La mauvaise isolation acoustique affecte un tiers des Français (Etude) Vie des sociétés | 24.05.18

Partager sur :
Si les Français déclarent à 85% entretenir de bonnes relations avec leurs voisins, le bruit tend à ternir les relations. Un baromètre Qualitel-Ipsos montre en effet que la mauvaise isolation acoustique affecte un tiers des Français. Parmi les bruits considérés comme les plus gênants, on trouve les fêtes et les soirées devant les éclats de voix et la circulation.
Le *baromètre Qualitel-Ipsos sur la qualité de vie à la Maison dévoile que 85% des Français entretiennent de « bonnes » relations avec leurs voisons.

Elles sont même « très bonnes » pour 38% des personnes interrogées, une tendance particulièrement marquée chez les + de 60 ans (51%), les habitants de communes rurales (44%) et les occupants de maison (43%).

« A contrario, les moins de 25 ans, les habitants de l’agglomération parisienne et les occupants d’appartements sont nettement moins nombreux à avoir de très bons rapports avec leurs voisins », souligne l’enquête.

Mauvaises relations entre voisins, à qui la faute ?

S’ils sont nombreux à bien s’entendre avec leurs voisins, 30% des Français (et 42% des occupants d’appartements) admettent avoir déjà connu des tensions pour des problèmes liés au bruit.

Le bruit reste en effet le responsable n°1 des mauvaises relations entre voisins, notamment en appartement. Le baromètre insiste sur le fait que les nuisances sonores ne sont pas le seul résultat de comportements tapageurs. « Elles sont causées ou amplifiées par un défaut d’isolation acoustique des logements », une
« plaie » déplorée par 48% des Français ayant déjà eu des tensions avec leurs voisins.

Le défaut acoustique est, après l’inconfort thermique, le deuxième plus fort sujet d’insatisfaction des Français en matière de qualité de leur logement (30% d’insatisfaits au global vs 32% pour le confort thermique).

Si le podium des bruits considérés comme les plus gênants est occupé par les fêtes et les soirées (32% des occupants d’appartements se disent gênés), les éclats de voix (29%) et la circulation (24%), bien d’autres nuisances sont citées. La majorité des Français entendent épisodiquement des disputes, des bruits liés aux enfants et aux bébés, les chasses d’eau et le lave-linge, des animaux domestiques et même les ébats amoureux de leurs voisins.

« Un facteur aggravant est évidemment la densité urbaine : plus on habite une grande ville et plus on a de chances d’être réveillé la nuit ». Le baromètre dévoile ainsi que 77% des Parisiens sont occasionnellement réveillés la nuit, 64% des habitants de villes de plus de 20 000 habitants, 54% pour les villes de moins de 20 000 habitants et 45% en zone rurale.

Construire mieux et rénover l’existant

L’ancienneté du logement joue également beaucoup sur la qualité acoustique du logement. Si les logements neufs sont globalement bien isolés, le taux d’insatisfaction grimpe pour les logements construits entre 1980 et 2007, et même à 40% pour les logements de la période 1945-1979. A noter, que les logements construits avant 1900 suscitent « peu de critiques (…) sans doute en raison de la qualité des matériaux utilisés pour la construction de ces bâtiments ».

Au vu de ces résultats, Bertrand Delcambre, président de l’association Qualitel, souligne l’importance d’agir sur le parc de logements construits au XXe siècle, « notamment en ville où, plus qu’ailleurs, les habitants subissent la « pollution » sonore, mais se plaignent également du confort thermique, de la qualité des matériaux ou encore de la ventilation ».

Il invite les pouvoirs publics à poursuivre les efforts pour améliorer la qualité acoustique des bâtiments : « Il est important pour l’avenir de consolider ces acquis qui ont fait progresser la qualité des logements et le confort de leurs habitants ».

Se référent au plan de rénovation énergétique de l’habitat, il déclare que « l’ensemble des caractéristiques d’un logement assurant confort et qualité de vie à ses occupants doivent être intégrées aux projets de rénovation. C’est l’un des enjeux majeurs de la qualité de l’habitat pour tous ».

Dans ce sens, « Qualitel continue ses travaux de recherche et va prochainement diffuser son guide de solutions à mettre en place pour améliorer l’acoustique dans le cadre d’un projet de rénovation », conclut-il.

*Méthodologie : l’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 2000 personnes représentatif de la population française âgées de 18 ans ou plus et d’un sur-échantillon de 700 propriétaires d’un logement de moins de 10 ans. Les interviews ont été effectuées par un questionnaire auto-administré en ligne du 29 mai au 6 juin 2017.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rockplus, la nouvelle gamme d’isolants par Rockwool

Rockplus, la nouvelle gamme d’isolants par Rockwool

Rockwool a lancé, en novembre dernier, une nouvelle gamme d’isolants intitulée Rockplus, qui présente de nouvelles performances thermiques et acoustiques, ainsi qu’un meilleur confort de pose. L’occasion de faire le point sur le marché de la rénovation thermique et sur ces nouveaux produits innovants avec Matthieu Biens, directeur marketing et développement de Rockwool.
Soprofen présentera la TaHoma Box C à EquipBaie

Soprofen présentera la TaHoma Box C à EquipBaie

D’après la 2e édition du baromètre annuel réalisé par Qualitel en partenariat avec Ipsos et consacré à la qualité de vie à la maison, 54 % des constructions récentes comptent au moins un service connecté. C’est dans ce contexte favorable que Soprofen lance, grâce à une collaboration avec Somfy, la TaHoma Box C, qui permet de piloter à distance tous les équipements motorisés Soprofen, mais aussi ceux de plus de 200 gammes de produits et de 16 grandes marques de l’habitat.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter