Icade cède ses immeubles de bureaux pour se concentrer sur la santé Vie des sociétés | 04.12.18

Partager sur :
Icade cède ses immeubles de bureaux pour se concentrer sur la santé
Le groupe immobilier Icade a annoncé le 3 décembre avoir vendu pour 434 millions d’euros de bâtiments tertiaires situés en région Île-de-France. Dans le détail, l’opérateur a cédé ses parcs d’affaires de Paris Nord 2, Colombes et l’immeuble Axe Seine, à Nanterre. Cette vaste opération s’inscrit dans le cadre de la stratégie globale de l’entreprise, qui souhaite poursuivre son développement dans les établissements de santé.
Le groupe français Icade, dont le premier actionnaire est la Caisse des Dépôts, vient tout juste de vendre plusieurs immeubles de bureaux, comme il l’avait déjà annoncé en octobre dernier. Le montant initial de l’opération, estimé à 425 millions d’euros, a largement été dépassé pour atteindre les 434 millions.

Si aucune information concernant l’acheteur n’a été précisée, Icade fait savoir que celui-ci est « un investisseur institutionnel ». Il pourra ainsi disposer des parcs d’affaires de Paris Nord 2 (155 200 m2), Colombes (62 750 m2) et l’immeuble Axe Seine (24 200 m2), situé à Nanterre.

De futurs investissements en France et à l’international

« Avec cette cession, Icade finalise également la cession de ses actifs non stratégiques et poursuit la gestion dynamique de son portefeuille de bureaux, en ligne avec son plan 2019/2022 annoncé en juillet dernier », fait savoir le groupe immobilier. « Le produit de cette cession permettra notamment le financement du pipeline de développement de la Foncière tertiaire et l’amélioration du ratio LTV. »

Dans le cadre de cette stratégie, l’entreprise a également précisé qu’elle souhaitait se recentrer sur les établissements de santé. 1,5 milliard d’euros seront ainsi investis à l’échelle internationale dans les 5 prochaines années, à commencer par des maisons de retraite italiennes rachetées pour une centaine de millions d’euros depuis cet été, comme le rappelle l’AFP.

À l’inverse, Icade compte bien se maintenir exclusivement en France sur le marché de l’immobilier de bureaux, dont il pourrait détenir près d’un tiers des loyers d’ici à 2022.

F.C
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Bilan 2016 : activité soutenue pour Icade

Bilan 2016 : activité soutenue pour Icade

2016 aura été une très belle année pour Icade ! La filiale immobilière de la Caisse des dépôts a en effet vu la plupart de ses indicateurs progresser de manière plus ou moins significative. C’est notamment le cas de la valeur de son patrimoine et du chiffre d’affaires de l’activité promotion, qui augmentent respectivement de 6,2% et 5,2%. L’année 2017 devrait confirmer la tendance, le pipeline de développement étant d’ores et déjà très prometteur.
Île-de-France : le marché de l'immobilier d'entreprise ne décélère pas

Île-de-France : le marché de l'immobilier d'entreprise ne décélère pas

Le marché francilien relatif aux bureaux est décidément toujours aussi dynamique ! Selon le Groupement d'intérêt économique Immostat, la demande a en effet progressé de 13% au premier trimestre 2018 par rapport à l'année précédente. Dans le même temps, l'offre immédiate de bureaux, elle, a chuté de 10%, créant des tensions qui se font ressentir sur le prix moyen des biens achetés. Tous les chiffres.
Taux de vacance record des bureaux d’Île-de-France

Taux de vacance record des bureaux d’Île-de-France

Le marché des bureaux d’Île-de-France, déjà confronté à un taux de vacance élevé avec un record de 4,43 millions de m2 à louer au premier trimestre, verra affluer une offre abondante dans les mois à venir, selon une étude du cabinet Cushman and Wakefield dans son bilan trimestriel du marché français de l'immobilier d'entreprise, publié mardi.
2017, année en hausse pour les bureaux franciliens

2017, année en hausse pour les bureaux franciliens

Nouveau signe du dynamisme du marché de l’immobilier, la demande placée de bureaux en Île-de-France a très largement augmenté en 2017 par rapport à l’année précédente. Selon le Groupement d’intérêt économique ImmoStat, cette hausse s’élève en effet à 8%, après un quatrième trimestre particulièrement actif (+21%). Une forte demande qui n’a d’ailleurs pas été sans conséquence sur les loyers, qui ont également progressé. Tous les chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter