La reprise du secteur du BTP fragilisée par les mesures gouvernementales Vie des sociétés | 13.09.17

Partager sur :
La reprise du secteur du BTP fragilisée par les mesures gouvernementales
Ce mercredi matin, la Fédération française du bâtiment (FFB) organisait sa traditionnelle conférence portant sur la conjoncture du marché. Et si la tendance était plutôt à la reprise ces derniers mois, les récentes mesures adoptées par le gouvernement, et en particulier la baisse des APL, risquent bien d’avoir des conséquences néfastes sur l’activité des professionnels du secteur. Explications.
Il semblerait que les craintes de Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment, n’étaient pas infondées !

En mars dernier, lors du dernier point conjoncture organisé par l’organisme, il faisait déjà part de sa méfiance vis-à-vis de l’élection présidentielle, la thématique du logement étant soigneusement évitée par l’ensemble des candidats.

Quelques mois plus tard, l’arrivée d’Emmanuel Macron à la tête de l’État n’a clairement pas eu que des répercussions positives sur le secteur du BTP. Certes, les chiffres de la construction sont toujours dans le vert, mais la FFB préfère rester prudente.

« Plusieurs prises de parole officielle dénotent un véritable changement de ton à l’égard de l’immobilier au sens large », faisait savoir Jacques Chanut ce mercredi 13.

« Il s’agit tout d’abord du projet d’Impôt sur la fortune immobilière (Ifi) qui, s’il portait effectivement sur le locatif privé, constituerait une nouvelle négation du rôle économique des investisseurs. Il s’agit également du énième jalon sur le chemin de la disparition de l’épargne-logement. Il s’agit encore des projets de dénaturation du dispositif ‘’Pinel’’ ou du PTZ », sans oublier la tant décriée baisse des APL, dont la « révision trop brutale » inquiète particulièrement les professionnels du secteur.

Des prévisions annuelles qui restent optimistes

Pour autant, l’avenir du bâtiment et de la construction n’est pas si sombre : « la reprise est bel et bien là », confirme le président de la FFB. « De fait, l’acquis de la première moitié de 2017 et les perspectives pour la seconde laissent espérer une croissance de l’activité bâtiment au-delà de 4%, donc sensiblement plus forte qu’initialement prévu (+3,4% annoncé fin 2016). »

Dans le détail, la Fédération rappelle la « forte dynamique dans le neuf », avec une progression des mises en chantier de logement de 8,9% en rythme annuel sur sept mois, portée aussi bien par l’individuel (+13,4%) que le collectif (+17,4%). Le non résidentiel n’est pas en reste, avec une croissance de 8,9% sur sept mois.

« Les crédits immobiliers accordés pour gros travaux seuls affichent aussi un léger mieux, à +11,6% en glissement annuel sur le premier semestre 2017, il est vrai par rapport à un premier semestre 2016 historiquement bas », note également Jacques Chanut, avant de nuancer : « On reste toutefois bien loin des promesses du Grenelle de l’environnement et de ses suites ».

Le redressement de l’activité profite aussi à l’emploi. D’après la FFB, « près de 15 900 postes » ont été créés au premier semestre 2017. « L’accélération de la reprise conduit à estimer que la prévision initiale de la FFB, soit 10 000 postes en plus y compris intérim, sera, elle aussi, dépassée », indique Jacques Chanut.

Si la reprise est donc toujours de mise, la Fédération a néanmoins tenu à adresser quelques conseils au gouvernement. « Dans un marché qui s’infléchit déjà, il importe de ne pas jouer aux apprentis sorciers. La reprise de l’emploi dans le secteur ne survivrait pas à une potion trop amère », met en garde le président de l’organisme.

« Il convient de rappeler un point fondamental de notre économie : l’importance des dispositifs de soutien au logement procède, avant tout, d’une fiscalité trop pesante. Cet obstacle doit être arasé et le stock de normes s’appliquant au bâtiment élagué, avant que l’on puisse s’attaquer sans risque avéré aux dispositifs de soutien », conclut-il.

F.C
Photo de Une : @FFBatiment (Twitter)/Légende : Jacques Chanut, président de la FFB, reçu par Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant

La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant

2017 aura décidément été une année dynamique pour le secteur du BTP ! La Fédération française du bâtiment (FFB) revenait ce 19 décembre sur la reprise observée tout au long de ces douze derniers mois, saluant l’accélération de l’activité. Néanmoins, l’organisme redoute désormais les effets néfastes que pourraient avoir les récentes mesures gouvernementales envisagées ou adoptées sur le marché en 2018.
Conjoncture bâtiment : « grosse inquiétude » de la FFB concernant le logement neuf

Conjoncture bâtiment : « grosse inquiétude » de la FFB concernant le logement neuf

C’est sans grand étonnement que la Fédération française du bâtiment (FFB) présentait ce 19 mars le point conjoncture relatif au secteur de la construction. De fait, les prévisions de l’organisme semblent s’être réalisées : bien que le niveau d’activité des professionnels se maintienne à un niveau élevé, les indicateurs du marché du logement neuf sont plutôt inquiétants quant aux mois à venir. Le bilan.
Bâtiment : un bilan trimestriel supérieur aux attentes

Bâtiment : un bilan trimestriel supérieur aux attentes

Fin 2016, la Fédération française du bâtiment (FFB) faisait déjà preuve d’optimisme après une année marquée par la reprise de l’activité. Ainsi, 2017 devrait, selon les estimations, être marquée par une croissance de 3,4% en volume. Des prévisions qui pourraient bien être atteintes, voire dépassées, à en croire les chiffres du premier trimestre ! Le détail.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter