Paris : une hausse des prix immobiliers qui se fait largement ressentir Collectivités territoriales | 03.04.18

Partager sur :
C'est un constat peu rassurant que Century 21 a partagé ce mardi 3. D'après le réseau d'agences immobilières, les prix du marché parisien ont augmenté de 5,9% en un an, atteignant aujourd'hui la moyenne de 9 262 €/m². De quoi motiver les classes moyennes à déserter la capitale, comme en témoigne leur proportion parmi les acheteurs, en baisse de 16,6% par rapport à l'année dernière.
Si 2018 pourrait bien être une année en or pour l'immobilier, les ménages parisiens, eux, font plutôt grise mine. Selon les résultats de plusieurs études menées par Century 21, spécialiste du secteur, le prix moyen au m² a progressé de 5,9% à Paris entre le premier trimestre 2017 et la même période cette année. Il s'élève ainsi à 9 262 euros, soit 520 euros de plus que douze mois auparavant. Une tendance lourde de conséquences, aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels.

En effet, d'après Century 21, « les ménages appartenant aux catégories sociales les moins favorisées » sont les plus touchés par « cette envolée des prix ». De fait, le spécialiste de l'immobilier rappelle que les employés/ouvriers ne représentent que 5,5% des acquéreurs parisiens, contre 14% en 2009. A leur tour, les cadres moyens ont vu leur proportion parmi les acheteurs subir une perte de 16,6% en un an.

Sans surprise, les cadres supérieurs et professions libérales représentent aujourd'hui 47,4% acquéreurs parisiens, alors que la moyenne nationale s'établit à 15,4%. Une différence importante qui témoigne, selon Century 21, de « l'incapacité des politiques publiques menées dans la ville pour préserver la mixité sociale ».

Un marché de moins en moins dynamique

Les ménages ne sont cependant pas les seuls à subir les conséquences de la hausse des prix. En effet, Century 21 fait état d'un recul du nombre de transactions enregistrées au premier trimestre 2018, à hauteur de -3% par rapport à la même période l'année dernière. Le réseau d'agences immobilières observe également une baisse de la superficie moyenne des logements vendus, soit 2 m² de moins qu'il y a un an, pour un total de 49,6 m².

En revanche, « il est à noter que l'annulation de l'encadrement des loyers a eu pour effet immédiat le retour des investisseurs. Les acquisitions à titre d'investissement locatif augmentent ainsi de +12,6% pour représenter désormais un quart des transactions parisiennes dans le panel de nos études », indique Century 21. Les achats à titre de résidence principale restent néanmoins majoritaires (62,2% des transactions).

Le spécialiste de l'immobilier rappelle cependant que le marché parisien n'est pas représentatif du reste de la France, où les prix tendent à se stabiliser autour de 2 519 €/m² (+0,3% par rapport au premier trimestre 2017). A l'échelle nationale, le secteur est même reparti à la hausse, avec un volume de transactions qui progresse de 2,1% au premier trimestre.

F.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Après une chute de 25% en 2012, le nombre de transactions progresse sur les six premiers mois de l'année, annonce le dernier baromètre de Century 21. Encouragé par une baisse des prix contenue à -2,6 % sur douze mois et soutenu par des taux d’intérêt historiquement bas, le marché fait l’objet d’un regain d’activité de +6,6 %.
Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018

Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018

En cette période de fin d’année, le Conseil supérieur du notariat a lui aussi dressé le bilan de 2018 pour le marché de l’immobilier ancien. Les hausses des taux d’intérêt des prêts et des prix des biens n’auront visiblement pas été sans conséquences. En effet, avec 956 000 ventes estimées sur les douze derniers mois à fin septembre 2018, le volume annuel ne progresse que de +0,8%. Bien que ces indicateurs ne soient pas définitifs, il semble peu probable que le million de transactions soit dépassé.
2014, une bonne année pour les acquéreurs dans l'immobilier ancien

2014, une bonne année pour les acquéreurs dans l'immobilier ancien

Dans son bilan sur le marché de l'ancien en 2014, Century 21 atteste que la baisse des prix s’installe dans l'Hexagone. Après un recul de 1,9 % en 2012, et de 1,8 % en 2013, le prix moyen au m2 enregistre, au niveau national, un repli de -2,8 % en 2014. Pour 2015, les professionnels de l’immobilier ne sont pas plus optimistes. Détails.
Immobilier : les ventes et les prix au beau fixe

Immobilier : les ventes et les prix au beau fixe

La FNAIM (Fédération Nationale de l’Immobilier) publie sa conjoncture trimestrielle avec des chiffres arrêtés au 20 juin 2019, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les résultats sont toujours aussi positifs, que ce soit du point de vue des ventes, qui atteignent un nouveau record, ou des prix, qui progressent encore. Bonne nouvelle : la tendance devrait se poursuivre. L’organisme prévoit même d’atteindre 990 000 ventes d’ici la fin 2019, soit une augmentation annuelle de +2,6%.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter