L’innovation au cœur de la stratégie du Groupe Soprema Vie des sociétés | 15.09.16

Partager sur :
Entreprise familiale devenue grand groupe mondial, Soprema s’impose aujourd’hui comme un acteur incontournable dans le domaine de l’étanchéité. Après plus de 100 ans d’histoire, la société tire aujourd’hui sa force des nouveaux produits qu’elle ne cesse de développer. Implantée en France et dans le monde, elle s’apprête à partir à la conquête de nouveaux marchés, avec l’Asie en ligne de mire. Bilan et perspectives d’avenir.
Fondée en 1908 à Strasbourg par Charles Geisen, Soprema est aujourd’hui un géant sur le marché de l’étanchéité, de l’isolation et de la protection du bâtiment. Parfaitement implanté en Europe (France, Espagne, Portugal, Suisse, Allemagne, Belgique, Pologne), le groupe est également présent en Amérique du Nord, où il s’est exporté dans les années 80.

Avec un chiffre d’affaires en constante augmentation, atteignant les 2,13 milliards d’euros en 2015 (dont 45% réalisé en France), Soprema compte plus que jamais sur ses nouveaux produits et son développement international pour atteindre les 2,35 milliards d’euros cette année, et tout porte à croire qu’elle devrait y arriver !

Un savoir-faire qui ne cesse de s’étendre

Si Soprema est parvenue à se faire connaître dans le monde entier, c’est avant tout grâce à son vaste domaine d’expertise. « L’objectif de l’entreprise est de fournir aux professionnels, comme au grand public, des produits et services qui répondent à leurs attentes et leur degré d’exigence tout en privilégiant la simplicité de pose et la durabilité des matériaux », souligne Pierre-Etienne Bindschedler, Président du groupe.

Ainsi, Soprema intervient aussi bien au niveau de l’étanchéité et l’isolation que dans la végétalisation des toitures, ou encore les systèmes d’éclairement lanterneaux. Le groupe ne cesse d’ailleurs d’acquérir de nouvelles compétences en même temps qu’elle rachète des entreprises. Rien qu’en 2016, l’américain Chemlink, le suisse Pavatex et l’italien Novaglass ont tous trois rejoint le groupe, pour un investissement total de 65 millions d’euros.

Une stratégie R&D particulièrement dynamique

Mais Soprema ne se contente pas d’intégrer de nouvelles sociétés ; elle mène également une politique d’innovation indispensable à son développement. C’est ainsi que de nombreux produits ont succédé à la fameuse chape ultralégère Mammouth, née en 1909, à l’instar de Soprelium, première membrane d’étanchéité utilisant une armature d’un nouveau genre, ou encore Mammouth Néo, membrane composée de 75% de matériaux bio-sourcés.

Egalement issu du pôle R&D, le projet Mutatio a permis de substituer 50% des matières premières issues du pétrole par des produits éco-sourcés tels que la résine de pin et l’huile de colza.

55 personnes animent l’important pôle R&D du groupe sur deux grands centres de recherche. Si, actuellement, 15% du chiffre d’affaires est réalisé grâce aux nouveaux produits, Pierre-Etienne Bindschedler préfère viser un objectif de 25%. Une ambition que le développement international de l’entreprise pourrait aider à atteindre rapidement.

L’Asie et l’Amérique latine dans le viseur

Si Soprema est active sur le territoire national avec notamment l’ouverture d’une usine d’isolation polystyrène extrudé près d’Auxerre en mai dernier, ce n’est pas son développement en France qui retient l’attention de Pierre-Etienne Bindschedler. En effet, le Groupe compte ouvrir sa première implantation industrielle en Chine, où elle ne disposait que d’une présence commerciale. Un défi de taille pour Soprema, qui a investi 15 millions de dollars dans ce projet.

Autre marché qui fait rêver le Président du groupe : l’Amérique latine. « Nous essayons de faire une acquisition. Pour l’instant, il n’y a pas de discussion avancée, ni de site particulier visé », précise Pierre-Etienne Bindschedler, avant d’ajouter qu’il préfèrerait investir le marché sud-américain en revenant au métier d’origine de Soprema, le bitume. Un retour aux sources qui pourrait s’avérer bénéfique pour l’entreprise.

F.C
Photo de Une : ©Fabien Carré
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Soprema résolument tourné vers la Recherche et le Développement avec Mutatio - Batiweb

Soprema résolument tourné vers la Recherche et le Développement avec Mutatio

En 2008, la totalité des produits développés par Soprema étaient dérivés du pétrole. C'est en partant de ce constat que l'entreprise, spécialiste de l'étanchéité, de la végétalisation et de l'isolation, a lancé Mutatio, un vaste projet de Recherche et Développement mené en collaboration avec de nombreux partenaires. Objectif : réduire l'utilisation du pétrole dans la conception des matériaux de construction et le remplacer, autant que possible, par des matières premières écosourcées.
K.Line conclut l'exercice 2017 sur un chiffre d'affaires de 305 millions d'euros - Batiweb

K.Line conclut l'exercice 2017 sur un chiffre d'affaires de 305 millions d'euros

La reprise confirmée du marché de la construction a bénéficié à de nombreux acteurs ! Parmi eux, le fabricant de fenêtres K.Line a largement su tirer profit de cette tendance, avec un chiffre d'affaires 2017 en hausse de 13% par rapport à l'année précédente. La stratégie de diversification amorcée par l'entreprise en 2016 semble ainsi porter ses fruits ! A tel point que l'industriel français a recruté plus de 200 professionnels l'an dernier, et pourrait encore pourvoir 400 postes en 2018.
Matériaux de construction : léger mieux en fin d'année malgré les tensions - Batiweb

Matériaux de construction : léger mieux en fin d'année malgré les tensions

Il y a un an, l’Unicem (Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction) misait sur une nouvelle croissance du marché qu’elle représente. Hélas, janvier n’avait pas été de tout repos pour les professionnels des matériaux de construction, et la tendance s’était prolongée durant toute la période hivernale. Le dernier trimestre, plus dynamique, aura heureusement permis de maintenir l’exercice 2018 dans le vert. Tous les chiffres.
LafargeHolcim enregistre un « bon début d'année » - Batiweb

LafargeHolcim enregistre un « bon début d'année »

Si le secteur du BTP a signé un premier trimestre mitigé, LafargeHolcim, de son côté, ne s'est pas reposé sur ses lauriers ! Le chiffre d'affaires du groupe suisse a en effet progressé de 3,1% en ce début d'année, malgré des conditions météorologiques particulièrement défavorables. La réalisation des objectifs 2018 semble sur la bonne voie, de même que la mise en œuvre de la Stratégie 2022 du spécialiste des matériaux de construction. Tous les chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter