La Fabrique, le projet de reconversion de l'ancienne usine PSA d'Aulnay Vie des sociétés | 20.05.14

Partager sur :
Le groupe PSA Peugeot Citroën, a présenté le Master Plan de son projet de reconversion du site d'Aulnay en cité hybride à l'horizon 2023, qui combinerait à la fois activités économiques et lieux de vie pour les habitants. Ce projet propose de conserver la vocation industrielle du site et d'y créer une zone boisée, des habitations et des activités tertiaires.

Propriété de PSA Peugeot Citroën, le site de l'usine d'Aulnay-Sous-Bois de 180 hectares en Seine-Saint-Denis accueillait depuis 1973 l'usine du groupe où travaillaient 3000 salariés et qui fermera ses portes cette année. Lors d'une conférence de presse à la mairie d'Aulnay-sous-bois, un responsable de PSA et des urbanistes ont présenté le projet de reconversion du site, où le groupe compte « garder une présence sur le site et y installer un centre de formation technique et commercial qui pourra former 10 000 collaborateurs par an », a indiqué le secrétaire général de PSA Pierre Todorov. Un projet porté par le groupe automobile qui ne souhaitait pas laisser le site en friche industrielle.

Le nouveau maire UMP d'Aulnay-sous-bois Bruno Beschizza s'est engagé à cette occasion à créer sur place une pépinière d'entreprises dès cette année ou en 2015. « On était jusqu'à présent dans la lamentation, la dénonciation, la colère : aujourd'hui on est dans la construction », a-t-il déclaré. Pour l'instant, seule l'entreprise ID Logistics a acté sa volonté de reprendre une partie du site, en signant une promesse de vente en novembre 2013 avec l'espoir de créer 500 à 600 emplois.

Un musée de l'histoire industrielle

La Société du Grand Paris (SGP) et le groupe allemand Siemens sont en discussion pour intégrer le site, sur lequel ils pourraient implanter respectivement un centre de maintenance lié aux lignes du futur métro automatique du Grand Paris et des ateliers, si Siemens remporte son appel d'offres. Pour ce projet baptisé « La Fabrique », PSA s'est associé au groupe Constructa et propose par ailleurs toute une série d'idées : des logements, une zone boisée de 40 hectares et une maison de retraite, pour en faire une « cité industrielle et un lieu de vie ».

La construction d'un musée de l'histoire industrielle est également suggérée, la culture étant la « principale locomotive de l'attractivité immobilière » selon le président de Constructa Marc Pietri. « L'histoire de PSA recèle toute l'histoire de l'industrie française et de l'ensemble de ses technologies », dit-il.

B.P (avec AFP)

Photo de une : (c) Gilles-VITRY

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Soprema implante une nouvelle usine en Gironde

Soprema implante une nouvelle usine en Gironde

L’une des plus grosse ligne de production de ouate de cellulose en Europe ouvrira bientôt à Cestas (Gironde). Cette unité aura une capacité de 15 000 tonnes avec des possibilités d’extension sur place et dans la région. La production débutera en janvier 2010.
Béton : le Sandre évitera 37 camions sur les routes par voyage

Béton : le Sandre évitera 37 camions sur les routes par voyage

Ciments Calcia affrète un tout nouvel automoteur, baptisé "Sandre". Destiné à l’approvisionnement des centrales à béton des bords de Seine, il permettra, au départ de l’usine de Gargenville, d’acheminer par voie fluviale jusqu’à 980 tonnes de ciments par voyage, soit l’équivalent de 37 camions.
Délocalisation : Caterpillar devra rembourser les aides publiques, demande le préfet

Délocalisation : Caterpillar devra rembourser les aides publiques, demande le préfet

Le 18 septembre dernier, le fabricant de machines de construction Caterpillar annonçait la fermeture à venir de son site de Monchy-le-Preux, dans le Pas-de-Calais, menaçant ainsi 70 emplois. Si les salariés ont fait part de leur colère, la préfecture a, elle aussi, tenu à se faire entendre dans le cadre de cette affaire. En effet, l’État avait déjà versé quelque 110 000 euros visant à relancer l’usine – une somme visiblement insuffisante au regard de la décision de l’industriel.
Un site isérois de Serge Ferrari certifié ISO 50001

Un site isérois de Serge Ferrari certifié ISO 50001

Il y a quelques semaines, Serge Ferrari s’associait à Philips et Somfy pour publier un livre blanc donnant quelques conseils aux professionnels impliqués dans la rénovation énergétique des bâtiments tertiaires. Aujourd’hui, c’est un site du spécialiste des composites souples lui-même qui vient de recevoir la certification ISO 50001. Une preuve supplémentaire de l’engagement de l’entreprise en faveur de l’environnement.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter