En 2017, le volume de déchets du BTP collectés a progressé de +2% Vie des sociétés | 22.10.18

Partager sur :
Avec une croissance de 2%, l’année 2017 a été « satisfaisante » pour la majorité des entreprises de tri, a annoncé, mercredi 17 octobre, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Le bâtiment fait partie des bons élèves, le volume de déchets collectés ayant lui aussi augmenté de 2% pour atteindre 40 millions de tonnes. 2019 devrait cependant être « très agitée ». En effet, l’idée d’une « REP Bâtiment » inquiète toujours autant les professionnels du secteur.
Mercredi 17 octobre, la fédération Federec a présenté les résultats de son observatoire. En 2017, 102 millions de tonnes de matières ont été collectées dont 40,4 millions de tonnes de déchets du bâtiment (+ 2% pour un chiffre d’affaires de 1,78 milliards d’euros).

La part la plus importante des tonnages provient de la démolition et de la déconstruction, 25 millions de tonnes contre 15,4 Mt issues des activités de réhabilitation de bâtiments et de la construction neuve.

En ce qui concerne la démolition, 75% des déchets sont inertes (pierre, béton, tuile, brique, verre plat…), 22% sont des déchets non dangereux (isolants, plâtre, emballages, métaux…) et non inertes et 3% sont dangereux (amiante, peinture, solvants, bois traité).

Hors démolition, les déchets inertes, non dangereux et non inertes et dangereux représentent respectivement 42%, 50% et 8% du volume total des déchets collectés.

Une année 2019 incertaine

Si le volume de déchets du BTP collectés a augmenté en 2017 grâce notamment au dynamisme de la construction neuve et de la rénovation, « l’année 2019 risque d’être très agitée », a indiqué Erwan Le Meur, président de Federec BTP.

Le second semestre 2018 est marqué par un essoufflement des mises en chantier et de l’activité des producteurs de matériaux de construction « qui augure un possible ralentissement de l’activité en fin d’année ». A cela s’ajoute, un contexte réglementaire incertain, poursuit Federec. En effet la branche connaît « une certaine effervescence » liée à la possible création d’une filière REP Bâtiment.

« Les entreprises de la construction ont fait des efforts énormes depuis dix ans pour faire du tri sur chantier ». « La problématique réelle, c'est la problématique des dépôts sauvages », a ajouté M. Le Meur : il les chiffre à 100.000 tonnes par an contre 12 millions de tonnes de déchets de construction « qui sont bien gérés ». « Est-ce qu'il faut mettre en place un énorme outil de type REP Bâtiment, avec un éco-organisme derrière, pour 100.000 tonnes par an? Cela paraît peut-être un peu démesuré », selon lui.

Une étude sera bientôt lancée à ce sujet avec des conclusions attendues en avril 2019. Mais déjà, les acteurs du secteur sont inquiets : « L’impact d’éventuelles mesures contraignantes sur les modèles économiques en place, rend difficile de se prononcer sue l’évolution du chiffre d’affaires pour les années à venir ».

Accompagner le secteur

Outre ses inquiétudes, la fédération a également exprimé sa volonté de « collaborer activement et de manière constructive avec les Fédérations professionnelles ou structures individuelles impliquées sur les enjeux des déchets liés aux activités Bâtiment et Travaux Publics ».

Pour ce faire, la fédération compte bien poursuivre son travail de coordination entre les acteurs publics et privés concernés par l’obligation de reprise des déchets. Le but : « permettre la meilleure captation et valorisation des flux de matériaux du BTP ».

Federec BTP va engager une réflexion sur la sortie de déchet des granulats issus du recyclage et sur le développement du recours à ces matériaux dans une perspective d’économie circulaire et de réduction des coûts de chantier.

La fédération va également poursuivre sa réflexion sur l’intégration de critères de fin de vie et de recyclabilité des matériaux dans la maquette BIM pour tout bâtiment neuf.

Enfin, en association avec le Syndicat des Entreprises de Déconstruction, de Dépolluant et de Recyclage (SEDDRe) et la Société du Grand Paris, Federec BTP poursuit sa volonté de création d’un label à destination des plateformes de recyclage des terres de la région parisienne. « Ces travaux participent directement à la mise en valeur des installations de recyclage dans un contexte très concurrentiel où la valorisation en remblais de carrière est dominante », conclut l’observatoire.

R.C (Avec AFP)
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

Alors que le Gouvernement a publié, le 23 avril dernier, sa feuille de route économie circulaire, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) annonce le lancement de deux outils à destination des artisans et entrepreneurs. Soutenus par l’Ademe, ils visent à accompagner le secteur dans la valorisation des déchets de second œuvre issus de site de démolition/réhabilitation.
Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

En octobre 2017, Jacques Vernier s’est vu confier la mission de repenser le modèle des filières REP (responsabilité élargie des producteurs) afin qu’il s’adapte aux nouveaux enjeux de recyclage et favorise la transition de la France vers une économie circulaire. Parmi les propositions formulées, la création de 5 nouvelles filières dont une dédiée aux déchets du bâtiment ; une préconisation aujourd’hui contestée par les professionnels de la construction.
Recybéton formule ses recommandations pour faciliter l’utilisation du béton recyclé

Recybéton formule ses recommandations pour faciliter l’utilisation du béton recyclé

Depuis 2012, les partenaires du projet national Recybéton conjuguent leurs efforts pour encourager et faciliter la réutilisation de matériaux issus des bétons de déconstruction. Après six années d’expérimentations, de concertations et d’échanges, c’est en se basant sur les conclusions d’un ouvrage scientifique intitulé « Le béton recyclé » qu’ils livrent leurs recommandations. Tous les détails.
Artibat va « booster » les start-ups qui innovent dans la construction

Artibat va « booster » les start-ups qui innovent dans la construction

Le salon Artibat, qui se tiendra du 24 au 26 octobre 2018 au Parc des Expositions de Rennes, promet bien des surprises ! Parmi les nouveautés cette année, la mise en place d’un site internet dédié aux solutions les plus novatrices présentées sur le salon. L’événement sera aussi l’occasion de découvrir Cirq, une initiative ambitieuse visant à accélérer la visibilité des start-ups qui innovent dans la construction. Tour d’horizon avec Valérie Sfartz, directrice du salon.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter