Les bailleurs sociaux devront finalement économiser 950 millions d’euros Vie des sociétés | 16.04.19

Partager sur :
Hier, lundi 15 avril, le monde HLM a connu un nouveau rebondissement concernant la demande d’économies faite par le gouvernement. Celui-ci accepte de baisser son montant à 950 millions d’euros par an, au lieu des 1,5 milliards évoqués précédemment. Les fédérations du logement social négociaient depuis plusieurs semaines avec le ministre du logement, Julien Denormandie. Pour la présidente de l’USH, c’est une proposition « stable ».

Un délai supplémentaire de quinze jours avait été accordé par le premier ministre Edouard Philippe, pour que l’Union Sociale pour l’Habitat (USH) propose une solution soutenable pour les finances publiques. Les fédérations du secteur ont mis ce temps à profit pour continuer les négociations avec le ministre du Logement, Julien Denormandie. « Maintenant, on a quinze jours pour trouver un compromis » avait déclaré Marianne Louis, directrice générale de l’USH, le 21 mars.

 

Un compromis pour les dernières années du quinquennat

 

Le gouvernement avait demandé, il y a plusieurs mois déjà, que le monde HLM réduise ses loyers afin de compenser la baisse des Aides Personnalisées au Logement (APL) versées aux locataires. Une économie de 900 millions d’euros avait été demandé aux acteurs du logement, pour l’année 2019, pour passer à 1,5 milliards dès 2020. Les bailleurs sociaux avaient mis en garde sur les répercussions de ces économies, évoquant conséquemment une baisse de la construction de logements les prochaines années.

« Le premier ministre a fait quelques propositions » a rapporté hier, lundi 15 avril, Marianne Louis. Finalement, le montant des économies à réaliser s’élèvera à 950 millions d’euros durant trois ans, de 2020 à 2022. « On a une proposition sur trois ans qui a le mérite d’une certaine stabilité : c’est un verre à moitié vide, à moitié plein », a ajouté la directrice de l’USH. Ce « prélèvement sur l’exploitation des organismes » sera composé d’une baisse des loyers pour 1,3 milliards d’euros par an tandis que la contribution des organismes au Fonds National des Aides à la Pierre (FNAP), qui contribue à l’entretien du parc social, sera diminuée de 300 millions d’euros.

L’USH se prononcera sur cette proposition lors de son conseil exécutif programmé le 24 avril. Pour l’heure, un autre sujet fait encore débat : le retour à un taux de TVA à 5,5% pour le secteur.

 

L. C. (avec AFP)

Photo de Une : ©Adobe stock

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Congrès HLM 2018 : un événement tourné vers l’avenir

Congrès HLM 2018 : un événement tourné vers l’avenir

Le 79e Congrès HLM, organisé par l’Union sociale pour l’Habitat, se déroule en ce moment même à Marseille. Placé sous le signe « de l’avenir », l’événement doit permettre aux responsables des organismes HLM d’imaginer un modèle de logement social de long terme, « innovant et adapté à la société du 21ème siècle ». Le mouvement HLM doit se réinventer pour faire face aux contraintes liées au budget de l’Etat, a insisté Jean-Louis Dumont, président de l’USH.
« Le logement ne coûte pas à l’État, il lui rapporte »

« Le logement ne coûte pas à l’État, il lui rapporte »

Dans le cadre du Grand débat national, l’Union Sociale pour l’Habitat présente « Les Hlm, une chance pour la France ». Le document revient sur le rôle des organismes de logements sociaux et démêle le vrai du faux. Le logement social est « le patrimoine de ceux qui n’en ont pas ». Le défendre, c’est penser « à son avenir », estime le mouvement Hlm.
Le Mouvement HLM mobilisé en faveur des quartiers

Le Mouvement HLM mobilisé en faveur des quartiers

Dans la perspective du lancement de la campagne « Oui au logement social », le Mouvement HLM s’est réuni ce mardi pour une journée de mobilisation en faveur des quartiers, « grands oubliés de la campagne électorale qui débute ». L’objectif, interpeler les candidats à la présidentielle pour qu’ils définissent des politiques ambitieuses en matière de rénovation urbaine, réussite éducative ou encore d’accès à l’emploi.
Baisse des loyers dans le social : les départements opposés au projet

Baisse des loyers dans le social : les départements opposés au projet

La stratégie logement du gouvernement s’est attirée les foudres d’un bon nombre d’acteurs du secteur mais pas que ! En effet, dans un communiqué daté du 2 octobre, l’Assemblée des départements de France demande la mise en place d’un moratoire sur le financement du logement social pour engager une « véritable concertation » avec tous les acteurs concernés. Fortement opposée à la baisse des loyers dans le parc social, l’association espère la révision du projet.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter