Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre Vie des sociétés | 29.11.19

Partager sur :
Le marché de l’immobilier ancien est toujours en pleine forme. Les prix ont continué leur hausse au troisième trimestre 2019, poursuivant la tendance engagée depuis trois ans. Entre juillet et octobre 2019, les prix ont ainsi augmenté de +3,2 % par rapport à un an plus tôt. Même dynamisme du côté des transactions, qui atteignent un nouveau record avec 1 059 000 ventes à fin octobre. Les ventes ont ainsi progressé de +10,4 % en un an.

Les prix s’envolent

 

Entre juillet et octobre 2019, la hausse des prix de l’ancien s’est accélérée. Selon les chiffres des notaires et de l’Insee, les prix ont ainsi augmenté de +3,2 % par rapport à un an plus tôt.

 

Dans le détail, les appartements tirent les prix vers le haut avec +4 % entre l’été 2018 et l’été 2019, contre +2,5 % pour les maisons. Et le marché s’oriente vers une nouvelle année de hausse.

 

Le cas de Paris est emblématique. Annoncé depuis plusieurs mois déjà, le passage au-dessus de 10 000 euros du m2 s’est confirmé selon les données des notaires. La moyenne s’établit précisément à 10 080 euros du m2, soit une hausse de +6,1 %,  et devrait encore augmenter d’ici la fin de l’année. Il faut dire que la capitale fait face à une situation particulière puisque l’offre se tarit.

 

Les disparités régionales restent fortes puisque les prix ont gonflé de +3,6 % en un an en Île-de-France, contre une moyenne de +3 % dans les autres régions.

 

Un nouveau record de ventes

 

Outre les prix, on retrouve le même dynamisme du côté du nombre de transactions, qui atteignent un nouveau record. Elles dépassent le million avec 1 059 000 ventes à fin octobre. En un an, les ventes ont ainsi progressé de +10,4 %.

 

Cette hausse continue s’explique notamment par des taux de crédit qui se maintiennent à un niveau historiquement bas et font augmenter la demande.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le marché des logements anciens est toujours aussi dynamique - Batiweb

Le marché des logements anciens est toujours aussi dynamique

Les prix des logements anciens ont poursuivi leur hausse ce dernier trimestre, selon les chiffres de l'Insee et des Notaires de France. Cette tendance s'est généralisée partout en France puisqu'avec +3,6 % d'augmentation, les prix de la province rattrapent ceux de l'Île-de-France (+3,9 %). A noter également : une hausse plus marquée pour les appartements que pour les maisons.
Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit - Batiweb

Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit

L’Insee et les Notaires de France ont publié les chiffres de l’immobilier ancien à fin mars 2020. Pour la quatrième année consécutive, la hausse des prix s’est poursuivie, et même accélérée, et les ventes ont de nouveau dépassé la barre des 1 million. Toutefois, le bilan ne prend pas encore en compte les conséquences de la crise et du confinement. Pour SeLoger, ils auraient occasionné une chute de 47,9 % des ventes, sans toutefois impacter les prix.
L’immobilier ancien toujours au top ! - Batiweb

L’immobilier ancien toujours au top !

La hausse des prix se poursuit pour les logements anciens ! Selon l’Insee, ces derniers ont en effet progressé de +1,6% sur la période juillet-août-septembre, par rapport au trimestre précédent. Sur un an, cette hausse culmine à 3,9%, tirée par les appartements, dont les coûts ont augmenté de 5,1%. Les maisons, de leur côté, voient leurs prix croître de 3,1% en moyenne. Tous les chiffres.
Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ? - Batiweb

Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ?

L’activité du marché immobilier est restée au beau fixe avec 965000 ventes en 2018, soit une hausse de +0,3% par rapport à l’année précédente. Des chiffres positifs qui s’expliquent par des taux d’intérêt toujours historiquement bas. La FNAIM (Fédération nationale de l’immobilier) souligne néanmoins qu’une baisse a été constatée en novembre 2018, et rappelle que la confiance des ménages reste un facteur décisif pour l’année à venir.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter