Le Réseau Action Climat propose 6 mesures pour une société plus écologique Vie des sociétés | 22.02.19

Partager sur :
L’heure est décidément à la mobilisation en France. Alors que le Grand Débat National bat son plein, nombreuses sont les organisations à interpeler le Gouvernement sur des questions environnementales. On peut notamment citer la pétition « l’affaire du siècle » initiée par la Fondation Nicolas Hulot. Jeudi 21 février, « Réseau Action Climat » a présenté ses propositions pour une « société plus écologique et plus juste ». Ce « nouveau contrat » parle transports, modes de chauffage ou encore énergies renouvelables.
Il y a tout juste un mois, le Réseau Action Climat tirait la sonnette d’alarme : en matière de lutte contre le réchauffement climatique, « l’Etat semble décidé à ne pas respecter ses propres objectifs ». « Le projet de PPE met au rebut la loi sur la transition énergétique votée en 2015. Les reculs ne concernent pas seulement l’objectif de 50% de nucléaire mais aussi celui sur la baisse de la consommation d’énergie, au détriment du pouvoir d’achat des ménages », avait estimé Morgane Creach, Directrice de l’ONG.

Elle appelait alors à « un réel pilotage des politiques climat et énergie nationale » « en lien avec la société civile et avec l’objectif d’une transition juste, pour remettre la France sur les bonnes trajectoires et y rester ».

Jeudi 21 février, l’association a initié une nouvelle action visant « à réconcilier les préoccupations liées à la transition écologique et celles liées à la justice sociale ». Un communiqué précise, « Sans justice sociale, il n’y aura pas de transition écologique. Sans transition, les impacts des changements climatiques, dont les populations les plus pauvres sont déjà les premières victimes, seront exacerbés ».

Et c’est au travers d’un « nouveau contrat » pour une société plus écologique et plus juste que l’ONG a décidé de (re) formuler ses propositions. « Il n’y a pas à choisir entre justice sociale et protection du climat et de la biodiversité », rappelle-t-elle appelant les Français à s’engager pour que les solutions préconisées puissent se concrétiser. Les préconisations concernent aussi bien les moyens de transport que la fiscalité en faveur du climat. Elles se réfèrent aussi aux modes de chauffage des ménages et au développement des énergies renouvelables.

Refonte écologique des secteurs du transport et de l’énergie

Concernant les transports, Réseau Action Climat formule 6 mesures : l’application du principe pollueur payeur ; l’amélioration de la prime à la conversion automobile (prêt à taux zéro par exemple) ; la mise en place d’une prime à la mobilité durable ; l’interdiction de vente des véhicules diesel-essence à horizon 2030 ; le remboursement des frais de covoiturage ou de vélo par l’employeur ; la baisse de la TVA sur les transports en commun. Pour une fiscalité en faveur du climat, l’association estime nécessaire d’instaurer une contribution climat solidaire portant sur les carburants, le fioul et le gaz fossile.

Elle appelle également le gouvernement à mettre en place une politique cohérente sur le climat, du local à l’international, et qui « mette fin aux cadeaux faits aux grandes entreprises ». Pour ce faire, elle propose 4 mesures : contraindre les entreprises publiques à sortir des énergies fossiles ; mettre fin aux investissements des institutions publiques dans les énergies fossiles ; stopper les grands projets climaticides ; et obliger les acteurs financiers à aligner leurs activités avec l’Accord de Paris.

Pour accélérer le développement des énergies renouvelables, l’ONG défend l’idée que les citoyens et les acteurs des territoires doivent se réapproprier la production d’énergie avec un objectif de 15% des énergies renouvelables. Elle préconise aussi le déploiement de plans de reconversions professionnels anticipés au niveau du bassin d’emplois pour la fermeture des centrales à charbon en 2022 et des centrales nucléaires, ainsi que le développement de filières d’énergies renouvelables qui permettront de développer un nouveau tissu industriel et des revenus complémentaires pour les agriculteurs.

« En prenant clairement le tournant des économies d’énergie et des énergies renouvelables, la France pourrait gagner jusqu’à 900 000 emplois d’ici 2050 », souligne Réseau Action Climat.

Faire des économies d’énergie passera notamment par une rénovation renforcée des logements et des équipements de chauffage et de production d’eau chaude. L’ONG propose de créer un guichet unique au niveau local pour accompagner et financer les ménages à chaque étape de leurs travaux de rénovation énergétique. Sont également proposées : une hausse des aides publiques à la rénovation énergétique performante « en particulier via la multiplication par 4 » des aides à la rénovation des passoires thermiques, et une interdiction progressive de la location des dites-passoires.

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove

La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove

Le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) n’aura guère convaincu Coénove, bien au contraire ! L’association reproche au texte de laisser sur la touche l’énergie gaz « au mépris même de son avenir renouvelable ». Bien que déçu, son président, Bernard Aulagne, va continuer de « porter haut et fort » les atouts du gaz, « pierre angulaire » pour la transition écologique et solidaire française, notamment dans le bâtiment.
Le gouvernement présente son projet de loi énergie climat

Le gouvernement présente son projet de loi énergie climat

François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, a présenté, mardi 30 avril en Conseil des ministres, le projet de loi relatif à l’énergie et au climat. Le texte doit inscrire l’objectif de neutralité carbone que s’est fixé la France dans la loi. Rappelons que son adoption permettra l’entrée en vigueur de la Stratégie nationale bas-carbone et de la Programmation pluriannuelle de l’énergie présentées fin 2018 par le Gouvernement.
Accenta démocratise le bâtiment bas carbone

Accenta démocratise le bâtiment bas carbone

Née en 2016, la startup Accenta a développé un système énergétique capable de réduire l’empreinte carbone d’un bâtiment. La technologie s’appuie sur deux outils : le logiciel accenta.design qui permet de concevoir la chaufferie la plus efficace tout en limitant les coûts d’investissements ; et la plateforme accenta.ai qui établit un plan de production et de stockage de l’énergie en fonction des besoins du bâtiment. Pierre Trémolières, fondateur d’Accenta, nous en dit plus sur cette innovation.
Plus économique que le fioul et le gaz, c’est le moment d’investir dans le chauffage au bois !

Plus économique que le fioul et le gaz, c’est le moment d’investir dans le chauffage au bois !

15 % des personnes interrogées dans le cadre du baromètre Energie-Info en septembre 2018 déclaraient avoir souffert du froid dans leur logement durant l’hiver dernier. Dans ce contexte, le médiateur national de l’énergie rappelle que la trêve hivernale est le moment idéal pour se préoccuper de cette question et résoudre les problèmes d’isolation. Le syndicat des énergies renouvelables conseille quant à lui d’investir dans le chauffage au bois, plus économique et écologique que le gaz ou le fioul.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter