Maisons Avenir Tradition innove avec des « maisons prêtes à vivre » Vie des sociétés | 15.05.19

Partager sur :
En 2018, les ventes de maisons individuelles en France ont reculé de 11% passant sous la barre des 120 000 unités. En cause, le rabotage des aides à l’accession. Malgré un contexte défavorable, certains constructeurs ont su tirer leur épingle du jeu. C’est le cas du Groupe Maisons Avenir Tradition. En lançant, il y a 4 ans, un concept novateur et unique de maisons prêtes à vivre, la société séduit un nombre toujours plus important de clients. Rencontre avec Michel Cassar, son fondateur.

« Avoir une longueur d’avance ». Voici le leitmotiv de Michel Cassar, fondateur du Groupe Maisons Avenir Tradition. Née en 1989, la société a évolué au rythme du marché pour répondre non seulement aux besoins des ménages mais aussi à leurs modes de vie. Michel Cassar précise : « J’ai créé ma société avec un fonds de roulement à crédit. C’est une aventure une entreprise quand on n’a pas d’argent. Mais j’ai toujours voulu surprendre mes clients ».
 

 

Et pour les surprendre, il a imaginé, au fil du temps, des offres différenciantes. Dans les années 90 par exemple, les clients se voyaient offrir une baignoire d’angle, une cheminée avec insert. Tandis que la cuisine : « On l’achetait chez un grossiste, à des prix intéressants ».
 

 

Plus qu’une maison « clé en main », Michel Cassar a commencé à imaginer une maison « prête à vivre ». Et c’est d’ailleurs après avoir fait construire sa maison en Corse qu’il a réuni ses équipes pour lancer définitivement le concept. Il explique : « Je n’ai pas honte de dire que je ne sais pas bricoler. Et quand je me suis retrouvé avec ma maison clé en main, j’avais tout à faire ». Cuisine, peinture, décoration… Une fois la maison livrée, les travaux se révèlent souvent laborieux. « Il reste toujours quelque chose à finir » et « quand vous travaillez à deux, que vous avez des enfants, ce n’est pas simple ».
 

 

Se réinventer

 


Il y a quatre ans, Maisons Avenir Tradition a donc décidé de tester un nouveau concept qui s’adresse avant tout aux primo-accédants. L’idée était de proposer à chaque acquéreur la possibilité de profiter, sans supplément de prix, d’une maison équipée et connectée « made in France ». « Il fallait qu’on franchisse un cap. Il y avait un marché à prendre ». « Et en trois/quatre ans, on est arrivé à trouver un équilibre entre prix, qualité et satisfaction client ».

 

Alors bien sûr, Michel Cassar s’est heurté à quelques difficultés, notamment en interne. « On fait un métier qui est assez traditionnaliste. Dans le bâtiment, changer les habitudes, c’est compliqué ». « Nous avons eu un souci avec une partie de l’équipe qui avait une appréhension de la chose. Comme tout ce qui est nouveau, nous avons dû revoir notre copie. On a lancé une grosse formation qui nous permis d’apprendre, non pas les nouveaux métiers, parce qu’en fait, ce qu’on a réussi à faire, c’est marier plusieurs métiers : CMiste, cuisiniste, domoticien et le métier de la décoration ». Aujourd’hui, « c’est rentré dans l’ADN de nos collaborateurs ».
 

 

Une offre au plus près des attentes du client

 


Pour vendre son concept, Maisons Avenir Tradition compte 12 showrooms répartis sur 9 départements, dont les surfaces vont de 100 à 300 m2. « On a investi en un peu plus de deux ans, deux millions d’euros dans ces showrooms ». « Quand les gens viennent, on entend waouh ». Il faut dire que le concept est alléchant : 30 modèles de « Maisons prêtes à vivre » sont proposées à des prix compétitifs. Les prix oscillent entre 1 400 et 1 600€/m2 (frais de notaires inclus), soit dans la moyenne nationale qui se situe entre 1 200 et 1 500€/m2 pour une maison nue.

 

Parmi les prestations proposées par Maisons Avenir Tradition : une cuisine, une salle de bain harmonieuse et fonctionnelle, un équipement domotique high tech et une décoration « singulière » (luminaires, rideaux, interrupteurs, etc.), le tout dans des coloris différents. « Quand on montre à des clients 260 possibilités de rideaux, 60 tringles à rideaux sans suppléments… 200 luminaires au choix…et plusieurs milliers de combinaison pour la cuisine, on n’est pas dans le standard », souligne Michel Cassar qui rappelle que « nous sommes dans une ère de personnalisation ».

 

Pour ce qui est de la cuisine, la société compte sur son propre service de cuisiniste et se charge également du SAV. Ici, rien n’est figé, le client décide de tout. Même chose pour la salle de bain. Maisons Avenir Tradition a choisi Sanijura pour équiper la pièce : les meubles sont proposés en 9 coloris. L’ensemble de la maison peut être sonorisé pour 1 200 à 1 300 €. Et concernant la peinture, Tollens et sa gamme dépolluante Captéo ont été privilégiés.
 

 

Aller encore plus loin

 


Pour 2020, Michel Cassar prépare plusieurs projets. « On essaye toujours d’être à la pointe et on a embauché quelqu’un qui fait de la R&D. On travaille par exemple sur un canapé connecté où il y aura un emplacement pour mettre la tablette et commander les volets, le coin salon où il y a la télé, la ifi… ».

 


Ce projet va être mené avec Somfy, son partenaire de longue date, avec qui il réfléchit également à une offre de maisons « seniors ». Il pointe le coût des EHPAD et nous explique recevoir des demandes de clients souhaitant agrandir leur maison pour y installer leurs parents. « Financièrement, ça apporte une solution pérenne et peu coûteuse ». « Quand on voit le vieillissement de la population et à quel train vont les retraites, ce n’est pas difficile de dire qu’il y a un marché énorme ».

 


La société pense également à la mise en place d’une offre déménagement. « On est en train de négocier, pas au niveau tarifaire mais au niveau uniformité de tarif avec des déménageurs ». 
 

Confirmer son positionnement

 


Depuis le lancement du concept, Maisons Avenir Tradition a livré plus de 1 200 maisons prêtes à vivre, une initiative saluée par les banquiers. Les travaux à réaliser après la livraison obligent souvent les acquéreurs à engager un crédit qui peut vite atteindre les 10 000 €. L'offre du constructeur bénéficie ainsi à la solvabilité des clients. 

 


La société a également été approchée par des investisseurs. « Ils nous ont sollicité pour entrer au capital ». Si rien n’est encore décidé, Michel Cassar indique : « On se servirait de cet argent pour ne pas mettre en danger notre structure et accélérer son développement ». Car l’objectif de Maisons Avenir Tradition est clairement de s’inscrire dans la durée.

 


En 2018, la société a fait « une année flat, 11% de plus que le marché à périmètre constant ». Et depuis le 1er janvier 2019, elle a vu ses ventes exploser de + 30% !« De manière mécanique, on devrait arriver aux 50 millions de chiffre d’affaires sous deux ans, sans développer plus de points de vente, simplement en faisant connaître notre concept ».

 

Maisons Avenir Tradition ne peut que se féliciter de proposer une offre « unique » en France. 10ème constructeur national indépendant sur 2 300 et, il est leader dans le Grand Sud. Il est également le premier en LR à avoir été certifié NF, le deuxième en PACA et le cinquième en France.

Propos recueillis par Rose Colombel

Photos : ©Maisons Avenir Tradition

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Marché de la maison individuelle : les inquiétudes des professionnels se confirment !

Marché de la maison individuelle : les inquiétudes des professionnels se confirment !

Les Constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment (LCA-FFB) ont présenté ce 21 septembre les chiffres relatifs au marché résidentiel, et plus spécifiquement à la maison individuelle. Un secteur largement mis à mal depuis début 2018 : en glissement annuel sur douze mois, les ventes de maisons neuves ont chuté de 9,8%. Dans le même temps, le Crédit Foncier s'attend lui aussi à une baisse de la production de crédits immobiliers, à hauteur de -9%. Tous les chiffres.
Recentrage des aides : le marché de la maison individuelle accuse le coup

Recentrage des aides : le marché de la maison individuelle accuse le coup

Le recentrage des aides publiques en faveur du logement aura fortement impacté le marché de la maison individuelle. Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi 14 février, Patrick Vandromme, président de LCA-FFB, a indiqué que 2018 avait enregistré l’un des plus mauvais scores de ces 15 dernières années. Les ventes ont notamment reculé de – 11,3% dans le secteur diffus, descendant sous la barre des 120 000 unités. Précisions.
Un retour à une meilleure santé pour la maison individuelle

Un retour à une meilleure santé pour la maison individuelle

Patrick Vandromme, président de LCA-FFB et le délégué général Dominique Duperret, ont présenté les résultats de 2017 pour le marché du neuf et plus précisément celui de la maison individuelle. Et ces résultats sont plutôt encourageants, confirmant l’embellie déjà notée par ailleurs dans le bâtiment.
Les ventes de maisons en berne, LCA-FFB s'inquiète

Les ventes de maisons en berne, LCA-FFB s'inquiète

La baisse des taux des crédits immobiliers n'aura visiblement pas sauvé les ventes de maisons individuelles, au grand dam des Constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment (LCA-FFB). Dans un communiqué adressé le 3 mai, l'organisme fait état d'un nouveau recul des transactions enregistrées en mars 2018 par rapport à l'année précédente, à hauteur de -18,7%. Une chute qui pourrait s'expliquer par les intempéries du début d'année, mais aussi et surtout par la réduction des aides aux ménages.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter