Le Prêt à taux zéro reconduit en 2018, mais « de manière plus ciblée » Vie des sociétés | 14.09.17

Partager sur :
En 2016, 120 000 Prêts à taux zéro avaient été accordés, pour le plus grand plaisir d’Emmanuelle Cosse, alors ministre du Logement. Si les chiffres de cette année n'arriveront pas avant quelques mois, Julien Denormandie, secrétaire d’État à la Cohésion des territoires, a confirmé que ce dispositif serait bien reconduit en 2018, mais principalement dans les zones où la demande de logements est plus forte que l’offre.
Alors que les ventes de logements neufs ont baissé au deuxième trimestre 2017, le Prêt à taux zéro (PTZ), accordé aux ménages accédant à la propriété pour la première fois, rencontre toujours autant de succès.

À tel point que le gouvernement a fait savoir, par l’intermédiaire du secrétaire d’État Julien Denormandie, que cette aide ne s’arrêterait pas au 31 décembre 2017 contrairement à ce que prévoit la loi.

Priorité aux « zones tendues »

« On le reconduira de manière plus ciblée, c’est-à-dire pas de la même manière partout sur le territoire (…), là où il est le plus nécessaire pour les Français », et particulièrement « dans les zones tendues », comme l’a fait savoir le bras droit de Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires.

Ainsi, les régions souffrant d’un manque de logements pour répondre pleinement à la demande des primo-accédants pourront toujours bénéficier du Prêt à taux zéro. De quoi permettre de relancer la construction de bâtiments neufs en France ?

La décision du gouvernement fait d’ailleurs étrangement écho aux propos tenus la veille par Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment, qui s’inquiétait des conséquences néfastes que pouvaient avoir les mesures gouvernementales récentes sur l’activité du secteur.

Gérard Lebesgue, président de la Fédération française des constructeurs de maisons individuelles, réagit à l'avenir incertain du PTZ

« Nous tenons à alerter le gouvernement sur l’impact très négatif de telles mesures sur le logement, l’activité et l’emploi. La cohésion des territoires dans le domaine du logement commence par mettre tous les ménages et les territoires sur un pied d’égalité. Nous rappelons ici que plus de 50% de la population vivent dans des territoires soit-disant ''détendus'' en termes de logement et que ces ménages ont, pour la majorité d’entre eux, le souhait d’accéder à la propriété par l’acquisition d’une maison correspondant à leurs attentes notamment en terme de performances et d’espaces. Les contribuables en zones C et B2 sont par ailleurs ceux qui, au regard de leur revenu, ont le plus besoin des dispositifs mis en cause ».
 

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La baisse des APL pour un premier achat immobilier en sursis d'un an

La baisse des APL pour un premier achat immobilier en sursis d'un an

Les députés ont obtenu ce mercredi le report d'un an de la réforme de l'APL Accession, une aide versée sous conditions lors d'une première acquisition immobilière que le gouvernement entendait fortement restreindre dans le projet de budget 2015. Dès lors, les allocations logement pour l’accession ne seront pas modifiées l’an prochain et les ménages modestes pourront encore bénéficier de ce dispositif.
L’Assemblée nationale appelle à la stabilisation des aides à l’accession à la propriété

L’Assemblée nationale appelle à la stabilisation des aides à l’accession à la propriété

Les députés Audrey Linkenheld et Michel Piron ont présenté ce mardi à l’Assemblée nationale un rapport demandant plus de stabilité dans les dispositifs d’aides à l’achat d’un logement. En effet, si l’efficacité de ces derniers n’est pas remise en question, ils nécessitent néanmoins des règles d’octroi fixes « jusqu’au 31 décembre 2018 » au moins. D’autres préconisations ont également été émises afin d’offrir plus de visibilité à l’ensemble des acteurs concernés.
Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Après une chute de 25% en 2012, le nombre de transactions progresse sur les six premiers mois de l'année, annonce le dernier baromètre de Century 21. Encouragé par une baisse des prix contenue à -2,6 % sur douze mois et soutenu par des taux d’intérêt historiquement bas, le marché fait l’objet d’un regain d’activité de +6,6 %.
Dix trimestres de hausse consécutive pour les ventes de logements neufs

Dix trimestres de hausse consécutive pour les ventes de logements neufs

Décidément, tout va pour le mieux sur le marché de la promotion immobilière ! La FPI, fédération professionnelle représentant les acteurs du marché, vient en effet de constater que les ventes de logements neufs sont en hausse depuis déjà 10 trimestres consécutifs. Pour couronner le tout, l’organisme fait état d’un début d’année 2017 assez dynamique, avec 35 050 logements réservés entre janvier et mars. Un bilan qui cache néanmoins d'autres réalités moins plaisantes.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter