L’immobilier ancien va « vraiment » mieux Vie des sociétés | 30.08.16

Partager sur :
Le réseau Century 21 a enregistré une augmentation de + 14,4% du nombre de transactions entre le 1er semestre 2015 et le 1er semestre 2016. Cette croissance se doit notamment à des taux d’intérêt « extrêmement » bas et des prix de mise en vente « contenus ». La « vigueur » du marché profite autant au segment des maisons qu’à celui des appartements. Détails.
« Il est difficile de trouver des ombres au tableau que nous présente le marché immobilier de l’ancien depuis quelques mois », souligne Century 21 dans une analyse publiée en juillet dernier.

Entre le 1er semestre 2015 et le 1er semestre 2016, le réseau a vu ses transactions bondir de + 14,4%. Cette croissance s’explique par des taux d’intérêt « extrêmement bas » qui ont permis aux acquéreurs de voir leur pouvoir d’achat augmenter. C’est aussi l’effet de prix de mise en vente « contenus » qui n’enregistrent qu’une légère remontée de 0,6% en un an.

Dans ce contexte, les délais de vente « se raccourcissent légèrement » pour s’établir à 95 jours, encore loin des plus bas observés en 2004 à 64 jours.

Maisons et appartements bénéficiés

« Cette vigueur du marché profite autant au segment des maisons qu’à celui des appartements », précise Century 21. Les segments présentent des évolutions de prix « modérées » (respectivement + 0,3% et + 0,8%).

La surface moyenne, tous types de biens confondus, progresse de 1,6 m2 et atteint 84,7 m2 au 1er semestre 2016. Le prix moyen au m2 a lui augmenté de 0,6% et s’est établi à 2 495 euros (1 966 euros pour les maisons et 3 397 euros pour les appartements).

Century 21 explique les Français profitent de crédits extrêmement favorables pour acheter grand. « Ils augmentent leur quotité de financement par l’emprunt et allongent leur durée de crédit pour financer leur projet et acquérir quelques m2 supplémentaires ».

Le montant moyen d’une acquisition s’élève désormais à 202 679 euros au 1er semestre 2016, soit 1,8% de plus qu’au 1er semestre 2015.

Les 50 ans et plus très actifs

Les 50 ans et plus se montrent très « actifs ». Jusqu’à 60 ans, ils voient leur proportion parmi les acquéreurs progresser de 6%, les plus de 60 ans voyant ce chiffre augmenter de 4,8%.

« L’extrême volatilité de la Bourse et le très faible rendement des placements sécurisés viennent conforter la décision des seniors de se tourner vers la pierre, valeur refuge traditionnelle des Français », explique Century 21.

Signe d’une confiance retrouvée dans l’immobilier, « les investissements vont bon train dans l’ancien et la part des acquisitions réalisées au titre de placements progresse de 16,5% » entre le 1er semestre 2015 et le 1er semestre 2016 pour représenter 18,4% des achats réalisés dans l’Hexagone, conclut le réseau.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Après une chute de 25% en 2012, le nombre de transactions progresse sur les six premiers mois de l'année, annonce le dernier baromètre de Century 21. Encouragé par une baisse des prix contenue à -2,6 % sur douze mois et soutenu par des taux d’intérêt historiquement bas, le marché fait l’objet d’un regain d’activité de +6,6 %.
2014, une bonne année pour les acquéreurs dans l'immobilier ancien

2014, une bonne année pour les acquéreurs dans l'immobilier ancien

Dans son bilan sur le marché de l'ancien en 2014, Century 21 atteste que la baisse des prix s’installe dans l'Hexagone. Après un recul de 1,9 % en 2012, et de 1,8 % en 2013, le prix moyen au m2 enregistre, au niveau national, un repli de -2,8 % en 2014. Pour 2015, les professionnels de l’immobilier ne sont pas plus optimistes. Détails.
L’immobilier se porte toujours aussi bien d’après les Notaires de France

L’immobilier se porte toujours aussi bien d’après les Notaires de France

Si la conjoncture est plutôt favorable dans le secteur du bâtiment, les Notaires de France notent eux aussi que celui de l’immobilier est en pleine croissance. 921 000 ventes ont ainsi été réalisées en un an à fin juin 2017, tandis que le taux de rotation demeure à un niveau particulièrement élevé. De quoi laisser présager le meilleur pour le reste de l’année.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter