Obligation vaccinale : les précisions de l'OPPBTP

Vie des sociétés | 23.09.21
Partager sur :
Obligation vaccinale : les précisions de l'OPPBTP - Batiweb
Depuis le 2 avril 2020, l'organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) publie régulièrement des mises à jour de son guide de préconisations de sécurité sanitaire pour permettre la continuité d'activité dans le secteur malgré la crise sanitaire. Ce mercredi 22 septembre, l'organisme a publié de nouvelles précisions concernent notamment le pass sanitaire et l'obligation vaccinale pour les professionnels du BTP.

Après avoir mis à jour son guide de préconisations de sécurité sanitaire le 23 août afin de préciser les mesures en matière de pass sanitaire, l'OPPBTP a annoncé ce mercredi 22 septembre avoir publié une nouvelle version, avec des précisions sur l'obligation vaccinale et le contrôle du pass sanitaire par l'employeur et le responsable d'établissement. Cette dernière mise à jour intègre notamment le rôle du donneur d'ordre dans l'application des mesures de prévention.

 

Le 23 août dernier, l'OPPBTP annonçait que le pass sanitaire (schéma vaccinal complet, test négatif de moins de 72h, ou test positif de plus de 11 jours et de moins de 6 mois) serait obligatoire à compter du 30 août pour les professionnels du BTP intervenant dans des établissements recevant du public tels que les établissements de santé et médico-sociaux, les restaurants, les salons professionnels, ou les transports en commun longue distance. Il ajoutait également que le pass ne serait pas obligatoire pour les travaux hors des espaces accessibles au public, en dehors des horaires d'ouverture au public, ou en cas d'intervention urgente.

 

Pas d'obligation vaccinale pour les interventions ponctuelles

 

Dans la dernière version du 22 septembre, l'organisme de prévention revient sur la question de l'obligation vacccinale dans les lieux où elle est exigée. Il précise que seuls les salariés du BTP réalisant des prestations de longue durée dans des établissements de santé ou médico-sociaux doivent être vaccinés. L'obligation vaccinale ne s'applique en revanche pas pour les professionnels réalisant des interventions urgentes ou ponctuelles.

 

Le guide précise également le rôle du responsable d'établissement. Il est attendu de ce dernier qu'il donne les consignes applicables en matière de port du masque, de pass sanitaire et de vaccination, et qu'il veille par ailleurs à éviter la coactivité, pour limiter les contacts entre le public et les professionnels.

 

Pour simplifier l'organisation des interventions, l'employeur peut également demander à son salarié s'il est en possession d'un pass sanitaire valide pour qu'il puisse intervenir dans un lieu où il est obligatoire. Il pourra vérifier la validité du QR Code sans toutefois avoir accès à la nature du justificatif. « Le salarié doit quant à lui être loyal vis-à-vis de son employeur », ajoute l'OPPBTP.

 

L'intégralité du guide est à retrouver ici.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Claire.lemonnier
filter_list

Sur le même sujet

Pass sanitaire : les professionnels du BTP concernés par de nouvelles obligations - Batiweb

Pass sanitaire : les professionnels du BTP concernés par de nouvelles obligations

Promulguée le 5 août dernier, la loi relative à la gestion de la crise sanitaire renforce les mesures pour endiguer la pandémie de Covid-19. Parmi ces mesures, l’obligation de présenter un pass sanitaire valide s’étend depuis le 9 août dans certains lieux recevant du public. A compter du lundi 30 août, cette exigence concernera également les professionnels du BTP qui interviennent dans certains établissements recevant du public. Le point sur les nouveautés précisées dans la dernière version du guide de l'OPPBTP.
De nouvelles méthodes d’interventions pour traiter le risque amiante - Batiweb

De nouvelles méthodes d’interventions pour traiter le risque amiante

L’année dernière, suite à la signature de conventions relatives au traitement de l’amiante dans le parc social francilien, l’Union sociale pour l’habitat d’Île-de-France (AORIF) signait deux conventions de partenariat et lançait une phase de tests concernant 60 chantiers. Une démarche à l’objectif simple : mesurer le niveau d’émission de fibres d’amiante. Aujourd’hui, l’heure est au bilan.