Fermer

Rachat d’URSA par Etex : « Une excellente nouvelle », selon Jean-Pierre Laherre

Annoncé dès janvier dernier, le rachat d’URSA par le groupe Etex a été officialisé ce mercredi 1er juin. Une nouvelle dont s’est réjoui Jean-Pierre Laherre, directeur général d’URSA, dans une interview accordée à Batiweb, et qui vient s’ajouter à une autre actualité : la transformation de la gamme PureOne.
Publié le 03 juin 2022

Partager : 

Rachat d’URSA par Etex : « Une excellente nouvelle », selon Jean-Pierre Laherre - Batiweb

Ce 1er juin, le groupe Etex officialisait l’acquisition du fabricant de laine de verre et de polystyrène extrudé URSA.

« C’est une excellente nouvelle puisque stratégiquement c’est en total complémentarité avec les divisions actuelles du groupe Etex. Nous sommes la nouvelle division isolation du groupe Etex », a résumé Jean-Pierre Laherre, directeur général d’URSA, se réjouissant des perspectives offertes par ce rachat. « La volonté d’Etex d’investir dans URSA est claire, donc c’est une très bonne chose. Nous voyons cela avec des synergies en termes d’innovation et de développement », a-t-il poursuivi.

Les équipes actuelles d’URSA resteront en place, et la marque devrait être intégrée comme « 5ème division isolation » au groupe Etex.

« URSA vient avec une marque forte, représentant la proximité et la durabilité, et on ne changera pas une équipe qui gagne. URSA sera une nouvelle division dans la structure d’Etex dédiée à l’isolation et les dirigeants des unités opérationnelles resteront en place », a en effet assuré Bernard Delvaux, PDG d’Etex.

 

Transformation de la gamme PureOne : des produits plus vertueux

 

Outre ce rachat, Jean-Pierre Laherre a également annoncé une autre actualité, à ne pas éclipser : la transformation de la gamme PureOne, lancée il y a plus de 10 ans.

Parmi les nouveautés 2022 : la suppression du kraft, et plus de 50 % de matière recyclée dans les produits. Des évolutions qui répondent aux nouvelles exigences de la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020), entrée en vigueur depuis le 1er janvier. Jean-Pierre Laherre présente ainsi la nouvelle gamme comme une « alternative aux solutions biosourcées », en un peu moins cher (en moyenne -15 %).

Le directeur général insiste également sur l’aspect Made in France, alors que la gamme est produite dans l’usine de Saint-Avold, en Moselle. Une fabrication 100 % française mise en avant à travers un logo sur le nouveau packaging. D’un point de vue marketing, le DG explique le choix d’un fond blanc pour suggérer la blancheur de la laine de verre PureOne, et le vert pour rappeler l’aspect vertueux du produit, conçu à partir de 90 % de ressources naturelles et permettant de réaliser des économies d’énergie.

Le nouveau packaging de la gamme PureOne. Crédit : URSA

Le respect de la qualité de l’air intérieur est également mis en avant, notamment au travers des slogans « Inspiré de la nature, pour faire respirer votre intérieur », ou encore « Respirez, vous êtes bien isolés », insistant sur le fait que les produits de la gamme sont certifiés sans formaldéhyde.

 

Des initiatives à succès

 

D’un point de vue environnemental, Jean-Pierre Laherre souligne également le bilan très satisfaisant de l’opération « Coup Double pour la Planète », avec « 900 partenaires qui ont joué le jeu », et « plus de 5 000 arbres qui vont être plantés dans la forêt de Chantilly », montrant, selon lui, « une action concrète de reforestation ».

Autre succès : celui du programme « Les Experts by Ursa », avec près de 1 000 artisans inscrits, et un récent partenariat avec « Batigital ». « On a démarré il y a une dizaine de jours des sessions de formations qui permettent aux artisans de mieux appréhender leur communication digitale et communiquer sur les réseaux sociaux, pour être visibles, recruter et attirer les talents », précise-t-il.

 

Une conjoncture incertaine

 

Enfin, interrogé sur la conjoncture, Jean-Pierre Laherre a estimé qu’il était « assez compliqué de se projeter jusqu’à la fin de l’année, face aux aléas qu’on ne maîtrise pas », faisant notamment référence à la guerre russo-ukrainienne et à l’inflation sur le prix des matières premières et de l’énergie.

Le DG d’URSA s’est toutefois dit « confiant quant aux besoins du marché en termes de logement neuf et de rénovation », et ce malgré l’arrêt « préjudiciable » de certains Coups de pouce dans le cadre du dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE). Un arrêt dont s’est encore récemment plaint le secteur de l’isolation, alertant sur la destruction de nombreux emplois.

 

Propos recueillis par Claire Lemonnier
Photo de une : Jean-Pierre Laherre

Par Claire Lemonnier

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.