Le projet de fusion entre Holcim et Lafarge validé par la Commission européenne Vie des sociétés | 16.12.14

Partager sur :
Lafarge, leader mondial des matériaux de construction français et Holcim, leader mondial suisse de la fabrication et de la distribution de ciment et de granulats, ont obtenu lundi soir le feu vert de de la Commission européenne concernant leur projet de fusion entre égaux. En avril dernier, le Groupe avait entamé des discussions et procéder à la cession de certains actifs avec l'ambition de devenir le poids lourd mondial du ciment.

« Nous accueillons avec une grande satisfaction la décision positive de la Commission. Elle reflète la qualité du travail accompli par nos équipes pour préparer la naissance de ce Groupe à l’avant-garde de notre industrie. Grâce à cette autorisation, nous restons plus que jamais en bonne voie pour finaliser la fusion au premier semestre 2015 », ont déclaré Prof. Dr. Wolfgang Reitzle, futur Chairman du conseil d’administration, et Bruno Lafont, futur CEO du nouveau Groupe suite à la validation de leur projet par la Commission européenne.

Cette nouvelle étape franchie, le groupe vient de finaliser la liste d'actifs à céder en Europe, une liste quasi identique à celle présentée en octobre dernier avec la cession de tous les actifs français d'Holcim, à l’exception de la cimenterie d’Altkirch et des sites béton et granulats dans la région du Haut-Rhin, et une station de broyage de Lafarge à Saint-Nazaire. A la Réunion, tous les actifs de Lafarge seront cédés, excepté sa participation dans Ciments de Bourbon.

Finalisation attendue au 1er semestre 2015

Lafarge et Holcim poursuivent activement leurs négociations avec les acquéreurs potentiels de ces actifs, qui devront être préalablement approuvés par la Commission européenne. Ces désinvestissements restent conditionnés à la finalisation du projet de fusion, qui inclut la réussite de l’offre publique d’échange et son approbation par les actionnaires de Holcim au cours du second trimestre 2015.

Le projet de fusion devrait être finalisé au premier semestre 2015 avec pour objectif de créer un groupe bénéficiant du portefeuille le plus équilibré et diversifié du secteur, présent dans 90 pays et disposant d’un fort potentiel de création de valeur pour ses parties prenantes et ses clients.

C.T
© C.T – batiweb.com

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Lafarge et Holcim franchissent une étape avec la cession d'actifs à CRH

Lafarge et Holcim franchissent une étape avec la cession d'actifs à CRH

La société irlandaise de matériaux de construction CRH est entrée en négociations pour le rachat de quelques 6,5 milliards d'euros d'actifs que les cimentiers suisse Holcim et français Lafarge, en cours de fusion, cherchent à céder. Dans le même temps, le parquet suisse a ouvert une enquête après des soupçons de délit d'initié lors de cette fusion en avril dernier.
Après Lafarge, Holcim supprime à son tour des emplois

Après Lafarge, Holcim supprime à son tour des emplois

La fusion entre égaux des deux cimentiers Lafarge et Holcim ouvre la porte à un plan de réorganisation qui prévoit la suppression de centaines d'emplois. Après l'annonce de Lafarge de supprimer 380 emplois dans le monde ce mardi, c'est au groupe Holcim d'annoncer la suppression nette d'environ 120 postes en Suisse. Explications.
L'accord de fusion Holcim-Lafarge prend l'eau

L'accord de fusion Holcim-Lafarge prend l'eau

L'accord de fusion entre le cimentier français Lafarge et son concurrent suisse Holcim ne se fera pas selon les termes approuvés par les conseils d'administration le 7 juillet dernier. Le cimentier Holcim propose d'entamer des négociations sur les questions de parité d'échange et de gouvernance, précisant toutefois que Lafarge refusait de négocier, « sauf sur le ration d'échange ». Les négociations s'annoncent serrées.
La centrale à béton de Holcim aux Batignolles est opérationnelle

La centrale à béton de Holcim aux Batignolles est opérationnelle

Après dix ans d'études et de travaux, la nouvelle centrale à béton du cimentier suisse Holcim, aux Batignolles, est désormais opérationnelle. L'investissement, d'un coût de 7 millions d'euros peut produire jusqu'à 10 000 m3 par mois. Le cimentier espère ainsi, par sa capacité de production et sa proximité, approvisionner les grands chantiers prévus en Ile-de-France. Visite.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter