Ventes de logements neufs : la baisse confirmée par le gouvernement

Vie des sociétés | 17.05.18
Partager sur :
Ventes de logements neufs : la baisse confirmée par le gouvernement - Batiweb
Les Constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment (LCA-FFB) avaient raison de s’inquiéter ! Le ministère de la Cohésion des territoires a en effet confirmé ce 17 mai la baisse des ventes de logements neufs au premier trimestre 2018, avec un bilan de 30 100 biens cédés, soit 5,1% de moins qu’à la même période l’année précédente. Les mises en vente, à l’inverse, affichent une légère hausse.
Au début du mois, LCA-FFB faisait part de ses inquiétudes suite à l’effondrement des ventes de maisons individuelles au premier trimestre 2018 (-18,7% par rapport à 2017). Si les chiffres communiqués ce jeudi 17 par le ministère de la Cohésion des territoires sont moins alarmants, ils confirment cependant la tendance observée depuis le début de l’année.

30 100 logements neufs ont été vendus de janvier à mars 2018, soit 5,1% de moins qu’un an auparavant. Un phénomène qui pourrait notamment s'expliquer par une demande moins soutenue, due à la réduction de certaines aides. Pour ne rien arranger, les annulations ont, dans le même temps, augmenté de 2%.

©Capture d'écran "Commercialisation des logements neufs - résultats au premier trimestre 2018", St@tinfo/SDES

La situation est cependant loin d’être désespérée ! Le gouvernement indique en effet que les mises en vente ont progressé de 2% au cours du premier trimestre 2018, avec près de 31 900 biens concernés. Néanmoins, « seules les régions Île-de-France et Corse voient leurs mises en vente et réservations augmenter par rapport au premier trimestre 2017 », nuance le bilan du ministère.

Une tendance qui n'épargne ni les appartements ni les maisons

Particulièrement touchés par la baisse des transactions observées, les appartements affichent un recul bien perceptible depuis ce début d’année (-4,5%), avec 27 700 logements vendus. Ce repli se fait spécialement ressentir sur le marché des studios (-11,6%), alors que celui des biens de plus de trois pièces se veut plus dynamique (+3,3%).

Les chiffres avancés par le gouvernement font état d’une stabilisation des mises en vente (28 900 logements, +0,7%), à nuancer en fonction du nombre de pièces des différents appartements. Les prix de vente, quant à eux, affichent une progression moyenne de 2,8% pour un coût équivalent à 4 100 euros le mètre carré.

Du côté des maisons individuelles, les réservations sont également en berne (2 400 unités au premier trimestre, -11,7%). « Les ventes réalisées au cours des quatre derniers trimestres sont inférieures (-6,9%) à celles des quatre trimestres précédents », observe le ministère de la Cohésion des territoires.

Néanmoins, 3 000 maisons ont été mises en vente entre janvier et mars 2018 (+17,3%). Le prix moyen, relevé à 264 000 euros, est lui aussi en hausse de +3,3% par rapport à l’année dernière.
                       
La Fédération des promoteurs immobiliers satisfaite malgré tout

Ayant elle aussi communiqué les résultats de son observatoire statistique national ce 17 mai, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) note que « les indicateurs du logement neuf sont satisfaisants en niveau, mais sont en baisse ». Ainsi, « les ventes […] restent élevées mais marquent le pas au premier trimestre ».

Surtout, l’organisme relate les difficultés pour les professionnels concernés à renouveler leur offre, faute de nouveaux projets. « Les promoteurs veulent produire davantage pour mieux satisfaire la demande, en termes de quantité, de localisation et de prix, mais ils constatent aujourd’hui que les problèmes de permis de construire, de normes et de recours [réduisent] de plus en plus leur capacité à mettre des logements en chantier », déplore Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération.

Tous les regards sont à présent tournés vers la loi Elan, dont l’un des objectifs principaux est de produire plus de logements.
 

Fabien Carré
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Les mises en chantier ont repris plus vite que les permis de construire - Batiweb

Les mises en chantier ont repris plus vite que les permis de construire

Le ministère de la Transition écologique a pris le relais du ministère de la Cohésion des Territoires en publiant pour la première fois le bilan de la construction au deuxième trimestre 2020 ce mercredi 29 juillet. A fin juin, les mises en chantier ont bien repris, avec -18,7 % par rapport au trois mois précédant le confinement (contre -45,8 % annoncés entre mars et mai). La chute des permis de construire s'est en revanche confirmée, avec -45,5 %. Un chiffre inquiétant pour l'activité de la construction dans les mois à venir.
Chute des mises en vente de logements collectifs neufs : les maires et les coûts de construction mis en cause - Batiweb

Chute des mises en vente de logements collectifs neufs : les maires et les coûts de construction mis en cause

Les mises en ventes de logements neufs ont fortement accéléré leur chute ce dernier trimestre, confirmant la tendance engagée depuis deux ans. Une baisse de l’offre qui impacte aussi les ventes. La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) accuse la timidité des élus à octroyer des permis de construire à l’approche des élections municipales, et met également en cause la hausse des coûts de construction.
La hausse des ventes continue pour les logements neufs ! - Batiweb

La hausse des ventes continue pour les logements neufs !

Pour le huitième trimestre consécutif, les promoteurs immobiliers ont de quoi garder le sourire ! En effet, les ventes de logements neufs poursuivent leur hausse entre juillet et septembre 2016, symbole d’un dynamisme qui ne cesse de se confirmer. Pour preuve, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) fait état d’une progression des transactions de 25,1% sur l’année, portant à 31 824 le nombre de logements réservés. Des résultats rendus possibles grâce aux taux particulièrement bas et aux aides de l’État.