Le Syndicat des Energies Renouvelables rompt avec Qualit'EnR Vie des sociétés | 05.05.14

Partager sur :
En raison d'un désaccord sur l'attribution de la qualification Qualibois, le Syndicat des Energie Renouvelables (SER) a décidé de quitter Qualit'EnR. Cet organisme de qualification énergies renouvelables a en effet décidé d'imposer un taux maximal de recours de sous traitance pour les appellations de qualité d'installation qui ne convient pas au SER. Réaction du président de Qualit'EnR.

Dans un communiqué, le Syndicat des Energies Renouvelables a fait savoir qu'il démissionnait de l'association Qualit'EnR, en raison d'un désaccord sur les conditions d'attribution du label de qualité « Qualibois ».  En effet, afin d'obtenir cette appellation qui ouvre les portes d'une formation et de la mention RGE, « l'entreprise ne doit pas sous-traiter plus de 30 % de l'activité du champs de la qualification d'un tiers ».

Ce règlement d'usage de la formation « Qualibois » pour les professionnels du chauffage au bois a suscité une totale incompréhension chez les professionnels industriels et dans leurs réseaux professionnels. « Ce seuil d’éligibilité est particulièrement inadapté au fonctionnement du marché des équipements de chauffage au bois, qui se caractérise par la saisonnalité des ventes d’appareils. Cette saisonnalité oblige les distributeurs, dont les équipes de pose sont très sollicitées, à avoir recours, à la sous-traitance durant une période précise dans l’année », a défendu le SER.

« Il va de soi que cette sous-traitance doit s’accompagner de gages de qualité. C’est pourquoi, les professionnels de la filière se sont toujours dits favorables à l’exigence systématique de la certification pour les professionnels et leurs sous-traitants »
, a ajouté le syndicat.

Soutien aux réseaux de vente traditionnels

Le SER a fait savoir qu'il soutiendrait les réseaux de vente traditionnels, en leur proposant une qualification RGE qui ne privilégierait pas un mode de distribution plutôt qu'un autre. Il envisage également d'engager des actions juridiques pour « éviter des distorsions de concurrence reposant sur l’attribution partiale de signes de qualité octroyant des avantages fiscaux ».

Surprise du côté de Qualit'EnR

En réaction à cette annonce, le président de l'association Qualit'EnR, André Joffre s'est dit « surpris de la réaction du SER et de cette décision radicale de ne plus adhérer à l'association, alors que le sujet du taux maximal de recours de sous traitance était sur la table depuis longtemps ».

«Nous ne pouvons pas revenir sur ce taux, qui a été fixé selon la charte RGE signée avec l'ADEME, » précise-t-il. Nous ne pouvons pas délivrer de qualification à des entreprises qui ne feraient que du négoce ou à des filiales associées aux industriels qui n'ont qu'une activité d'installation sous-traitée. La seule évolution possible serait au niveau de l'arrêté à venir sur l'éco-conditionnalité. »

Le président tient tout de même à relativiser le départ du SER de l'assocation : «Nous comptons toujours dans nos rangs Propellet, Uniclima et Enerplan. Sans compter que plus de 4000 entreprises ont été qualifiées Qualibois l'an dernier. C'est un bon signal, les entreprises répondent à une demande et croient en l'avenir", conclut-il.

En France, l'industrie et la filière française du chauffage au bois domestique représente plus de 15 000 emplois directs dans l'industrie, la distribution et l'installation d'appareils de chauffage au bois.

 

Zoom sur l'appellation  « Qualibois »

L’appellation « Qualibois » est une formation dont l’objectif est de former des professionnels au métier de l’installation d’appareils de chauffage au bois. A partir du 1er juillet 2014, l’obtention des aides publiques d’abord de l’ECOPTZ, puis, au 1er janvier 2015, du Crédit d’impôt développement durable (CIDD) sera conditionnée à la pose de l’appareil de chauffage par un professionnel « Reconnu Garant de l’Environnement » (RGE). La formation « Qualibois » fait partie des formations reconnues « RGE ».

C.T
© Delphimages - Fotolia.com

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le SER milite pour le renouvellement des appareils de chauffage au bois - Batiweb

Le SER milite pour le renouvellement des appareils de chauffage au bois

Les industriels de la filière bois domestique du Syndicat des énergies renouvelables appellent à la modernisation du parc des appareils de chauffage au bois, pour préserver la qualité de l'air. L'enjeu est de faire sortir du marché les appareils vétustes qui participent à la pollution atmosphérique. Plusieurs aides existent pour aider les ménages à les remplacer.
Pas d'arrêté, la filière du chauffage au bois s'impatiente - Batiweb

Pas d'arrêté, la filière du chauffage au bois s'impatiente

Il y a deux ans, le ministère du logement proposait de supprimer l’obligation d’installer un conduit de fumée dans les maisons individuelles neuves équipées d’un système de chauffage fonctionnant à l’électricité. La filière du chauffage au bois avait alors présenté une alternative à cette mesure qui permettrait de raccorder à postériori un appareil de chauffage au bois performant. Mais à ce jour, aucun arrêté n’a été publié au grand dam des professionnels.
De Dietrich dévoile son programme de formation 2019 - Batiweb

De Dietrich dévoile son programme de formation 2019

Chaque année, De Dietrich forme entre 3 000 et 3 500 professionnels du chauffage. Pour 2019, l’entreprise a annoncé orienter son programme vers les énergies d’avenir avec notamment des stages qualifiant dans le domaine des pompes à chaleur, du photovoltaïque et également vers les régulations connectées. Les formations, dispensées en centre, en situation réelle, évoluent ainsi au rythme des normes réglementaires.
« Le monde du bâtiment a tout intérêt à acquérir une qualification d’audit énergétique », Alain Maugard - Batiweb

« Le monde du bâtiment a tout intérêt à acquérir une qualification d’audit énergétique », Alain Maugard

Qualibat organisait hier, mercredi 23 janvier, la rencontre nationale des auditeurs RGE. A cette occasion, l’organisme a présenté les chiffres 2018 de la certification et les évolutions envisagées pour les années à venir. Près de 120 auditeurs ont assisté à l’événement et ont partagé « sans filtre » leur expérience terrain ; l’occasion de penser des solutions pour faire progresser le secteur et de rappeler les règles de l’art.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter