La FFB confirme le retour de la croissance pour 2016 Vie des sociétés | 29.06.16

Partager sur :
Pendant sa conférence de presse trimestrielle, Jacques Chanut, président de la FFB a confirmé la tendance à une embellie pour le secteur du bâtiment. Il est donc relativement optimiste pour les prochains mois. Toutefois il a nuancé son jugement, soulignant l’état précaire des trésoreries et des marges des entreprises. Et si l’emploi s’est stabilisé, c’est à un niveau très bas, sauf espoir de remonter à court terme. Enfin, la FFB, comme d’autres organisations patronales, s’inquiète de la mise en place du compte pénibilité au 1er juillet.
Plusieurs sources convergent pour indiquer un retour à une meilleure santé du secteur du bâtiment. Parmi ces sources, la Fédération Française du Bâtiment a confirmé la reprise, sensible depuis la fin de 2015.

Bonne progression dans le neuf

Le logement neuf progresse grâce aux fortes ventes dans le secteur privé, puisqu’elles s’établissent à + 13% dans l’individuel diffus, à fin avril 2016 et à 15,2% dans la promotion immobilière. La FFB prévoit environ 380 000 logements mis en chantier en 2016, soit une hausse de 10%. Cela ne nous amène pas aux 500 000 logements nécessaires, mais c’est un niveau bien meilleur que 2015.

Le non-résidentiel tire aussi son épingle du jeu puisque les surfaces autorisées et commencées s’inscrivent respectivement en hausse de 15% et 10%, alors que les prévisions FFB de décembre 2015 pour 2016 tablaient sur un recul de 1% à 2% des surfaces mises en chantier.

La rénovation toujours à la peine

Sur le marché de l’amélioration-entretien, ni l’essor des ventes dans l’ancien ni les mesures en faveur de la transition énergétique ne parviennent à véritablement redynamiser le marché. Sur ce marché, le facteur déclenchant est la confiance que les acteurs économiques, particuliers ou entreprises, mettent dans l’avenir. Et on voit bien que cette confiance n’est pas  encore de retour. Par ailleurs, l’échéance du 31 décembre 2016, date d’arrêt théorique du CITE (Crédit d’Impôt Transition Énergétique), ne rassure pas les maîtres d’ouvrage. Dans l’immédiat, la FFB demande toujours, principalement en zone C, l’extension de ce dispositif aux résidences secondaires.

Les marchés publics ne décollent pas

Concernant la commande publique, la FFB se félicite que les élus, dans leur ensemble, aient fait l’effort de comprimer l’augmentation de leurs dépenses de fonctionnement. Toutefois il faut constater que, trop souvent, l’investissement a servi de variable d’ajustement. Et Jacques Chanut ajoute « L’impact pour le moins discret, pour ne pas dire nul, dans notre secteur mais pas seulement, du plan Junker atteste des difficultés des initiatives européennes à trouver leur traduction rapide et concrète en termes de croissance. »

L’emploi et l’appareil de production restent encore faibles

L’effectif salarié est en recul de 10 500 équivalents temps plein, soit une baisse de – 0,9%. Sur la période de la crise, les entreprises ont connu une perte d’activité de 21% mais ont « limité » les réductions d’emploi de 11%. Cela crée, de fait, une situation de sureffectif, qui laisse présager que, malgré la reprise, l’emploi restera malheureusement stable en 2016. Seul l’emploi intérimaire pourrait progresser, mais avec le risque que cela favorise les travailleurs détachés, facteur de distorsion de concurrence entre les entreprises.

Le compte pénibilité décalé d’un an ?

Jacques Chanut a insisté sur les difficultés à définir le référentiel du compte pénibilité pour le bâtiment. Contrairement à l’industrie où les postes et leur environnement sont stables, le secteur du bâtiment se caractérise par une grande diversité de situations. Et la présence simultanée de plusieurs corps de métier sur un même chantier peut créer des conditions d’environnement très différentes.

« Devant une telle complexité qui demeure, nous prenons note de l’instruction ministérielle publiée la semaine dernière  annonçant que les entreprises n’auront aucune déclaration à faire avant début 2017 et pourront modifier leur déclaration jusqu’en septembre 2017. Cette modification, si elle joue en faveur du salarié, pourra d’ailleurs intervenir pendant trois ans, soit jusqu’en 2019. Il n’y a donc pas lieu de se précipiter parce que nous allons bientôt être le 1er juillet 2016, date d’entrée en vigueur des six derniers facteurs de pénibilité, qui concernent pleinement notre secteur. Nous travaillons au référentiel de branche mais, parce qu’il nous faut du temps, nous réitérons notre demande d’un report d’un an de l’entrée en vigueur du dispositif. » nous dit Jacques Chanut.

En conclusion, le Brexit

La sortie du Royaume Uni de l’Europe, à la suite du récent référendum, alimente toutes les conversations. Mais quelles conséquences cela pourrait-il avoir sur le bâtiment en France ?

Laissons la conclusion à Jacques Chanut : «La seule certitude aujourd’hui se résume en une volatilité néfaste à l’économie, à la croissance et donc à notre secteur d’activité. Que dire de plus ? Rien ! Sauf que la matière première du Bâtiment reste la confiance. Sans confiance, difficile de faire des choix d’investissement importants. » 

Comme aurait dit Blake à Mortimer, avec son flegme tout britannique « Brexit, wait and see ! »

Régis Bourdot 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La conjoncture du bâtiment reste bonne, malgré des zones d'ombre

La conjoncture du bâtiment reste bonne, malgré des zones d'ombre

La conférence de presse « conjoncture trimestrielle » de Jacques Chanut, le président de la FFB, a alterné bonnes et moins bonnes nouvelles. Globalement, le secteur du bâtiment se porte bien, mais des points de faiblesses subsistent et il faudrait peu de chose pour que le secteur rebascule dans une situation plus complexe. Explications …
La perlite expansée, pour une isolation naturelle

La perlite expansée, pour une isolation naturelle

L’isolation est l’un des domaines dans l’habitat qui a connu d’importantes évolutions ces dernières années temps. Cette avancée est notamment due à l’arrivée, dans les constructions et en rénovation, des isolants naturels. Moins connue que beaucoup d’autres, la perlite expansée fait partie de ces matériaux très performants. Elle est principalement mise en place dans les combles et au niveau des terrasses.
Le compte pénibilité ne passe toujours pas à la FFB

Le compte pénibilité ne passe toujours pas à la FFB

Le compte pénibilité, entré en vigueur au 1er janvier 2015 avec la prise en compte de seulement quatre facteurs de pénibilité sur dix, ne convainc toujours pas la Fédération française du Bâtiment. A trois mois de la remise au gouvernement d'un rapport et de propositions du député de Saône-et-Loire Christophe Sirugue pour simplifier le dispositif, elle reste mobilisée « contre cette course folle à la complexité ».

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter