire très bien, dans les différentes branches du BTP, notamment dans les chantiers de génie civil, qui ne souffrent plus des conditions climatiques hivernales, avec une augmentation de l’activité de +12,4 % en glissement trimestriel (après -10,4 %).

Une baisse de l’emploi d’ouvriers permanents endiguée par les mesures gouvernementales

Grâce à la mise en place du chômage partiel, le niveau d’emploi des ouvriers permanents du secteur du BTP s’est plus ou moins maintenu sur un an, marqué d’une baisse de -0,5 % au second trimestre 2021, comparé au même trimestre de l’année précédente.

L’évolution varie cependant selon les secteurs. D’un côté, une tendance baissière se remarque dans la construction de bâtiments (-3,9 %) et les travaux de construction spécialisés (-0,6 %) sur l’année, par rapport au deuxième trimestre 2020. L’embauche dans le génie civil, en revanche, reprend des couleurs, comparé à la même époque l’année dernière (+2 %), comme par rapport au deuxième trimestre 2019 (+2 %).

Cette branche emploie d’ailleurs davantage en intérimaire au deuxième trimestre 2021 (+9,3 % après -10,7 % en glissement trimestriel). Le niveau global de l’embauche d’intérimaires reste toutefois en retrait face à la baisse d’activité liée au premier confinement. En effet, bien qu’il augmente de +44,2 % au T2 2021, comparé au deuxième trimestre 2020, il est inférieur de -27,5 % par rapport au deuxième trimestre 2019.

 

Virginie Kroun
Photo de une : Adobe Stock
 

Par Virginie Kroun

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.