Logement social : 15 jours supplémentaires pour proposer un compromis au gouvernement Vie des sociétés | 25.03.19

Partager sur :
Logement social : 15 jours supplémentaires pour proposer un compromis au gouvernement
Déjà en pleine réforme, le monde du logement social devra encore faire des efforts ! Le gouvernement réclame en effet depuis plusieurs mois des économies importantes, passant notamment par la réduction des loyers pour compenser la baisse des Aides personnalisées au logement (APL). Pour autant, l’Union sociale pour l’habitat (USH) a indiqué ce 21 mars que le Premier ministre Edouard Philippe lui avait octroyé 15 jours supplémentaires pour apporter des propositions soutenables pour les finances publiques. Les détails.

La hache de guerre serait-elle en passe d’être enterrée entre l’Union sociale pour l’habitat (USH) et l’exécutif ? L’organisme, qui défendait le monde HLM dans un document publié en janvier dernier, a en effet indiqué le 21 mars qu’il avait été reçu à Matignon.

« Le Premier ministre a dit qu’il était préoccupé de la situation : il a ouvert la porte à revoir la trajectoire si l’on fait une proposition, soutenable pour (les) finances publiques, d’ici 15 jours », a fait savoir Marianne Louis, directrice de la confédération, suite à son entretien avec Edouard Philippe.
 

Un signal positif malgré tout


Depuis l’an dernier, le secteur du logement social a été largement mis à mal. Afin de compenser la baisse des Aides personnalisées au logement (APL), il avait été demandé aux acteurs du marché de baisser les loyers. 900 millions d’euros doivent ainsi être économisés en 2019, et 1,5 milliard à partir de l’année prochaine.

Les conséquences ne se sont pas faites attendre : le nombre de logements sociaux financés l’année dernière a en effet baissé pour atteindre péniblement les 109 000 biens. Afin d’inverser, ou d’atténuer, la tendance, l’USH avait demandé à ce que les économies réclamées soient revues à la baisse. Le rendez-vous du 21 mars à Matignon avait justement pour objectif de négocier cette réduction.

« Le pire pour nous aurait été d’entendre : ‘’ce sera 1,5 milliard, je ne bougerai pas’’ », a déclaré Marianne Louis, qui considère que cette rencontre a été plutôt « conclusive ». « Maintenant on a 15 jours pour trouver un compromis avec Julien Denormandie », a-t-elle résumé, avant de conclure avec optimisme : « Ça nous indique que rien n’est décidé, ni dans un sens ni dans l’autre ».

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« Le logement ne coûte pas à l’État, il lui rapporte »

« Le logement ne coûte pas à l’État, il lui rapporte »

Dans le cadre du Grand débat national, l’Union Sociale pour l’Habitat présente « Les Hlm, une chance pour la France ». Le document revient sur le rôle des organismes de logements sociaux et démêle le vrai du faux. Le logement social est « le patrimoine de ceux qui n’en ont pas ». Le défendre, c’est penser « à son avenir », estime le mouvement Hlm.
Projet de loi Logement : Anne Hidalgo tire la sonnette d’alarme

Projet de loi Logement : Anne Hidalgo tire la sonnette d’alarme

Les organismes professionnels des secteurs du logement et de la construction ne sont pas les seuls à s’inquiéter de la politique en la matière annoncée par Jacques Mézard il y a peu. En effet, la maire de Paris Anne Hidalgo a elle aussi tenu à alerter le gouvernement sur les conséquences désastreuses des différentes mesures présentées, et tout particulièrement celles qui concernent le parc social.
La baisse des APL pour un premier achat immobilier en sursis d'un an

La baisse des APL pour un premier achat immobilier en sursis d'un an

Les députés ont obtenu ce mercredi le report d'un an de la réforme de l'APL Accession, une aide versée sous conditions lors d'une première acquisition immobilière que le gouvernement entendait fortement restreindre dans le projet de budget 2015. Dès lors, les allocations logement pour l’accession ne seront pas modifiées l’an prochain et les ménages modestes pourront encore bénéficier de ce dispositif.
Politique du logement : « l'efficacité n'est pas au rendez-vous » d'après Edouard Philippe

Politique du logement : « l'efficacité n'est pas au rendez-vous » d'après Edouard Philippe

Alors que Jacques Mézard et Julien Denormandie viennent tout juste de lancer une concertation nationale afin de mettre en place une réforme du logement répondant pleinement aux besoins des acteurs du secteur, le Premier ministre Edouard Philippe est revenu sur la politique du gouvernement concernant cette thématique. Abordant également le sujet sensible de la baisse des APL, il a déclaré que cette mesure n'était pas intelligente. Le point.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter