Grands projets d’infrastructures : Elisabeth Borne annonce la fin de la suspension des chantiers Vie des sociétés | 11.10.17

Partager sur :
En juillet dernier, Emmanuel Macron avait demandé au gouvernement de suspendre les grands chantiers d’infrastructures pour des raisons économiques. Ce 10 octobre, la ministre des Transports Elisabeth Borne a annoncé la fin imminente de cette pause. En attendant, c’est une phase d’études visant à repenser les projets concernés qui devrait s’ouvrir prochainement.
Invitée pour prononcer le discours d’inauguration des 26èmes Rencontres nationales du transport public mardi 10 octobre, Elisabeth Borne, ministre des Transports, est revenue sur la pause des grands projets d’infrastructures annoncée le 1er juillet dernier par le Président de la République.

« C’était un impératif face à l’urgence », a-t-elle indiqué. « Cette annonce a pu faire l’effet d’un électrochoc et certains ont même parlé d’une trahison, mais c’était un devoir de vérité, que nous devons d’abord à nos concitoyens et aux collectivités. »

Pour autant, si de nombreux projets ont été mis en pause, à l’instar de la ligne ferroviaire Lyon-Turin, « il ne faudrait pas confondre pause et remise en cause », comme l’a rappelé la ministre.

« Le sens de cette pause, c’était de nous inviter collectivement à penser la mobilité et nos infrastructures autrement, à procéder à un nouveau départ », a-t-elle poursuivi. « Je constate d’ailleurs que, depuis cet été, les uns et les autres sont amenés à se réinterroger : sur le bien-fondé de chaque projet, sur son financement, sur sa gouvernance, sur son calendrier. »

Des réflexions saluées par Elisabeth Borne, qui en a profité pour proclamer la sortie de la pause. « Au lendemain du vote de la loi de programmation, je veux que nous puissions nous retourner sur le chemin parcouru depuis l’annonce de la pause, et nous dire que nous avons su apporter les meilleures réponses en matière d’infrastructures pour chaque territoire, que nous avons construit les solutions qui répondent le mieux à la diversité des attentes des habitants », a ajouté la ministre.

En parallèle, le Sénat a de son côté approuvé deux ordonnances visant l’amélioration du dialogue environnemental, et notamment celle qui concernait le droit d’initiative. Une façon supplémentaire d’encourager la réflexion en amont des projets.

F.C
Photo de Une : @Elisabeth_Borne (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Loi d’orientation des mobilités, une réponse au Grand débat qui fait la part belle aux infrastructures oubliées

La Loi d’orientation des mobilités, une réponse au Grand débat qui fait la part belle aux infrastructures oubliées

Examiné depuis le 19 mars au Sénat, le projet de Loi d’orientation des mobilités (LOM) vise notamment à « remettre en état notre système de transports », comme l’avait rappelé la ministre des Transports Elisabeth Borne au lancement des débats. Un objectif qui répond, d’une part, aux besoins évoqués dans le cadre du Grand débat national, et d’autre part à la nécessité de remettre au goût du jour des infrastructures jusque-là oubliées. Les détails.
Transition écologique : PFA et Routes de France signent un protocole de coopération

Transition écologique : PFA et Routes de France signent un protocole de coopération

Le Gouvernement a présenté, le 24 septembre dernier, les grandes orientations de son projet de loi de finances 2019. Nombreuses sont les mesures visant à accélérer la transition écologique. En matière de transports, l’exécutif a annoncé reconduire la prime à la reconversion. Des investissements sont également prévus pour développer des infrastructures dont l’empreinte carbone est faible. Mobilité durable et infrastructures semblent ainsi aller de pair. C’est en tous cas ce que pensent PFA et Routes de France.
Transports : l’entretien des infrastructures priorisé, les grands projets mis à mal

Transports : l’entretien des infrastructures priorisé, les grands projets mis à mal

La décision d’Elisabeth Borne de mettre à l’arrêt plusieurs projets majeurs à l’été 2017 aurait dû servir d’avertissement aux acteurs des Travaux publics. Ces derniers ont pourtant subi une nouvelle douche froide ce 11 septembre, alors que la ministre des Transports présentait la programmation des investissements dans les infrastructures. Résultat : un budget en hausse de 40%, mais encore insuffisant pour financer l’ensemble des programmes.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter