Les artisans du BTP inquiets des mesures sanitaires mais confiants dans la reprise Vie des sociétés | 04.06.20

Partager sur :
Depuis la fin du confinement, les entreprises retrouvent leur activité mais laissent, pour une grande majorité, leurs employés en télétravail. Pour les artisans du BTP, leur profession ne leur permet pas d’exercer de chez eux. En conséquence, malgré les mesures prises pour se protéger, la plupart sont inquiets concernant la reprise du travail et les conditions sanitaires, mais reste confiants quant à l’avenir de leur entreprise.

Entre inquiétude et confiance, c’est tout le dilemme qu’impose la crise du coronavirus aux professionnels obligés de se rendre sur leur lieu de travail, et ces sentiments sont particulièrement partagés chez les artisans du BTP qui travaillent chez les particuliers. La reprise peut être à l'origine d'une atmosphère anxiogène selon le constat dressé par PrimesEnergie.fr et OpinionWay, à l'origine d'une enquête sur la reprise des artisans du BTP.

 

Alors que 70 % des artisans du BTP travaillent avec des particuliers, ces professionnels doivent faire preuve d’organisation et parfois même d’imagination pour mettre en place les mesures barrières, une liste de mesures qui ne cesse d’ailleurs de s’allonger avec les mises à jour du guide de l’OPPBTP. Si on ajoute à cela les surcoûts liés à la commande de masques, de visières et autres protections, et la pression d’une reprise rapide imposée par le risque de faillite, l’inquiétude est bien là.

 

1 patron sur 2 craindrait d’envoyer ses salariés sur les chantiers, car si le déconfinement est prononcé, le coronavirus lui, n’a pas entamé sa période de confinement. Cette menace qui plâne au-dessus de la têtes des entreprises partagent l'avis des artisans. La moitié seulement « estime que les conditions sont réunies pour que le secteur du BTP poursuive son activité ». Malgré cette inquiétude, 91 % des artisans estiment mettre en oeuvre les mesures sanitaires nécessaires pour assurer la sécurité et la santé de leurs salariés. 

 

Activité partielle, reprise du travail…

 

Selon PrimesEnergie.fr, plus de la moitié des entreprises ont repris une activité de manière quasi-normale (54 %), quand seulement 23 % restent au chômage partiel, et 23 % on cessé toute activité pour préserver les salariés et profiter des aides du gouvernement. Mais le secteur du BTP s’interroge, car si les professionnels ont pu reprendre rapidement le travail, le bâtiment n’est pas la seule profession à soutenir. Lla restauration, le tourisme et l’événementiel étant plus touchés, le gouvernement pourra t-il continuer à soutenir le BTP ? C’est la question que se posent 59 % des professionnels. 

 

La dynamique de travaux va t-elle reprendre rapidement ? Les artisans et les particuliers souhaitant réaliser des travaux émettent des doutes. La première crainte exprimée par les artisans est la « capacité des particuliers à financer leur travaux » (63 %), cette crainte est également partagée par les particuliers qui s’interrogent sur le maintien des aides à la rénovation (68 %). Ces inquiétudes similaires sont légitimes car l’épidémie du coronavirus a fortement impacté l’économie de la France, et le pouvoir d’achat des particuliers diminue, notamment avec les mesures de chômage partiel. Le maintien des aides à la rénovation est donc indispensable pour que les artisans reprennent leur travail. Enfin, un peu moins de la moitié des artisans (46 %) s’inquiète de la « volonté des Français de réaliser les travaux », car les projets d’hier ne sont peut-être plus les priorités d’aujourdhui. 

 

Les craintes des professionnels et particuliers ©Étude Opinion Way pour PrimesEnergie.fr

 

Cela amène les professionnels à envisager un niveau d’activité normal dès le mois de septembre (26 %), ou une reprise au 3/4 de l’activité habituelle (35 %), voire une reprise inférieure à 50 % de l’activité pour 15 % d’entre eux. 

 

Estimation des reprises en septembre ©Étude OpinionWay pour PrimesEnergie.fr

 

Une confiance dans la reprise 

 

Malgré une situation tendue pour certaines entreprises, les artisans du bâtiment se montrent optimistes « sur les perspectives économiques d’une façon générale et le marché du bâtiment en particulier (52 %) ». De plus 7 artisans sur 10 sont confiants dans la capacité de leur entreprise à surmonter cette épreuve (69 %) et à maintenir les emplois (68 %). 

 

Nicolas Moulin, le président de PrimesEnergie.fr que nous avons interrogé il y a quelques temps explique la situation : « L'étude que nous avons réalisée avec OpinionWay démontre avec force que les Français ne veulent plus choisir entre l’économie et l’environnement et que les aides à la rénovation énergétiques et les certificats d'économie d'énergie  en particulier seront une des pierres angulaires de la reprise ».

 

J.B

Photo de une ©Adobe Stock 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Arrêt de chantiers : « Je suis sûr d’avoir fait le bon choix », assure un chef d’entreprise - Batiweb

Arrêt de chantiers : « Je suis sûr d’avoir fait le bon choix », assure un chef d’entreprise

Alors que le gouvernement et les fédérations du bâtiment ne semblent pas d’accord sur le maintien de l’activité des chantiers pendant l’épidémie de coronavirus, nous avons échangé avec un chef d’entreprise du bâtiment, qui a pour sa part suivi les recommandations de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), et décidé de cesser toute activité pour ne pas prendre de risques.
L’après Covid-19 en IDF pour les artisans du bâtiment - Batiweb

L’après Covid-19 en IDF pour les artisans du bâtiment

Lundi 15 juin, Paris et l’Île-de-France sont passés en zone verte, une bonne nouvelle supplémentaire pour les professionnels du bâtiment. D’après les dernières statistiques, le Covid-19 est en net recul. L’impact de la crise sanitaire s’atténue, la CAPEB (Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) estime les surcoûts liés aux mesures sanitaires entre 10 % et 20 % du coût journalier pour ses artisans, mais malgré cela, elle entrevoie une embellie.
Artisans du bâtiment : où en sont-ils un mois plus tard ? - Batiweb

Artisans du bâtiment : où en sont-ils un mois plus tard ?

Fin mars, nous avions interrogé deux chefs d’entreprises du bâtiment se situant à La Tranche-sur-Mer, en Vendée (85). Chacun avait alors choisi sa stratégie, entre arrêt ou poursuite d’activité. Aujourd’hui, les deux entreprises ont repris - ou poursuivi - mais en privilégiant les chantiers en extérieur ou sans clients. Si les deux entreprises parviennent à trouver des solutions pour les masques, les problèmes d’approvisionnement persistent, avec des fournisseurs qui reprennent progressivement, mais avec des retards à combler.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter