En France comme ailleurs, le secteur de la construction ralentit Vie des sociétés | 12.12.18

Partager sur :
En France comme ailleurs, le secteur de la construction ralentit
En septembre dernier, Euler Hermes, spécialiste des solutions d’assurance-crédit prévenait que l’activité dans la construction française devrait se replier cette année, avec une baisse des mises en chantier estimée à – 3%. Dans une nouvelle étude, la tendance semble se confirmer. 2018 devrait être l’année du tournant aussi bien sur le territoire national que dans le reste du monde avec une croissance qui devrait progressivement ralentir.
Dans une étude publiée ce jour, Euler Hermes annonce qu’après 10 ans de croissance, le secteur de la construction à l’échelle mondiale, « a atteint le point haut de son cycle ». Il avance ainsi que 2018 sera l’année « du tournant » avec une activité qui devrait progressivement ralentir à + 3% en 2019 après + 3,5% en 2018 et + 4% en 2017.

En France, la croissance en volume du secteur devrait connaître une évolution semblable avec un ralentissement à + 1,6% en 2018 et à + 1,5% en 2019 (contre + 2,5% en 2017).

« En effet, 2018 a été une année difficile pour la construction française en termes de volume, particulièrement pour le secteur résidentiel ». Les perspectives pour 2019 ne sont pas plus optimistes, prévient Euler Hermes. A cela s’ajoute, des marges d’exploitation en diminution.

Cette année, « les entreprises françaises de la construction ont été prises entre le marteau et l’enclume, avec d’un côté un recul des revenus et de l’autre une augmentation des coûts, provenant de la hausse du prix des matériaux de construction et des coûts de main d’œuvre », explique les spécialistes d’assurance-crédit.

Les délais de paiement moyens appliqués dans la construction française continuent d’affecter la liquidité du secteur, ajoute Euler Hermes, précisant qu’ils ont augmenté de + 7 jours entre 2016 et 2017, et s’élèvent désormais à 75 jours.

Le spectre de la crise de 2008

Euler Hermes relève deux tendances pour expliquer ce ralentissement : durant plusieurs années, la majeure partie de la croissance du secteur de la construction à l’échelle mondiale provenait de marchés émergents (+ 57% de croissance entre 2008 et 2018). Pendant ce temps, les pays développés « ne sont pas parvenus à retrouver leurs volumes d’avant-crise ». Qui plus est, « le secteur de la construction n’a pas été capable de mettre en place les pare-feux nécessaires et de se relever pleinement de la crise de 2008, malgré un contexte économique mondial porteur ».

Ainsi, les experts d’Euler Hermes note que « la liquidité est historiquement, et restera, la préoccupation principale pour le secteur à l’échelle mondiale » ; « la demande n’est que très légèrement repartie dans les plus gros marchés du secteur de la construction (France, Allemagne, Italie et États-Unis entre autres) et n’a pas encore retrouvé ses niveaux d’avant-crise. En effet la croissance moyenne en volume du secteur dans ces pays s’avère négative entre 2008 et aujourd’hui » ; « la rentabilité s’est également retrouvée sous pression du fait de la hausse du coûts des intrants, et plus particulièrement du coût du travail ».

La première conséquence du ralentissement de l’activité est « la détérioration de la santé financière des entreprises dans plusieurs pays ». Ainsi, lors des 9 premiers mois de 2018, Euler Hermes a comptabilisé 41 défaillances de grandes entreprises de la construction (+7% vs 2017).

Le secteur pourrait même être plus affecté par une prochaine crise. Pour 2019, le ralentissement attendu trouvera sa source dans la décélération de la croissance économique mondiale et le resserrement des conditions financières et monétaires, selon Euler Hermes.

Une conclusion « inquiétante, surtout lorsque l’on sait que le secteur pèse lourd dans la plupart des économies avancées et émergentes, et représente 10% de l’activité économique mondiale ».

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les mises en chantier dans le rouge à fin novembre 2018

Les mises en chantier dans le rouge à fin novembre 2018

Comme annoncé en décembre dernier par la Fédération française du bâtiment (FFB), l’année 2019 devrait être marquée par « la fin d’un cycle de croissance » dans la construction. Les derniers chiffres ministériels viennent confirmer une tendance désormais bien engagée : alors que les permis de construire sont restés stables entre septembre et novembre 2018, les mises en chantier ont accéléré leur chute. Détails.
Construction : presque tous les indicateurs en baisse au troisième trimestre

Construction : presque tous les indicateurs en baisse au troisième trimestre

Rien ne va plus sur le secteur de la construction ! Déjà en baisse au deuxième trimestre, l’activité a connu de nouvelles déconvenues de juillet à septembre 2018. Par rapport aux trois mois précédents, les autorisations de logements ont encore reculé de -2,1%, et les mises en chantiers de -4,0%. Dans le même temps, seulement 10,3 millions de m2 de locaux non résidentiels ont été autorisés (-9,5% par rapport à l’année précédente) et 5,8 millions de m2 ont été mis en chantier (-11,3%). Le bilan détaillé.
2018, une année difficile pour la construction de logements

2018, une année difficile pour la construction de logements

Sans surprise, 2018 n’aura pas été une année mémorable pour le marché de la construction. D’après le ministère de la Cohésion des territoires, seulement 460 500 logements ont été autorisés au cours des douze derniers mois, en recul de -7,1% par rapport à 2017. Dans le même temps, avec 398 100 biens concernés, les mises en chantier ont elles aussi baissé, de l’ordre de -7,0%. Tous les chiffres.
Construction neuve : une progression qui se confirme !

Construction neuve : une progression qui se confirme !

Fin septembre, alors que le dernier bilan du ministère du Logement confirmait la reprise d’activité du secteur de la construction, Emmanuelle Cosse jouait la carte de la prudence, arguant que les résultats annoncés étaient « toujours nettement inférieurs à ceux de 2011-2012 ». Or, bien que l’année ne soit pas encore terminée, les derniers chiffres relatifs à la construction de logements à fin octobre témoignent d’une nouvelle progression.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter