Euromac 2 présentera un nouveau système de soubassement au Mondial du Bâtiment Vie des sociétés | 07.07.15

Partager sur :
Avec un chiffre d'affaires de 20 millions d'euros, Euromac se positionne comme le leader européen de la construction de maison passive, BBC, et maison positive aux normes RT 2012 et 2020. Dans un contexte de crise, la PME qui emploie une centaine de personnes, doit sans cesse innover pour rester compétitive. Zoom sur la nouveauté qui sera présentée au Mondial du Bâtiment avec l'interview exclusive de Michel Kratz, président du groupe Euromac 2.

Pourquoi êtes-vous aujourd'hui à la tête d'Euromac 2, qu'est-ce qui vous convaincu dans l'histoire de Paul Schreer et Mario Butacci, les fondateurs ?



J'ai fait une carrière dans les services industriels et voyagé dans le monde entier, aux Etats-Unis, en Angleterre, en Amérique latine. Mais je suis originaire de Metz en Moselle et j'avais envie de me lancer dans un projet personnel, avec d'autres amis associés. Ce qui nous a plu dans la reprise de cette PME, c'est l'idée d'avoir un gros volet industriel et commercial à dimension humaine. Euromac 2 c'est un producteur, fabricant et distributeur en propre sur le créneau de la maison BBC, RT210 etc., qui réalise à l'export 25 % sur les marchés suisse, allemand, belge) et en France 75 %.

Qu'est-ce qui fait la singularité d'Euromac 2 ?

Euromac 2 a mis au point un système constructif, basé sur des blocs coffrants isolants qui font office de murs. Ces panneaux en polystyrène reliés par entretoises se posent comme de gros Lego. Entre les deux, on coule du béton pour une parfaite isolation intérieure et extérieure. Nos murs viennent ainsi en remplacement des banches en acier avec des résistances équivalentes. Le système est complété par des dalles coffrantes à haute performance thermique, et des panneaux en toiture (système sarking) d'où un système constructif complet. La maison est parfaitement isolée, étanche à l'air, avec un maximum d'inertie thermique et une bonne isolation acoustique (RW+C = 50db). On fait ainsi 4 opérations en 1. Selon les régions de France – car le prix du béton n'est pas le même partout – le coût est de 100 euros /m2, soit 50 % moins cher qu'un béton banché.

Quel est votre rythme de production et votre coeur de cible ?

Nous sommes producteur pour les maisons individuelles, les petits collectifs, les résidences et les petits EPR. Nous réalisons en moyenne un millier d'unité de logements par an dans une conjoncture difficile, surtout en France. Nos deux cibles principales sont les primo-accédants (35 % entre 30-35 ans), des gens motivés par la construction BBC + et qui s'engagent par conviction et les 55 ans et + qui prennent leur retraite, qui sont sensibles à l'écologie et veulent des maisons à haute performance peu consommatrices d'énergie. Le reste c'est du diffus.

Serez-vous présent sur le Mondial du Bâtiment (ex-Batimat) et quelles innovations allez-vous présenter ?


En période de récession, c'est le moment de sortir nos couleurs et d'exiber nos performances. Nous sommes donc présent sur de nombreux salons européens et le Mondial du Bâtiment en fait partie. Nous aurons un stand de 130 m2 avec 8 commerciaux présents sur site. Nous présenterons notre nouvelle gamme de soubassement à haute performance thermique baptisée Thermideck pour les vide sanitaire, sous-sol, cave, garage, en offre packagée. Ce système qui sert de barrière thermique peut accueillir tout type de maisons (brique, bois, béton etc.). Nous arrivons à faire du soubassement en m2 plancher à 60-65 euros du m2. Nous envisageons un mode de distribution couplé en web-to-rep (web-représentant). Concrètement, un particulier fait le choix du produit par internet, peut se faire conseiller via un plateau téléphonique ou un chat online. Ensuite, un commercial le rencontre pour finaliser le conseil et la vente.

Comment voyez-vous l'avenir ?

Nous constatons une double chute dans la construction, à la fois en termes de mises en chantier et de permis de construire. Nous ne nous attendons pas à un redressement spectaculaire car notre économie manque de leviers. Dans ce contexte, toutes les mesures du gouvernement sont les bienvenues, que ce soit la loi Pinel qui a adouci les effet néfastes de la loi Duflot sur les abattements fiscaux, ou encore la taxation du foncier non bâti, pour libérer des terrains. Par contre, c'est très insuffisant en ce qui concerne les primo-accédants. L'absence de mesures concrètes sur le prêt à taux zéro, et l'investissement des banques en faveur des primo-accédants est très néfaste. Il faudrait mettre en place un différé de remboursement sur le prêt à taux zéro pour augmenter les fonds propres de ce coeur de cible, si nous voulons une relance significative. D'autre part, le prix des terrains reste encore trop cher. C'est là un choix politique de ne pas laisser plus de zones à batir, de ne pas laisser les zones urbaines s'étendre. Mais cette densification entraîne une inflation sur le foncier qui prive les accédants à la propriété d'une partie de leur budget.

Sans mesures ciblées, nous ne voyons pas de reprise substantielle. Nous pressentons cependant un arrêt de la chute au 3e-4e semestre, et peut-être une stabilisation à un point bas en 2016. En attendant, notre croissance devra être endogène, générée par la combativité et l'innovation.

Propos recueillis par Claire Thibault

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Comment réussir la généralisation du bâtiment à énergie positive ?

Comment réussir la généralisation du bâtiment à énergie positive ?

Lors du colloque national organisé par Effinergie et Enerplan avec le parrainage du Plan Bâtiment Durable dans le cadre du Solar Décathlon à Versailles, les professionnels de plusieurs filières ont débattu sur la question du bâtiment à énergie positive. Actuellement défini grâce au label Bepos-effinergie 2013, ce type de bâtiment est déjà une réalité avec une centaine de réalisations en cours, et pourrait bien devenir la norme d'ici 2018/2020.
Opération L'Esperia, premier habitat collectif Bepos-Effinergie 2013

Opération L'Esperia, premier habitat collectif Bepos-Effinergie 2013

Le Maître d'Ouvrage Angers Loire Habitat vient de se voir attribuer le label Bepos-Effinergie 2013, certifiée par Prestaterre, pour son opération baptisée L'Esperia. Ce projet comporte 23 logements répartis en deux bâtiments de conception bioclimatique, intégrant plus de 190 m2 de panneaux photovoltaïques. Détails de cette réalisation.
Les labels de performance énergétique séduisent dans le collectif

Les labels de performance énergétique séduisent dans le collectif

L'observatoire BBC et Effinergie viennent de publier leur bilan annuel de la certification BBC-Effinergie dans le neuf et la rénovation, de la certification Effinergie + et de la certification Bepos-Effinergie 2013, sur la base des données communiquées par les organismes certificateurs Promotelec, Cequami, Cerqual, Prestaterre et Certiva. Le nombre de projets certifiés poursuit sa progression dans le neuf, comparé au marché de la rénovation qui peine à décoller. Détails.
Euromac 2 : de fabricant de matériaux à constructeur de maisons individuelles

Euromac 2 : de fabricant de matériaux à constructeur de maisons individuelles

C’est un début d’année riche en nouveautés pour Euromac 2 ! Rachetée par Jean-Luc Seguin fondateur de Maisons Babeau-Seguin, la PME spécialisée dans la construction passive et positive, a annoncé se lancer dans la construction. Rien d’étonnant lorsque l’on sait que la société fait du conseil aux professionnels et aux particuliers, une priorité. Via le déploiement d’un nouveau produit, plus compact et facile à stocker, Euromac 2 s’ouvre également au négoce. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter