Immobilier : nette flambée des prix au cours des 20 dernières années

Vie des sociétés | 27.02.18
Partager sur :
Immobilier : nette flambée des prix au cours des 20 dernières années - Batiweb
Alors que l’année 2017 a été particulièrement bénéfique pour le secteur de l’immobilier, les Notaires de France ont partagé ce 26 février une étude portant sur l’évolution des prix au cours des deux dernières décennies. S’intéressant à l’ensemble des métropoles hors région francilienne, le document fait état d’une forte augmentation des coûts à Bordeaux, qui est devenue l’une des villes les plus chères de France. La métropole de Nice-Côte-d’Azur, elle, est restée en haut du classement.
En janvier dernier, la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) observait une augmentation des prix du marché de 4,2% en 2017, par rapport à l’année précédente. Le prix moyen du m2 était ainsi passé à 2 550 € à l’échelle nationale.

Pour aller plus loin, les Notaires de France ont publié le lundi 26 février une analyse détaillée portant sur l’évolution des prix du marché immobilier en France depuis 20 ans. Ce sont ainsi 17 métropoles qui ont été passées au crible, hors région francilienne.

Parmi elles, Lyon et Aix-Marseille-Provence sont les seules à être considérées comme ayant un « statut spécial », tandis que Bordeaux, Grenoble, Lille, Nantes, Nice, Rennes, Rouen, Strasbourg et Toulouse font partie des agglomérations « obligatoires ». Brest, Montpellier, Nancy, Tours, Dijon et Orléans, enfin, sont classées parmi les « volontaires ».

Bordeaux bientôt au même niveau que Paris ?

S’intéressant d’abord aux évolutions entre 2015 et 2016, les Notaires constatent que les agglomérations situées sur le tracé de la ligne à grande vitesse Ouest ont profité de l’arrivée du train pour faire flamber leurs prix.

Bordeaux est tout particulièrement touchée, avec une évolution des coûts de +6%, aussi bien sur les appartements que sur les maisons. La ville devient ainsi « la deuxième métropole la plus onéreuse derrière celle de Nice » en appartements, et la troisième du classement des maisons.

Nice-Côte-d’Azur, en tête depuis 20 ans

Cette tendance annuelle est révélatrice du mouvement observé ces vingt dernières années. En appartements, le fief d’Alain Juppé est en effet passé de la 14e place en 1997 à la 2e en 2016, et de la 12e à la 3e pour les maisons. Sur le segment du collectif, Lyon n’est en pas reste, se positionnant à la 3e place en 2016 alors qu’elle était 11e vingt ans auparavant. La palme revient à la métropole de Nice-Côte-d’Azur, « restée en haut du classement aussi bien sur le collectif que l’individuel entre 1997 et 2016 ».

Heureusement, certaines villes s’imposent comme des exceptions. En appartements, Strasbourg et Tours, respectivement 1ère et 3e en 1997, ont dégringolé aux 7e et 10e places en 2016. Pour les maisons, c’est Dijon qui se distingue, reculant de la 2e à la 11e place. Nancy et Brest se maintiennent également en bas du classement des biens collectifs, pour la première, et individuels, pour la seconde.

De manière générale, les Notaires indiquent que l’évolution des prix « est très variable d’une métropole à l’autre ». Il n’empêche que Bordeaux, là encore, tire son épingle du jeu, avec un record de +250% pour les maisons. « Orléans, Dijon, Brest et Nancy enregistrent les hausses de prix les plus modérées, entre 80% et 100% », nuancent les professionnels. La question se pose néanmoins : qu’en sera-t-il dans vingt ans ?

Fabien Carré
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Hausse des prix dans l’immobilier ancien : la province rattrape l’IDF - Batiweb

Hausse des prix dans l’immobilier ancien : la province rattrape l’IDF

Les Notaires de France ont publié leur bilan annuel pour les logements anciens ce mardi 10 décembre. L’année 2019 a été marquée par un record en termes de transactions, avec 1 059 000 de ventes, soit une hausse de +10,4 % en un an. La hausse se poursuit aussi du côté des prix, avec une moyenne de +3,2 %. Autre fait notable : cette tendance à la hausse s’unifie sur l’ensemble du territoire, puisque la province rattrape la région parisienne.
Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit - Batiweb

Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit

L’Insee et les Notaires de France ont publié les chiffres de l’immobilier ancien à fin mars 2020. Pour la quatrième année consécutive, la hausse des prix s’est poursuivie, et même accélérée, et les ventes ont de nouveau dépassé la barre des 1 million. Toutefois, le bilan ne prend pas encore en compte les conséquences de la crise et du confinement. Pour SeLoger, ils auraient occasionné une chute de 47,9 % des ventes, sans toutefois impacter les prix.
Dix trimestres de hausse consécutive pour les ventes de logements neufs - Batiweb

Dix trimestres de hausse consécutive pour les ventes de logements neufs

Décidément, tout va pour le mieux sur le marché de la promotion immobilière ! La FPI, fédération professionnelle représentant les acteurs du marché, vient en effet de constater que les ventes de logements neufs sont en hausse depuis déjà 10 trimestres consécutifs. Pour couronner le tout, l’organisme fait état d’un début d’année 2017 assez dynamique, avec 35 050 logements réservés entre janvier et mars. Un bilan qui cache néanmoins d'autres réalités moins plaisantes.
Taux d’intérêts au plus bas, l’immobilier ancien décolle ! - Batiweb

Taux d’intérêts au plus bas, l’immobilier ancien décolle !

Cela n’était pas arrivé depuis février 2012. Après une période particulièrement incertaine durant laquelle le volume des ventes d’immobilier ancien n’a cessé de faire le yo-yo, l’organisme Notaires de France estime à 839 000 le nombre de transactions réalisées en un an, soit une hausse de 15%. Un bilan positif qui doit beaucoup aux taux d’intérêt historiquement bas enregistrés par le secteur. Le point sur la conjoncture immobilière actuelle.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter