Fermer

Les poids lourds de Colas se mettent à l’huile de colza

Le constructeur Colas expérimente le biocarburant, plus précisément l'Oléo100, produit par Saipol à partir d’excédents de colza. L’énergie végétale devrait alimenter 70 % des poids lourds du groupe d’ici 2023. L’objectif ? Réduire de 60 % leurs émissions de gaz à effet de serre et de 80 % leurs émissions de particules fines.
Publié le 21 janvier 2022

Partager : 

Les poids lourds de Colas se mettent à l’huile de colza - Batiweb

Les modes de décarbonation des véhicules du BTP poursuivent leur développement. Après l’adoption des véhicules utilitaires électriques par le distributeur Point.P, c’est au tour du constructeur Colas de verdir sa propre flotte.

Le groupe annonçait ce jeudi la signature d’un partenariat avec Saipol, société agro-industrielle du groupe Avril.

14 établissements Colas alimentés à l’Oléo100 au 1er trimestre 2022


Spécialisé dans la transformation des oléoprotéagineux (colza, tournesol, etc.), le partenaire de Colas propose produit l’Oléo100. Cette formule de carburant est tirée d’excédents du colza, non utilisés pour l’activité agricole et l’alimentation humaine. Elle constitue une potentielle énergie végétale « simple et rapide à mettre en place » d'après Colas.

Au total, des cuves connectées du carburant de type « B100 » ont déjà été installées dans sept établissements du constructeur, et plus précisément ceux de Noyelles-sous-Lens (62), Chaumes-en-Brie (77), Carcassonne (11), Saint-Cyr-en-Val (45), Langon (33), Tours (37), et Nogent-sur-Vernisson (45). Soit la moitié des quatorze sites qui devront recevoir l’équipement d’ici la fin du premier semestre 2022, afin d’entamer la transition énergétique des 300 véhicules du groupe Colas.

L’artillerie est lourde mais de taille face à l’objectif de Colas : convertir 70 % de la flotte au biocarburant d’ici à 2023 et ainsi réduire 60 % leurs émissions de gaz à effet de serre par rapport au gazole, et jusqu’à 80 % leurs émissions de particules fines. L’équivalent de près de 46 000 tonnes de CO2 évitées sur une année.

Un efficacité assurée ?


Pour Jérémy Courtois, directeur équipements de Colas France, « ce partenariat représente une étape importante de la démarche de décarbonation de notre flotte de véhicules que nous avons entamée sur le territoire français. D’ici à 2030, la majorité des véhicules de Colas en France sera alimentée par des solutions bas carbone (biocarburant, électricité, hydrogène vert, etc.) ». 

Pour rappel, le constructeur avait officialisé son engagement bas carbone, visant à réduire de 30 % ses émissions directes de gaz à effet de serre et de 30 % ses émissions indirectes en amont d’ici à 2030. Cela s'est manifesté récemment par sa participation à la plantation de 22 000 arbres d'ici 3 ans.

« Grâce à Oléo100, Colas bénéficiera d’une énergie renouvelable, non dangereuse, et qui se substitue immédiatement au gazole pour sa flotte de poids lourds dédiés aux travaux », renchérit Claire Duhamel, directrice de l’activité Oléo100 chez Saipol. Il faut dire que la marque se montre fière de la provenance « 100 % française » de son Oléo100, des cultures de ses graines à sa fabrication dans les usines du Mériot (10), de Grand-Couronne (76), et de Bassens (33).

Sa culture n’entraînant ni déforestation ni changement d’affectation des sols, le potentiel environnemental du colza ne serait plus à prouver, dans le transport comme pour le BTP. Selon la Commission européenne citée par Colas, le colza assurerait même « au contraire l’indépendance énergétique et protéique de la France ».

Conviction qui se renforce du côté du gouvernement, car ce dernier a publié début janvier son décret rendant possible l'installation de chaudières fonctionnant au biofioul, ce dernier étant composé d’une portion d'ester méthylique de colza (EMC). Portion est le mot, car pour l’heure, seules les chaudières compatibles au biofioul F30 (30 % d’EMC) sont commercialisées, et capables de respecter les seuils du décret tout en assurant un confort thermique.

Reste à savoir si, côté transports routiers, le carburant Oléo100 couvrira les besoins énergétiques des poids lourds de Colas, voraces en carburant.
 

Virginie Kroun
Photo de Une : Colas
 

Par Virginie Kroun

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.