La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove Vie des sociétés | 29.01.19

Partager sur :
Le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) n’aura guère convaincu Coénove, bien au contraire ! L’association reproche au texte de laisser sur la touche l’énergie gaz « au mépris même de son avenir renouvelable ». Bien que déçu, son président, Bernard Aulagne, va continuer de « porter haut et fort » les atouts du gaz, « pierre angulaire » pour la transition écologique et solidaire française, notamment dans le bâtiment.
Depuis sa création en 2014, Coénove a toujours défendu l’idée d’un « mix énergétique diversifié » qui puisse garantir la sécurité d’approvisionnement du pays. Mais alors que le projet de PPE vient d’être publié, les préconisations de l’association ne semblent pas avoir été suivies d’effets.

Dans un communiqué, Coénove estime que la PPE « fait avant tout dans le « deux poids, deux mesures », considérant que rien n’est impossible pour le secteur électrique, et laissant sur la touche l’énergie gaz au mépris même de son avenir renouvelable ».

L’organisme pointe le fait « que le projet de PPE ramène à 7% la part du gaz vert dans la consommation en 2030 et conditionne son développement à une baisse des coûts irréalistes ». « Ce qui semble impossible pour la filière électrique, que ce soit sur la recherche et développement ou encore sur des coûts cibles raisonnables annoncés est simplement balayé d’un revers de main pour la filière gaz ».

Ainsi, alors que la PPE souligne que le gaz est aujourd’hui « l’énergie fossile la moins carbonée » et qu’elle est « essentielle au système énergétique français », Coénove dénonce « une électrification massive et idéologique des usages » et « l’absence d’un affichage clair sur l’équilibre offre/demande, notamment en période de pointe hivernale ». Et ajoute qu’en hiver l’électricité ne satisfait que 30% des besoins quand le gaz est capable d’en assurer à lui seul 40%.

Un sentiment d’injustice

L’association estime que le projet n’a pas suffisamment pris en compte « les nombreuses externalités positives que présente le verdissement du gaz pour la filière agricole et l’économie », ni même les efforts réalisés par la filière gaz qui travaille « depuis de nombreuses années » à la diminution des consommations et s’est engagée « fortement à aller vers plus d’efficacité énergétique et à soutenir la rénovation dont on connaît la difficulté de mise en œuvre ».

« Dans cette PPE, le point d’achoppement n’est pas la question de la baisse des volumes de gaz. La vraie question est celle du contre signal envoyé une fois de plus par le Gouvernement à toute une filière qui se mobilise et a déjà prouvé, au travers des retours terrain, sa capacité à aller vers une production locale et renouvelable de gaz, permettant de décarboner le mix énergétique », rappelle Bernard Aulagne, président de Coénove.

Les annonces ont suscité un « véritable sentiment d’incompréhension, voire d’injustice », regrette Coénove. Pour son président, « le projet de PPE, en l’état, c’est la chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires, en ignorant leurs potentialités et leurs besoins, la dynamisation que peut représenter la méthanisation pour les plus ruraux d’entre eux au profit d’un arbitrage technocratique et discutable ».

« Face à un système électrique déjà saturé avec des alertes de blackout qui planent sur la tête des Français chaque hiver, cette PPE est purement et simplement mue par d’autres considérations que celles affichées pour la transition énergétique », indique-t-il.

Mais que bien que déçu, Bernard Aulagne est bien décidé à porter « haut et fort » les atouts de l’énergie gaz « qui se décarbone et est une véritable pierre angulaire pour la transition écologique et solidaire française, notamment dans le bâtiment ».

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Accenta démocratise le bâtiment bas carbone

Accenta démocratise le bâtiment bas carbone

Née en 2016, la startup Accenta a développé un système énergétique capable de réduire l’empreinte carbone d’un bâtiment. La technologie s’appuie sur deux outils : le logiciel accenta.design qui permet de concevoir la chaufferie la plus efficace tout en limitant les coûts d’investissements ; et la plateforme accenta.ai qui établit un plan de production et de stockage de l’énergie en fonction des besoins du bâtiment. Pierre Trémolières, fondateur d’Accenta, nous en dit plus sur cette innovation.
Green Gas Book, un ouvrage « unique » pour promouvoir le gaz vert

Green Gas Book, un ouvrage « unique » pour promouvoir le gaz vert

Via le Green Gas Tour, l’association France gaz renouvelables donne la parole à tous ceux, experts ou citoyens, qui soutiennent et/ou participent au développement de cette énergie verte. Les témoignages, recueillis de juin à septembre 2018, sont rassemblés dans un livre : le Green Gas Book. L’ouvrage démontre combien le gaz renouvelable, et notamment le biométhane, peut répondre aux enjeux climatiques, économiques et agricoles.
Le Réseau Action Climat propose 6 mesures pour une société plus écologique

Le Réseau Action Climat propose 6 mesures pour une société plus écologique

L’heure est décidément à la mobilisation en France. Alors que le Grand Débat National bat son plein, nombreuses sont les organisations à interpeler le Gouvernement sur des questions environnementales. On peut notamment citer la pétition « l’affaire du siècle » initiée par la Fondation Nicolas Hulot. Jeudi 21 février, « Réseau Action Climat » a présenté ses propositions pour une « société plus écologique et plus juste ». Ce « nouveau contrat » parle transports, modes de chauffage ou encore énergies renouvelables.
La Programmation pluriannuelle de l’énergie doit retrouver « sa grandeur »

La Programmation pluriannuelle de l’énergie doit retrouver « sa grandeur »

42 acteurs engagés en faveur de la transition énergétique ont co-signé ce jour un texte de soutien au développement d’un modèle français durable de production de gaz renouvelable. L’objectif, interpeler le Président de la République afin que la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) considère davantage la méthanisation, une filière qui contribue à la préservation des ressources et à la lutte contre le changement climatique.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter