« Le béton a toute sa place pour répondre à la RE2020 », Olivier Collin, DG d’Edycem Vie des sociétés | 03.05.21

Partager sur :
Olivier Collin, Directeur Général d'Edycem, la branche béton du groupe Herige, nous dévoile la stratégie de l'entreprise pour devenir « la référence » en termes de conception de solutions bas carbone. Progrès humain, environnement, innovation et performance, découvrez la feuille de route du bétonnier.

Après avoir passé 26 années au sein d’un grand groupe international, à savoir Lafarge Holcim, Olivier Collin a rejoint Edycem en tant que Directeur Général en janvier dernier, l’occasion d’intégrer une entreprise familiale « connue et reconnue pour son savoir-faire », ses valeurs entrepreneuriales, et sa recherche constante d’innovations. L’innovation est en effet l’un des piliers de la stratégie déployée par Edycem cette année, l’ambition étant d’être « la référence pour la conception et la production de solutions minérales innovantes et durables ».

2021, une année de défis

Avant de nous détailler sa feuille de route, Olivier Collin revient sur l’activité de la branche « béton » du groupe Herige. Malgré un contexte défavorable, le chiffre d’affaires d’Edycem s’est élevé à 114,4 millions d’euros en 2020, un résultat « exceptionnel » qui se doit à la « très forte » mobilisation des équipes qui ont fait preuve d’agilité et de réactivité pour mettre en place le protocole sanitaire et reprendre le travail rapidement.

Cette année, le secteur de la construction subit encore les conséquences de la pandémie. Edycem a ainsi décidé d’axer ses actions sur la partie produits et services innovants. Les décisions stratégiques vont également permettre au bétonnier de répondre aux mutations en cours, comme l’arrivée de la RE2020. Edycem voit en la nouvelle réglementation environnementale 2020 l’opportunité de renforcer ses actions de mise sur le marché de bétons bas carbone. « Le béton a toute sa place pour répondre à la RE2020 ». La seconde mouture du texte repose d’ailleurs « sur des exigences de résultats, et non plus forcément sur l’exigence d’un seul moyen, pour autant que nos solutions dites minérales répondent au seuil de la Stratégie Nationale Bas Carbone », explique Olivier Collin. Il souligne qu’il n’est pas question d’opposer les matériaux entre eux, mais au contraire de privilégier la mixité des produits pour atteindre « tous ensemble » les objectifs finaux.

Des actions en faveur de l’environnement

Edycem vise une réduction de son empreinte carbone de l’ordre de 30 à 35% d’ici 2030. Pour développer des solutions plus durables, Edycem a renouvelé sa Chaire avec Centrale Nantes, et a signé un partenariat avec Hoffmann Green Cement Technologies. Parmi les actions engagées, la maximisation des sables concassés dans la formulation des bétons. « Nous avons tout un process qui a été validé pour réintroduire ces sables-là en substitution de nos sables alluvionnaires ou marins, et aller dans le sens de l’économie circulaire ». Edycem s’attachera également à utiliser des ciments à faible impact environnemental qui seront déployés courant 2021 et 2022.

©Edycem

Le réemploi est un axe fort de la stratégie d’Edycem qui a récemment valorisé 10 000 tonnes de rebuts issus de son activité « préfabrication ». Un rapprochement avec une entreprise vendéenne a été mis en place pour récupérer l’ensemble des excédents de bétons de chantier, qui sont ensuite traités et transformés en nouvelles coupures ; un procédé qui pourrait être déployé pour valoriser les déchets inertes issus de la déconstruction. Edycem devrait en outre investir dans des silos de liants supplémentaires, ainsi que des cases de granulats pour introduire des granulats recyclés.

Aujourd’hui, le béton « est un matériau vertueux. On peut le recycler autant de fois que l’on veut », comme l’a démontré le projet Recybéton. « Il faut maintenant que les textes réglementaires prennent en compte ces travaux, et c’est prévu, puisque la norme béton va introduire les conclusions de ces 5 ans de projet pour augmenter le taux de matériau recyclé à 40% (contre 20% actuellement) pour certains bétons, et jusqu’à 100% pour d’autres applications ».

Une société qui se transforme

Outre les bétons bas carbone, des actions vont être menées au niveau de la logistique avec l’expérimentation de véhicules hybrides et de camions 100% gaz. L’ambition étant de verdir l’ensemble du parc. Les process industriels vont être améliorés. « Nous continuons nos travaux pour faire des gains sur l’eau naturelle. Nous avons déjà des bacs de décantation où nous recyclons les eaux industrielles pour réintroduire dans nos nouvelles productions. Et nous avons des systèmes de lavage de toupies pour lesquels nous avons installé des boutons poussoirs de façon à limiter les consommations ».

D’un point de vue « performance », Edycem déploie un « nouveau modèle opérationnel » qui va permettre « d’anticiper l’avenir ». Le maillage territorial d’Edycem, qui s’est renforcé via l’acquisition de 9 nouvelles centrales à béton ces deux dernières années, se déclinera en 3 nouvelles régions, offrant l’occasion à chaque directeur de région d’être « encore plus proche de ses clients, et d’avoir une animation d’équipe commerciale et de production de proximité ». En interne, un responsable HSE devrait être prochainement recruté pour déployer la stratégie RSE de l’entreprise, ainsi qu’un directeur marketing prescription digital pour « prescrire le plus en amont nos solutions bas carbone » et faire connaître les services « innovants » proposés par Edycem.

Olivier Collin révèle que « dans le domaine des flux d’information, nous venons de passer avec succès sur un nouvel ERP, ce qui va nous permettre de mieux traiter les datas que ce soit en interne ou en externe avec une meilleure approche des évolutions du marché, et de concevoir plus vite des nouveaux produits ».

Pour accompagner la montée en compétences des salariés, des nouvelles formations vont être proposées, ainsi que des modules à destination des réseaux d’applicateurs, l’occasion de valoriser les produits Edycem. Des recrutements sont en outre prévus avec « une intégration croissante d’alternants ».

Faciliter le quotidien des clients

Edycem va poursuivre la digitalisation de ses services pour faciliter plus encore le quotidien de ses clients. Olivier Collin cite des outils tels que Edy’Home, une application de réalité augmentée qui permet de photographier une zone à aménager et d’y positionner un produit Edycem. EDYBet.Only, premier outil du marché pour la qualification des parements de voiles en béton. Ou encore Edycem Connect, plateforme digitale pour la dématérialisation des bons de livraison.

ECOP'SUR

Edycem s’inscrit dans une démarche permanente de progrès dans le domaine de la sécurité. La dernière initiative unique en son genre : Ecop’SUR, un système de tige télescopique pour le prélèvement de granulats sur site. La technologie, brevetée par un salarié de l’entreprise, a reçu le prix de l’innovation au niveau du groupe Herige, et devrait être mise à disposition d’autres acteurs dans les mois qui viennent.

Propos recueillis par Rose Colombel
Photo de une : Olivier Collin - ©Bertrand Duquenne

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Cycle Up lance sa plateforme numérique dédiée au réemploi des matériaux du BTP - Batiweb

Cycle Up lance sa plateforme numérique dédiée au réemploi des matériaux du BTP

Il n'aura fallu que quelques mois à Icade et Egis pour donner une dimension plus concrète à Cycle Up, société que les deux entreprises ont co-créé. Cette nouvelle entité, consacrée au réemploi des matériaux de construction, a en effet annoncé ce 8 mars le lancement de sa plateforme numérique. Présentée comme une place de marché en ligne, elle permettra aux acteurs du bâtiment et de l'immobilier d'accéder plus facilement à des produits issus de la déconstruction et pouvant se voir offrir une seconde vie.
Nouvelle étape pour la Chaire de recherche Edycem – Centrale Nantes - Batiweb

Nouvelle étape pour la Chaire de recherche Edycem – Centrale Nantes

En février 2015, Edycem et Centrale Nantes ont signé la Chaire internationale de recherche et d’enseignement des « bétons innovants pour de nouvelles applications ». D’une durée de cinq ans, elle vise notamment à moderniser la formulation des matériaux cimentaires et à améliorer leur bilan énergétique. Ce mardi, le partenariat a franchi une nouvelle étape : les deux premières thèses de doctorat ont été soutenues. Précisions.
Paris : le Quartier des Deux Rives, un modèle d’économie circulaire ? - Batiweb

Paris : le Quartier des Deux Rives, un modèle d’économie circulaire ?

Il y a bientôt un an, la Ville de Paris dévoilait un ambitieux Plan Climat, qui visait notamment une meilleure valorisation des déchets. L’engagement de la capitale a pris une nouvelle dimension ce lundi 17 septembre, avec la présentation du projet d’Écologie industrielle et territoriale du Quartier des Deux Rives par la Mairie et la RATP. Une initiative qui fera la part belle à l’économie circulaire, avec la mise en œuvre d’actions concrètes dans les plus brefs délais.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter