Fermer

Baromètre DLR : un T2 2021 excellent, bien que bercé de craintes

Par rapport à l’année 2020, les chiffres des entreprises adhérentes à la fédération DLR sont marqués par une hausse fulgurante, hormis pour la manutention, bien plus modérée. Les secteurs concernés, soutenus par les aides de l’État, craignent toutefois la menace des difficultés de recrutement et d’approvisionnement.
Publié le 10 septembre 2021

Partager : 

Baromètre DLR : un T2 2021 excellent, bien que bercé de craintes - Batiweb

« Le dynamisme des adhérents de DLR suit la tendance observée dans tous les segments de l’économie française », annonce un communiqué de DLR concernant le second trimestre 2021 des entreprises des secteurs de la distribution, de la location et de la maintenance des matériels de BTP. Les chiffres des adhérents de la fédération sont en effet portés, en glissement annuel et comparé à 2020, par une hausse fulgurante de 53,6 % pour la location et de 37,1 % pour la distribution. La manutention, quant à elle, connait une progression plus modérée (+2,2 %)

Des résultats poursuivant la dynamique des secteurs au trimestre dernier, tout comme celle du produit intérieur brut (PIB), qui a cru de 19 %. L’intervention de l’État a dû peser dans la balance, notamment par la mobilisation fin juin dernier, hors plan de relance, de 230 milliards d’euros toutes aides confondues pour soutenir l’activité globale. L’équivalent donc de 10 % du produit intérieur brut, alors que la récession s’élève à près à 8 %.

Un soutien dont les entreprises des secteurs DLR ont bénéficié indirectement au deuxième trimestre. Ainsi, 67 % de la distribution, 30 % de la location et 29% de la manutention ont un prêt garanti par l’État en cours. 

Les difficultés d’approvisionnement et de recrutement toujours préoccupantes

Ce bilan optimiste consécutif au trimestre précédent laisse présager un retour à la normale, autant pour les secteurs couverts par la fédération DLR que pour l’économie française dans sa globalité. Toutefois, la pérennité de la reprise ne semble pas gagnée d’avance, en raison du taux d’anticipation de hausse du chiffre d’affaires, qui ne dépasse les 50 % dans aucun secteur.

D’autant que le défi de renouer avec la croissance d’avant crise laisse place à d’autres enjeux : le retour à des approvisionnements stables et la gestion de la tension sur les recrutements. Au niveau de DLR, les pénuries de matériels chez les fournisseurs compliquent le renouvellement des machines. Les cadences de production de certains intrants sont critiques, « à l’image des semi-conducteurs, ne parviennent pas à répondre à la demande », commente DLR. Les tensions en recrutement concernent, quant à elles, beaucoup les métiers de mécanicien et électronicien, parmi lesquels 75 % des embauches sont considérées comme difficiles. 

Ainsi, DLR encourage à se concentrer sur ces deux priorités pour les mois à venir. D’un côté, par le déploiement d’usines et la constitution de stocks, afin de sécuriser les chaînes d’approvisionnement de 122 produits concernant les adhérents de DLR, parmi les 9 334 importés par la France. De l’autre, en poussant les politiques de l’emploi à s’engager vers la formation professionnelle pour les métiers en tension.

 

Virginie Kroun
Photo de une : Adobe Stock
 

Par Virginie Kroun

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.