Et la ville de France la plus accueillante pour les étudiants est...

Vie des sociétés | 10.04.18
Partager sur :
Et la ville de France la plus accueillante pour les étudiants est... - Batiweb
Spécialiste de la location à destination des étudiants et jeunes actifs, ImmoJeune a récemment publié son « Observatoire de la vie étudiante 2018 », dévoilant par là même le palmarès des villes françaises les plus accueillantes pour cette population. Surprise : si Paris arrive première dans de nombreuses catégories, elle ne parvient pourtant pas à se hisser en tête du classement global. Les détails.
Plus de 300 000 annonces de locations et colocations sont recensées par le site de logements étudiants ImmoJeune. Forte de cette popularité, la plateforme a décidé de s'intéresser de plus près aux offres publiées et consultées par les internautes afin d'établir un « Palmarès des villes de France les plus accueillantes pour les étudiants ».

Dans ce contexte, ImmoJeune a partagé ce 9 avril son « Observatoire de la vie étudiante 2018 », centralisant les résultats des différents critères retenus : prix du loyer, surfaces disponibles, infrastructures, diversité des enseignements et sécurité. Autant dire que l'immobilier tient un rôle déterminant dans l'attribution du titre de ville la plus accueillante pour les jeunes.

Le rêve de la vie parisienne...

Les différents classements réservent cependant quelques surprises. En termes d'attractivité, c'est Paris qui s'impose en haut du podium, avec 654 455 étudiants en 2017, loin devant Lyon, à la deuxième place avec 155 440 jeunes. Il faut dire que la capitale peut se vanter de disposer d'une offre d'enseignements importante, à raison de 86 campus partenaires d'ImmoJeune, qui lui permettent, là encore, d'arriver en tête du classement.

Paris offre également un nombre important d'infrastructures (98 bibliothèques, 35 stades et 9 rénovations universitaires) qui témoignent clairement de son dynamisme. Strasbourg n'est cependant pas en reste, avec 70 bibliothèques, 11 stades et une rénovation universitaire.

...et le cauchemar des loyers trop élevés

Le règne de la capitale s'arrête néanmoins à ces critères, certes déterminants mais insuffisants. En effet, un rapide coup d'oeil aux prix immobiliers observés à Paris ont de quoi en rebuter plus d'un. D'après ImmoJeune, il faut compter en moyenne 823 euros pour se payer un studio de 20 m² dans la métropole, qui est, de fait, la ville la plus chère de France. Nice, en seconde position, arrive loin derrière, avec 502 euros de loyer, suivie de Marseille (434 euros).

Selon ImmoJeune, ce montant particulièrement élevé pour des biens immobiliers qui restent de petite taille peut s'expliquer très simplement : 1,6 millions d'étudiants français chercheraient à se loger pour seulement 375 000 habitations disponibles. « Le parc des logements étudiants en France ne couvre que 20,4% des besoins », note ImmoJeune.

« Les chambres ou appartements dans le privé correspondent à 41,2% de l'offre de location diffusée sur leur plateforme », poursuit le site. « La colocation est de plus en plus prisée par les jeunes, solution à la fois économique et sociale, elle représente 38,4% des annonces diffusées par ImmoJeune. »

Lyon, ville étudiante par excellence

Avec un loyer moyen de 415 euros pour un studio de m², 16 campus (dans le réseau ImmoJeune) et des infrastructures suffisantes, Lyon s'impose finalement comme le meilleur compromis pour les étudiants. "L'autre" ville lumière obtient ainsi la première place du Top 5 des villes les plus accueillantes d'ImmoJeune, devant Paris, Toulouse, Bordeaux et Marseille.

« Des écoles de prestige, une offre locative raisonnable et confortable, des infrastructures de qualité dédiées aux étudiants ainsi qu'un sentiment de sécurité fondé sur une politique engagée, font de cette ville [Lyon, ndlr] un véritable eldorado étudiant », conclut la plateforme d'annonces immobilières.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

La crise a peu d'impact sur les projets immobiliers des Français (sondage) - Batiweb

La crise a peu d'impact sur les projets immobiliers des Français (sondage)

Depuis le premier confinement, la plateforme d'estimation immobilière Drimki ausculte régulièrement le marché immobilier et les souhaits des Français grâce à un sondage avec BVA. Le tout dernier, réalisé début février, révèle que la crise a finalement très peu impacté le souhait des Français d'être ou de devenir propriétaires. L'impact se fait en revanche ressentir sur le type de logement recherché (sa taille, ses prestations), et sur sa localisation.
L’Arche de La Défense colonisée par des logements modulaires - Batiweb

L’Arche de La Défense colonisée par des logements modulaires

Voici une idée de logement peu ordinaire. Un peu à l’image du concept de construire un pont sur la Seine qui serait habité par des étudiants, l’architecte parisien Stéphane Malka a imaginé un projet de transformation de la Défense à Paris, parasitant l’intérieur de l’Arche pour y greffer des logements. Surprenant.
2014, une bonne année pour les acquéreurs dans l'immobilier ancien - Batiweb

2014, une bonne année pour les acquéreurs dans l'immobilier ancien

Dans son bilan sur le marché de l'ancien en 2014, Century 21 atteste que la baisse des prix s’installe dans l'Hexagone. Après un recul de 1,9 % en 2012, et de 1,8 % en 2013, le prix moyen au m2 enregistre, au niveau national, un repli de -2,8 % en 2014. Pour 2015, les professionnels de l’immobilier ne sont pas plus optimistes. Détails.