Construction métallique : bon bilan 2018 mais toujours des difficultés de recrutement Vie des sociétés | 14.02.19

Partager sur :
Construction métallique : bon bilan 2018 mais toujours des difficultés de recrutement
Ce 14 février avait lieu le point conjoncture du secteur de la construction métallique, qui représente 750 entreprises en France. Roger Briand, président du Syndicat de la construction métallique de France (SCMF) est revenu sur une année satisfaisante, avec une progression de 4% du chiffre d’affaires national, s’établissant à 3,7 milliards d’euros, mais a souligné les difficultés de recrutement, alors que le secteur aurait besoin d’embaucher 15000 personnes d’ici 2024, soit 3000 postes par an pendant 5 ans.
Le bilan 2018 du Syndicat de la construction métallique de France (SCMF) s’est tenu ce 14 février. L’occasion également pour Roger Briand, son président, d’annoncer la conjoncture 2019, mais aussi de lancer un appel concernant les difficultés de recrutement auxquelles font face les entreprises du secteur.

Une progression de 4% du chiffre d’affaires, atteignant 3,7 milliards d’euros


Roger Briand a commencé par se réjouir d’un « bon niveau d’activité », avec une progression de 4% du chiffre d’affaires national en 2018, atteignant 3,7 milliards d’euros.

« La dynamique se confirme avec des carnets de commande qui s’affichent à un bon niveau et une visibilité à 6 mois pour les entreprises - toutes tailles confondues. Mais ces bons résultats doivent être modérés car les chiffres en fin d’année pour les constructions autorisées stagnent, alors que les constructions commencées progressent encore de 1,3% », a-t-il tempéré.

Concernant la conjoncture 2019, le président du SCMF a estimé que « la reprise des investissements industriels devraient encore porter le secteur en 2019 », notamment grâce à la mesure fiscale de sur-amortissement prise par le Gouvernement pour soutenir les investissements du futur. « Le segment des bâtiments administratifs, qui bénéficie de la préparation des Jeux Olympiques de 2024 et des travaux du Grand Paris, est également bien orienté. Quant au non résidentiel neuf, il s’affiche en 2018 en progression de 7,4%, et les prévisions tablent sur une augmentation de 3% pour 2019 », a-t-il ajouté.

15 000 personnes à recruter d’ici 2024

« Pour 2018, la bonne activité du secteur a favorisé l’embauche d’intérimaires et l’appel à la sous-traitance, mais de nombreuses entreprises sont dans l’impossibilité d’augmenter leur production en raison du manque de main d’œuvre. Le taux de progression des effectifs est en hausse de 1,8% mais reste insuffisant. Le secteur aurait besoin d’embaucher 15000 personnes d’ici 2024, soit 3000 postes par an pendant 5 ans », a annoncé Roger Briand.

Parmi les métiers recherchés : « des dessinateurs, techniciens de construction métallique, ingénieurs en bureaux d’études, chargés d’affaires, responsables qualité, soudeurs, ingénieurs-soudeurs, opérateurs de commandes numériques, chefs d’ateliers, peintres, manutentionnaires, chefs d’équipes, chefs de chantier, conducteurs de travaux etc. », a énuméré Roger Briand, soulignant dans le même temps la diversité des postes à pourvoir.

Roger Briand a poursuivit sur la problématique du recrutement des jeunes : « Le but est de montrer la diversité des métiers et d’attirer les jeunes dès leur sortie du collège ou du lycée. Nous allons lancer une campagne de communication nationale et une semaine de journées portes ouvertes chez les entreprises adhérentes du 13 au 17 mai prochain. Il y aura des visites de ateliers et des bureaux d’études dans toute la France. Plus de 1000 jeunes sont attendus ».

Le président du SCMF a également rappelé les actions du syndicat en termes de formation, avec sa participation à la création d’un nouveau BTS intitulé AMCR (Architecture, Métal, Conception et Réalisation). Mais aussi des partenariats avec des Afpa et la création de formations internes aux entreprises.

Pour « rappeler la grande diversité des réalisations », trois projets sont venus illustrer les propos de Roger Briand : la rénovation de la cuverie historique du Domaine Faiveley à Nuits-Saint-Georges, la surélévation d’un immeuble de bureaux à La Défense, et la création d’un multiplexe aquatique à Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Les intervenants ont notamment insisté sur les avantages du métal, permettant la finesse et l’élégance, mais aussi d’apporter de la lumière dans les réalisations.

Claire Lemonnier
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Progression de l’artisanat du BTP l’an dernier, avant de possibles difficultés en 2019

Progression de l’artisanat du BTP l’an dernier, avant de possibles difficultés en 2019

Après avoir présenté ses vœux pour 2019 puis signé une convention visant à développer la charte ‘’Artisan Engagé Déchets’’, le président de la Capeb Patrick Liébus organisait ce 22 janvier un nouveau point conjoncture relatif au 4e trimestre 2018. L’occasion d’apprendre que l’activité globale des artisans du BTP a progressé de +2,0% sur les trois derniers mois connus, pour une hausse annuelle qui s’établit finalement à +2,5%. La prudence est cependant de mise pour l’année à venir.
L’UFME sur tous les fronts en 2019

L’UFME sur tous les fronts en 2019

Nouvelle année, nouveaux défis pour l’Union des fabricants de menuiseries (UFME) ! Le syndicat a dévoilé ce 30 janvier ses projets pour 2019, parmi lesquels une campagne de communication inédite dédiée à la fenêtre PVC, des réflexions relatives au recyclage des menuiseries, ou encore l’extension de la convention collective. Les détails.
Immobilier : d’énormes besoins en recrutement

Immobilier : d’énormes besoins en recrutement

Alors qu’une étude Adecco Analytics datant de janvier dernier dénombrait à 157 524 le nombre d’offres d’emploi à pourvoir dans l’immobilier sur le dernier trimestre 2018, Antoine Mesnard, fondateur de Recrutimmo, confirme les besoins énormes en recrutement pour le secteur et rappelle que le nombre d’offres d’emploi reste toujours bien supérieur au nombre de candidats.
La FNTP prévoit un ralentissement pour les travaux publics en 2019

La FNTP prévoit un ralentissement pour les travaux publics en 2019

Les travaux publics auront fait 41 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018. Après deux années de croissance, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a en revanche annoncé jeudi 10 novembre que l’année 2019 serait marquée par un ralentissement de l’activité. En cause, la hausse des coûts de production, les orientations budgétaires de l’État, et notamment la diminution de la taxe d’habitation qui limiterait les investissements des collectivités, leurs principaux clients.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter