Des pneus usagés utilisés comme combustible alternatif dans une cimenterie

Vie des sociétés | 19.07.16
Partager sur :
Des pneus usagés utilisés comme combustible alternatif dans une cimenterie - Batiweb
Le groupe Lafarge France vient d'inaugurer un nouvel atelier de valorisation de pneus usagés à la cimenterie de Martres-Tolosane, en Haute-Garonne. L'ensemble des déchets pneumatiques du territoire seront récupérés puis traités, afin de fournir 15 % de l'apport thermique du four de cette cimenterie.

Alternative à l'incinération et à l'enfouissement, la récupération des déchets pneumatiques pour les transformer en combustible alternatif prend forme à la cimenterie de Martres-Tolosane. Le groupe Lafarge vient en effet d'inaugurer un nouvel atelier destiné à cet usage où « 8 000 tonnes de pneus seront traités par an » après leur récupération par des collecteurs locaux.

Concrètement, les pneus entiers sont transportés par un convoyeur à bande jusqu’au four dans lequel ils sont directement introduits au travers d’un sas à double clapet dans un foyer pouvant atteindre jusqu’à 1200°C.

La très haute température et le temps de combustion garantissent la calcination complète du pneu, « sans danger et sans déchet ultime », précise le groupe Lafarge.

La valorisation est d'ailleurs double : d'une part, la fraction combustible composée d’hydrocarbures polymérisés constitue un apport énergétique pour le procédé cimentier ; d'autre part, la fraction minérale, essentiellement composée de la trame acier des pneus, constitue un apport de matière qui se substitue aux matériaux de carrière.

« Cela permet d’économiser des matières premières non renouvelables et de limiter les émissions de gaz à effet de serre », de proposer « une solution de proximité pour les entreprises de région (…) qui souhaitent valoriser leurs déchets » et de réduire « la facture énergétique de la cimenterie », favorisant ainsi la compétitivité de la cimenterie, argumente le groupe français.

40 % de combustibles alternatifs pour la cimenterie

Les pneus usagés représentent désormais 15 % de l’apport thermique du four, portant à 40 % le taux de substitution aux énergies fossiles. En effet, le four fonctionne également grâce à d'autres combustibles alternatifs : résidus de plastique (déchets solides broyés), semences déclassées, résidus de bois, huiles usagées ou encore eaux de lavage. Le reste de l'apport énergétique est constitué de coke de pétrole, un combustible fossile.

« Chaque type de déchets valorisés fait l’objet de contrôles et d’une procédure rigoureuse d’acceptation. La fiabilité des procédés est confirmée par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) et contrôlée par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) », précise le groupe, qui utilise des combustibles alternatifs depuis le début des années 1970, et depuis 1995 dans la cimenterie de Martres-Tolosane.

L'atelier de valorisation énergétique représente un investissement total de 2,1 millions d'euros, financé à hauteur de 400 000 euros par l'Ademe. 

Par ailleurs, 52 millions d’euros seront investis d’ici fin 2017 pour moderniser la cimenterie dans le cadre du projet de transformation industrielle de Lafarge.

C.T

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

10 millions de tonnes de déchets traités en 2017 par LafargeHolcim - Batiweb

10 millions de tonnes de déchets traités en 2017 par LafargeHolcim

LafargeHolcim indique avoir traité 10 millions de tonnes de déchets en 2017, soit une hausse de 13% par rapport à 2016. Parmi les déchets valorisés grâce aux fours de production de ciment, on retrouve des pneus, des solvants ou encore des déchets de démolition. Le groupe indique également avoir mis en service trois nouvelles installations de traitement en Pologne, en Egypte et au Maroc.
Un acteur de l'amélioration thermique certifié ISO 14001 - Batiweb

Un acteur de l'amélioration thermique certifié ISO 14001

Pour obtenir la certification ISO 14001, l'entreprise Les Zelles a dû faire des efforts sur tous les plans : traitement des matières premières, suivi des consommations, gestion des déchets, traitement des eaux et nuisances sonores sur ses sites de production... Quoi de plus naturel pour cet acteur de l'amélioration thermique du bâtiment ?