Boostheat révolutionne le marché de la chaudière Vie des sociétés | 08.11.19

Partager sur :
Après son introduction en bourse le 4 octobre dernier, Boostheat bouscule le monde de la chaudière et des pompes à chaleur avec la Boostheat.20 et sa technologie de compression thermique qui permet de diviser par deux la consommation de gaz, mais aussi avec un nouveau mode de commercialisation totalement inédit, qui fait du plombier un prestataire de Boostheat.

Une technologie révolutionnaire de compression thermique

 

Créée en 2011, l’entreprise Boostheat « est parvenue à l’aboutissement de son projet de long terme avec la création d’une pompe à chaleur (PAC) révolutionnaire qui utilise un nouveau système totalement innovant et breveté de compression thermique », résume Philippe Dujardin, directeur général de Boostheat France, en présentant la Boostheat.20, « pour 20 kW », précise-t-il. Cette dernière est non seulement une PAC, mais aussi une chaudière à condensation.

 

Son principal atout ? « Elle divise jusqu’à 2 fois la consommation gaz des meilleures chaudières à condensation par l’effet pompe à chaleur et la technologie de compression thermique ».

 

Le 23 septembre 2018 compte comme une date importante : celle du lancement des installations de la fameuse Boostheat.20. L’entreprise est introduite en bourse le 4 octobre dernier, avec une levée de fonds de 35 millions d’euros. Le prochain objectif : « atteindre les 200 commandes d’ici le 31 décembre ».

 

Un marché potentiel de 8 millions d’habitations

 

La Boostheat.20 a plusieurs segments de marché. Elle s’adresse principalement à la maison individuelle, mais peut aussi convenir au petit tertiaire (et professions libérales), ainsi qu’aux collectivités locales (locaux, écoles, mairies etc.), pour des surfaces allant de 100 à 300 m2.

 

« Ce n’est pas un produit pour le logement collectif car il y a un aérotherme, c’est à dire un élément qui doit être placé en extérieur - à la limite sur un balcon - et qui va capter les calories dans l’environnement. », précise Philippe Dujardin.

 

Concernant l’individuel, le directeur général estime qu’il y a « un marché énormissime de plus de 8 millions d’habitations ». « A l’intérieur de ces 8 millions, il y a un segment qui nous intéresse particulièrement : c’est toutes les maisons chauffées au fioul - parce qu’on sait que le fioul est une énergie condamnée et que dans les 10 ans il va falloir changer la chaudière ».

 

Et d’ajouter : « Notre produit est parfaitement adapté à cette problématique de sortie du fioul, c’est une PAC, mais aussi une chaudière à condensation en complément, et qui va capter des calories à l’environnement, donc on est créateurs d’énergie renouvelable. Pour une unité de gaz, on créé une unité d’énergie renouvelable donc on double quasiment la valeur énergétique du gaz naturel ».

 

« Par ailleurs, pour nous différencier des pompes à chaleur qui sont à 99 % des PAC électriques, notre produit permet d’assurer le besoin de 20 kW même à -20C° parce qu’au-dessus de notre pompe à chaleur, nous avons une chaudière de relève ».

 

Alléger le plombier de la charge logistique et commerciale

 

Autre aspect innovant : la commercialisation. « On aborde la commercialisation avec un aspect très disruptif », résume Philippe Dujardin.

 

L’entreprise propose en effet à installateur de prendre en charge toute la logistique et la partie commerciale.

 

« Nous mettons en place une logistique commerciale et de préparation de chantier pour le plombier. On lui livre la chaudière devant la maison au moment du démarrage du chantier, et derrière on le rémunère pour une prestation d’installation - tout à fait transparente - qui est de 2600 euros », explique Philippe Dujardin.

 

« Notre but c’est d’éviter au plombier de commencer une deuxième journée à 18h en faisant du commercial », précise-t-il.

 

Faire de l’installateur un prestataire de Boostheat

 

« L’installateur peut aussi nous amener ce que l’on appelle un lead, un prospect, qui peut aller jusqu’à la vente, et il sera rémunéré sur l’apport de la vente 1600 euros supplémentaire. Donc de la vente à l’installation finale, le package global d’intéressement est de 4200 euros. Par ailleurs, puisque nous facturons le client final, nous portons nous-même la garantie décennale et allégeons le plombier de cette obligation », ajoute Philippe Dujardin.

 

« Le plombier devient certes un poseur, mais nous lui évitons certaines tâches pour qu’il soit concentré sur l’installation et que cet accord de partenariat le valorise au mieux », explique-t-il.

 

Interrogé sur les futurs projets de Boostheat, le directeur général annonce que l’entreprise prépare d’ores et déjà la sortie d’un produit tertiaire d’une plus forte puissance de 50 kW.

 

Propos recueillis par Claire Lemonnier

Photo de une : ©Boostheat

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français

La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français

Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi au ministère de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy et Julien Denormandie, ont révélé les contours du dispositif de prime à la conversion des chaudières. L’initiative qui répond à un double enjeu, écologique et économique, doit permettre le remplacement de 600 000 équipements fonctionnant au fioul d’ici deux ans.
Hauts-de-France : vaste opération de conversion du réseau de gaz naturel

Hauts-de-France : vaste opération de conversion du réseau de gaz naturel

Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, était ce jeudi 21 février en déplacement dans les Hauts-de-France, dans le cadre de la future opération de conversion du réseau de gaz naturel qui passera du gaz B au gaz H d’ici 2029. Un changement qui concernera 1,3 million de consommateurs sur les 6 millions d’habitants de la région.
Conjoncture : un marché du génie climatique en demi-teinte

Conjoncture : un marché du génie climatique en demi-teinte

Le marché des chaudières est soutenu par les murales gaz, celui des pompes à chaleur se stabilise, tandis que la climatisation tertiaire est impactée par la crise et que la ventlation souffre de la chute des nouvelles constructions, selon les résultats du génie climatique à fin août 2013 publié par Uniclima.
Les pompes à chaleur ont toujours le vent en poupe

Les pompes à chaleur ont toujours le vent en poupe

Avec 3 millions d’unités installées, la France se positionne comme le 1er marché européen de pompes à chaleur. Une étude OpinionWay réalisée pour Qualit’EnR l’an dernier, indiquait que cet équipement constituait le dispositif préféré des Français avec 81% d’avis favorables, devant l’insert bois ou les chauffe-eaux solaires. Pourquoi tant d’engouement ? Éléments de réponse avec l’Institut Arcane Research.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter