La consommation électrique "stable depuis six ans", d’après RTE Vie des sociétés | 01.02.19

Partager sur :
En 2017, RTE faisait état d’une consommation électrique « stable », à 475 TWh. Bien que le bilan 2018 n’ait toujours pas été officiellement publié, le président de la société François Brottes a dévoilé mardi 29 les premiers indicateurs relatifs aux douze derniers mois, soulignant la part grandissante d’énergies renouvelables dans le mix énergétique.
2017 avait été une année sans bavure en termes de consommation électrique, celle-ci s’étant stabilisée à 475 TWh. Pour autant, RTE (Réseau de transport d’électricité) soulignait, il y a deux ans, la forte progression du parc des énergies renouvelables, en croissance de +2 763 MW. L’éolien et le solaire avaient été particulièrement dynamiques, respectivement en hausse de +14,8% et +9,2%.

Plus récemment, François Brottes, président du gestionnaire du réseau, est revenu sur le bilan électrique de 2018 à l’occasion de la présentation de ses vœux le 29 janvier dernier. Selon lui, « les faits sont têtus et la tendance se confirme : [la consommation] est stable depuis six ans ».

Les renouvelables à la rescousse

Certains indicateurs, en revanche, sont largement en hausse. Et non des moindres : quelques jours après la présentation de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) dans son intégralité, RTE a annoncé que la part d’électricité d’origine renouvelable ne cessait de croître.

« Les énergies renouvelables fournissent près de 20% de l’électricité produite en France », a indiqué François Brottes. « L’hydraulique a sa part dans cette augmentation et la progression de l’éolien et du solaire est réelle : +15% pour l’éolien et +11% pour le solaire ».

Seule ombre au tableau : le nucléaire affiche lui aussi un léger développement en 2018. A contrario, la production d’énergie fossile a chuté de -27%, tandis que les émissions de CO2 dans l’atmosphère ont baissé de -28%.

Dans ce contexte, RTE s’attend à ce que la consommation d’électricité se maintienne à son niveau actuel, voire diminue légèrement. En désaccord, EDF mise de son côté sur une faible hausse dans les prochaines années.
                       
2019, année des recrutements chez RTE

Au-delà du bilan électrique, le gestionnaire de transport d’électricité a annoncé le 15 janvier dernier une vaste opération de recrutement à venir dans les prochains mois. RTE envisage en effet d’embaucher 350 professionnels en CDI, 250 étudiants en contrats d’alternance et 300 stagiaires.
« L’entreprise recherche des profils variés notamment dans les domaines du numérique et du développement informatique, des technologies intelligentes (LIDAR, monitoring), de l’exploitation des données et de l’éolien offshore. RTE recrute également des techniciens de maintenance, des chargés de conduite du réseau ainsi que des ingénieurs généralistes », détaille le gestionnaire.
 

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Adobe Stock
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Électricité : 20% de la consommation française produite grâce aux EnR

Électricité : 20% de la consommation française produite grâce aux EnR

En plein développement, les énergies renouvelables (EnR) ont permis de couvrir 20% de la consommation électrique française au cours du troisième trimestre 2016 et des douze derniers mois. Dans le même temps, le parc de production d’électricité renouvelable est, lui aussi, en plein développement, notamment grâce aux nouveaux raccordements éolien et solaire.
Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Énergies renouvelables : les investissements en berne au premier semestre 2018

Énergies renouvelables : les investissements en berne au premier semestre 2018

Déjà mis à mal en 2016, les investissements dans les énergies renouvelables ont encore baissé en ce début d’année. Selon le dernier rapport publié par Bloomberg New Energy Finance, le solaire photovoltaïque, tout particulièrement, n’a rassemblé que 71,6 milliards de dollars à l’échelle mondiale au cours du premier semestre 2018. Heureusement, l’éolien atténue légèrement la tendance, avec une hausse des investissements de +33%. Bilan et perspectives.
Combat de l’année : 8 millions de cheminées VS 21 centrales nucléaires

Combat de l’année : 8 millions de cheminées VS 21 centrales nucléaires

21 réacteurs nucléaires sur les 58 que compte la France sont actuellement à l’arrêt. Cela entraîne un risque de coupures si la demande se fait trop importante lors des jours les plus froids. Le SER (Syndicat des Énergies Renouvelables rappelle que 8 millions de logements sont équipés d’un appareil de chauffage au bois, ce qui peut constituer un appoint déterminant lors des grands froids.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter