Eolien en mer : feu vert à l’exploitation des parcs des îles d’Yeu et de Noirmoutier Vie des sociétés | 06.11.18

Partager sur :
Eolien en mer : feu vert à l’exploitation des parcs des îles d’Yeu et de Noirmoutier
En octobre dernier, malgré l’opposition locale, le préfet de Vendée a signé les premières autorisations pour la création d’un parc de 62 éoliennes en mer au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier, une décision validée ce mardi par le gouvernement. En effet, dans un arrêté publié ce mardi au Journal Officiel, le ministère de la transition écologique et solidaire a donné son feu vert à l’exploitation contestée du parc.
Dans un arrêté publié ce mardi 6 novembre au Journal Officiel, le ministère de la transition écologique et solidaire autorise la société Eolienne en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier (EMYN) à exploiter « une installation éolienne de production d’électricité en mer, d’une capacité de production de 496 MW, localisée sur le domaine public maritime au large des Iles d’Yeu et de Noirmoutier ».

Développé notamment par Engie, le projet devrait produire en moyenne 1 900 GWh d’électricité par an, ce qui correspond à la consommation annuelle de 790 000 personnes, soit plus que le nombre d’habitants de la Vendée (674 000).

Si le projet est aujourd’hui validé, il reste très contesté : ses opposants craignent pour la biodiversité. Une enquête publique menée entre avril et mai 2018 a notamment révélé que 76% des personnes interrogées se disent être opposées à l’initiative.

Un parc autorisé au large du Tréport

Le ministère a également donné son feu vert à la société Eoliennes en Mer de Dieppe-Le Tréport (EMDT) pour exploiter un parc éolien, d'une capacité de production également de 496 MW, « localisé sur le domaine public maritime au large de la commune du Tréport ».

Ce projet qui doit lui aussi rassembler 62 éoliennes est développé par Engie. Il produirait en moyenne 2 000 GWh par an, ce qui représente la consommation électrique annuelle d’environ 850 000 personnes, soit environ les deux tiers de la population de Seine-Maritime.

Les pêcheurs locaux se sont vivement opposés à ce projet, soutenus par les municipalités PCF de Dieppe et du Tréport. Une enquête publique sur le projet a été ouverte mi-octobre et doit s'achever fin novembre.

Les deux arrêtés publiés au Journal Officiel cesseront de produire effet si les installations ne sont pas mises en service dans leur intégralité le 1er juillet 2024, précise enfin le ministère. 

R.C (avec AFP)
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Bientôt un parc éolien offshore au large du Tréport ?

Bientôt un parc éolien offshore au large du Tréport ?

Le département de la Seine-Maritime a validé vendredi 23 novembre le projet éolien en mer au Tréport. Cette opération controversée permettrait de construire 62 machines de 8 mégawatts chacune à horizon 2021. De quoi combler les besoins électriques de 850 000 personnes, selon EMDT, filiale du groupe Engie en charge du programme. Les détails.
Engie inaugure la première centrale de géothermie marine à Marseille

Engie inaugure la première centrale de géothermie marine à Marseille

C’est une belle innovation qu’a récemment présenté Engie ! En effet, l’industriel français a inauguré la première centrale de géothermie marine, qui devrait permettre de chauffer et climatiser une partie du quartier Euroméditerranée, à Marseille, grâce à l’eau de mer. 500 000 mètres carrés de bâtiments pourront ainsi être alimentés par le biais de ce dispositif. Une première en France !
Première mondiale : inauguration d’un parc hydrolien sur le Rhône

Première mondiale : inauguration d’un parc hydrolien sur le Rhône

La première ferme d’hydroliennes fluviales du monde sera inaugurée demain, vendredi 21 décembre 2018, à Caluire-et-Cuire. Un projet mené par les sociétés HydroQuest, Hydrowatt et Voies Navigables de France (VNF). L’occasion pour le Syndicat des énergies renouvelables (SER) de rappeler l’existence de la filière française de l’hydrolien et de souligner son potentiel sur le marché international.
Chauffage au gaz : les tarifs réglementés augmentent encore !

Chauffage au gaz : les tarifs réglementés augmentent encore !

Alors que la Commission de régulation de l’énergie (CRE) publiait récemment son analyse détaillée des coûts d’approvisionnement en gaz naturel, le gouvernement a annoncé le 29 juin que les tarifs réglementés du gaz évolueraient dès le 1er juillet. Ceux-ci vont en effet connaître une forte hausse qui se fera directement ressentir sur la facture des ménages, à hauteur de +7,45% pour un client type. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter