Préfabrication et rénovation énergétique font bon ménage Vie des sociétés | 18.05.18

Partager sur :
LCA, filiale du Groupe Bonnin Charbonneau, a participé à la réhabilitation du Collège de la Reinetière, premier établissement scolaire labellisé BBC en Loire-Atlantique. Sur ce chantier, LCA est intervenu selon un planning défini en fonction des périodes d’occupation du site et des étapes de chantier. Il a notamment géré la préfabrication des murs à ossature bois en atelier. Les caissons, préfabriqués en épicéa, intègrent directement l’isolant, les menuiseries et les volets roulants.
Construit dans les années 1970, le Collège de la Reinetière situé à Sainte-Luce-Sur-Loire (44) nécessitait d’être rénové. Parmi les objectifs visés par le Conseil départemental de Loire-Atlantique (maître d’ouvrage), l’obtention du label BBC par la rénovation énergétique de l’ensemble de ses espaces et une réduction des consommations de 40%.

Il s’agissait également de redonner à l’ouvrage « une image architecturale plus contemporaine et plus esthétique », précise un communiqué ; une métamorphose qui s’est opérée « par l’alliance de matériaux naturels et industriels ».

La préfabrication pour une intervention en site occupé

Le chantier a du répondre à bien des contraintes, notamment acoustiques et environnementales. La réhabilitation du collège imposait en effet d’intervenir en site occupé.

Maître d’ouvrage et maître d’œuvre se sont naturellement tournés vers la solution de préfabrication en atelier de caissons bois et l’industrialisation de la pose des bardages. La préfabrication présente bon nombre d’avantages : réduction des nuisances sonores relatives au chantier, maintien de la propreté sur site et respect du travail des utilisateurs sur site.

Il favorise en outre « la création de relations de proximité avec le personnel de l’établissement et permet une meilleure réactivité et rapidité d’exécution sur site ».

Et c’est à LCA qu’ils ont confié le projet : « LCA répond parfaitement à notre cahier des charges ; nous connaissons la qualité de l’entreprise et sa rapidité d’intervention sur chantier. Son côté novateur nous plaît, et, telle un chef d’orchestre, elle apporte une bonne entente sur le chantier et sait donner le rythme à sa réalisation », confie Pascal Simmoneau (Athéna Architectes – maître d’œuvre).

Le bois, grand privilégié de cette rénovation

LCA a ainsi géré la préfabrication des murs à ossature bois en atelier. Les caissons intégrant l’isolant, les menuiseries et les volets roulants, sont fixés sur des supports métalliques apposés en amont sur les façades des bâtiments. Leur structure est en épicéa.

LCA a également assuré la pose de murs rideaux, du bardage et d’un auvent métallique sur le chantier.

Les collaborateurs LCA, intervenant sur les façades, ont bénéficié d’une formation à la prévention des risques liés à l’amiante. « Ce chantier a imposé le port de protections individuelles, la décontamination avant intervention et le traitement après intervention », précise la société.

L'intérieur du bâtiment a aussi été réhabilité. Des travaux ont été menés dans le CDI : revêtements et abaissement du plafond afin de le rendre à l’échelle des élèves. Cette intervention en intérieur, réalisée en période extra-scolaire, a été nécessaire pour la dépose des menuiseries, la reprise de l’étanchéité et les raccords de revêtements intérieurs.

Au total, 7 000 m2 de surface ont été rénovés ; une rénovation qui aura fait la part belle au bois. Le matériau habille la façade, en partie basse, d’un bardage de lames stratifiées compactes, et en partie haute, de lames bois en châtaigniers. La façade sud est quant à elle équipée de brise-soleils horizontaux tandis que la façade initiale, en béton, fait office de coupe-feu naturel. Atlanbois, interprofession de la filière bois en Pays-de-la-Loire, a soutenu et relayé la réalisation du chantier.

Fiche technique :

Maîtrise d’ouvrage : Conseil départemental de Loire-Atlantique
Maîtrise d’oeuvre : Athéna Architectes
BET Fluide : IPH (Rennes)
BET Structure : ETTEC
OPC : Nantes EXE
Constructeur Bois : KCA
Partenaire : Atlanbois
Montant du chantier : 1 750 000 € HT
Montant du chantier LCA : 920 000 € HT
Délai global du chantier : 14 mois

R.C
Photo de une : ©Athéna Architectes - Conseil départemental 44
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rénovation de fenêtres sur un châssis PVC existant : une solution à proscrire !

Rénovation de fenêtres sur un châssis PVC existant : une solution à proscrire !

L’Union des Fabricants de Menuiseries (UFME) a publié une fiche de recommandation invitant les professionnels à proscrire la pose de fenêtres en réhabilitation sur un châssis PVC existant. Le syndicat rappelle notamment que le DTU 36.5, qui énonce les règles de l’art pour la pose de fenêtres et portes en rénovation, ne traite que des cas des dormants existants conservés en bois ou en acier. En conséquence, cette solution n’est couverte par aucune garantie.
Effinergie lance un label pour la rénovation énergétique des bâtiments classés

Effinergie lance un label pour la rénovation énergétique des bâtiments classés

Concilier bâtiments classés au patrimoine et rénovation énergétique, c’est le défi que s’est lancé en 2017 le collectif Effinergie, en collaboration avec Sites et Cités Remarquables de France, qui présente aujourd’hui un nouveau label énergétique dédié au bâti ancien. L’objectif : valoriser des travaux alliant réhabilitation énergétique et préservation de bâtiments du patrimoine.
Les Français et leurs travaux d’éco-rénovation (enquête)

Les Français et leurs travaux d’éco-rénovation (enquête)

Les Français connaissent-ils les travaux d’éco-rénovation ? Quels sont ceux qu’ils privilégient ? Connaissent-ils les différentes aides ? Autant de questions posées par Franfinance et l'institut CSA à un échantillon de plus d’un millier de Français. Et les réponses sont parfois étonnantes : si 77% des Français privilégient le changement de fenêtres dans le cadre de travaux d’éco-rénovation, seuls 16% de la population connaît le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique). Les détails de l’enquête.
La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français

La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français

Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi au ministère de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy et Julien Denormandie, ont révélé les contours du dispositif de prime à la conversion des chaudières. L’initiative qui répond à un double enjeu, écologique et économique, doit permettre le remplacement de 600 000 équipements fonctionnant au fioul d’ici deux ans.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter