La construction métallique confirme son dynamisme en 2017 Vie des sociétés | 11.06.18

Partager sur :
Le marché français de la construction métallique a progressé de + 5,49% en 2017 confirmant ainsi son dynamisme. En effet, malgré une forte concurrence internationale, le secteur a tenu bon et a vu son chiffre d’affaires augmenter de 10%, à 3,6 milliards d’euros. Pour 2018, les perspectives de croissance sont plutôt bonnes. Seule ombre au tableau ? Les difficultés de recrutement.
Les acteurs Français de la construction métallique ont de quoi être rassurés : l’activité du secteur s’est une nouvelle fois inscrite à la hausse.

Après un exercice 2016 clôturant à 697 000 tonnes d’acier usiné, le marché a progressé en 2017 de + 5,49% avec quelque 716 000 tonnes. Ce dynamisme concerne aussi bien le marché intérieur que l’export (+ 11%) avec un chiffre d’affaires s’élevant à 3,6 milliards d’euros (+ 10%).

Le Syndicat de la construction métallique de France (SCMF) souligne cependant que le secteur est « fortement perturbé sur les grands marchés, par une concurrence internationale. Globalement, la hausse du chiffre d’affaires de la profession, n’est pas le reflet d’une rentabilité retrouvée pour les entreprises car depuis janvier 2017, la hausse des prix de l’acier a été de + 20% ».

Une activité en hausse pour chacun des secteurs d’activité

Concernant les carnets de commande, les entreprises adhérentes au SCMF affichent près de 5 mois d’activité, voire même plus de 12 mois sur certains secteurs comme les ouvrages d’art, précise le syndicat.

Les bâtiments industriels mènent la danse et représentent 56,23% de l’activité. Viennent ensuite les centres commerciaux et bâtiments d’activité (23,05%), les autres ouvrages (14,3%), les ponts et passerelles (4,86%) et enfin les pylônes (1,56%).

Le taux d’utilisation des capacités de production « s’avère supérieur à 80 ». Le syndicat indique « qu’une fois ce taux franchi, il a toujours été constaté un accroissement très net des investissements des entreprises manufacturières notamment en construction de bâtiments industriels ».

Quelles ambitions pour 2018 ?

Selon Roger Briand, président du SCMF, « le volume de l’activité pour 2018 demeure en progression (…). Les effets des constructions lancées dans le cadre du Grand Paris et les Jeux Olympiques de 2024 commencent à porter leurs fruits, notamment pour la construction de ponts et de passerelles. La commande publique liée à ces marchés devrait prendre de l’importance dans les années à venir et soutenir l’activité ».

Roger Briand regrette que la construction métallique ne soit pas toujours prioritaire lorsqu’il s’agit de grands projets : « Le plus souvent les architectes, qui conceptualisent et étudient ces dossiers, ne disposent pas d’une approche spontanée de la construction métallique. Peu d’entre eux ont développé une « culture du métal », ils connaissent moins les atouts de l’acier en comparaison aux autres matériaux ».

Autre constat : « Ces grands projets sont très souvent confiés à des Entreprises Générales et lorsque le choix d’une structure métallique est proposé, ces marchés échappent le plus souvent aux constructeurs métalliques français au profit de constructeurs étrangers à moindre coût ».

Roger Briand ajoute : « Il est important pour notre profession que les appels d’offres publics favorisent l’allotissement comme le préconise le code des marchés publics. Il ne faudrait pas que cette excellence française disparaisse ».

Développement durable, rénovation, formations… Les axes prioritaires du syndicat

2018 sera en outre l’occasion pour le syndicat d’inscrire la filière dans le concept de développement durable et d’économie circulaire en privilégiant les circuits courts. Une réflexion sera menée sur la densité urbaine et la réhabilitation.

Il s’agira également de répondre aux problématiques de recrutement. Le SCMF précise en effet que la pénurie de main d’œuvre et les difficultés de recrutement « freinent la croissance de l’activité ». Les besoins en recrutement sont estimés à plus de 3 000 personnes.

Dans ce contexte, le syndicat a lancé un appel à l’ensemble des conseils régionaux, aux AFPA, CFA, GRETA, lycées, etc. « pour démultiplier les classes de formation aux métiers de la construction métallique avec des profils allant de la conception au process et mise en œuvre : soudeurs, opérateurs, assembleurs, projeteurs, chargés d’affaires, ingénieurs en bureau d’étude, ingénieur soudeur, etc. ».

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Construction métallique : bon bilan 2018 mais toujours des difficultés de recrutement

Construction métallique : bon bilan 2018 mais toujours des difficultés de recrutement

Ce 14 février avait lieu le point conjoncture du secteur de la construction métallique, qui représente 750 entreprises en France. Roger Briand, président du Syndicat de la construction métallique de France (SCMF) est revenu sur une année satisfaisante, avec une progression de 4% du chiffre d’affaires national, s’établissant à 3,7 milliards d’euros, mais a souligné les difficultés de recrutement, alors que le secteur aurait besoin d’embaucher 15000 personnes d’ici 2024, soit 3000 postes par an pendant 5 ans.
K.Line conclut l'exercice 2017 sur un chiffre d'affaires de 305 millions d'euros

K.Line conclut l'exercice 2017 sur un chiffre d'affaires de 305 millions d'euros

La reprise confirmée du marché de la construction a bénéficié à de nombreux acteurs ! Parmi eux, le fabricant de fenêtres K.Line a largement su tirer profit de cette tendance, avec un chiffre d'affaires 2017 en hausse de 13% par rapport à l'année précédente. La stratégie de diversification amorcée par l'entreprise en 2016 semble ainsi porter ses fruits ! A tel point que l'industriel français a recruté plus de 200 professionnels l'an dernier, et pourrait encore pourvoir 400 postes en 2018.
La fenêtre chauffante : une innovation prometteuse ?

La fenêtre chauffante : une innovation prometteuse ?

Le marché de la fenêtre chauffante est-il promis à un bel avenir ? Début de réponse avec la gamme Acier Climat Line à barrière thermique de chez RP Technik (groupe KDI), équipée du vitrage chauffant IQ Glass, qui sera dévoilée au public sur le salon Metal Expo 2010 (16 - 19 nov. Paris Porte de Versailles).
Construction métallique : les points noirs de la croissance

Construction métallique : les points noirs de la croissance

Les constructeurs métalliques voient leurs carnets de commandes se remplir, et reçoivent de plus en plus de demandes en études et chiffrages de dossiers en fin d’année : la croissance attendue est de + 4 % pour 2018. Cependant, l'embellie conjoncturelle ne peut masquer les besoins et les points noirs de la filière.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter